Après une longue période chaos, cinq royaumes vivent dans une cohabitation relative, chacun ayant ses intrigues internes.
 

Partagez | .
 

 Regroupement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Filiel Maundrell

Canine d'albâtre

Canine d'albâtre
avatar

Messages : 31
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Vampire
Fonction(s): Princesse Stryge
Influence:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: Regroupement   Lun 1 Sep - 13:57

Ce que je peux m'amuser du regard posé de Felisya sur ce cher Anarion. ce n'est pas moi qui l'en blâmerais, bien au contraire. D'ailleurs je remarque qu'elle passe rapidement à autre chose. Bien. Cela m'ennuierait de devoir protéger notre princesse des princesses pour une demi seconde d'inattention bien que je ne doute pas de ses capacités sur le terrain. Grand bien me fasse d'avoir pris la décision de me noyer dans l'ombre la plus totale de la pièce. le plus drôle, c'est qu'elle parvient à me faire avoir un sourire au coin des lèvres lorsqu'elle parle des oreilles pointues. Je n'ai pas encore eu l'occasion et le bonheur de la voir se battre sur le terrain. J'ai hâte.

Je me demande même si je dois partager mes connaissances sur ces pourritures de gnolls avec Brina, vu qu'elle a l'air de lire des manuscrits sur eux.

Ces humanoïdes ressemblant à des hyènes seraient, parait-il selon mes sources presque aussi grandes que notre reine, voir plus et même que certaines de ces chiennes puantes porteraient quelques armures. murmurais-je en m'approchant de Brina. Nous aurons de la chance, si comme je l'espère, ces pourritures ont une logique au plus bas niveau. Sait-on jamais si elles se décident à attaquer par les bas-fond de ce territoire. Est-ce que le stratège des humains et oreilles pointues y ont pensé ? demandais-je en un souffle équivalent à la plus douce des brises.

Une fois arrivés dans la salle de réunion, je crus que Brina avait pris en considération ce que je venais de lui dire car celle-ci parlait en mon nom lorsqu'elle proposa que mon armée et moi-même nous nous occupons des premières lignes. Je ne fis que serrer la mâchoire et les poings dans le dos. Mais à peine avais-je garder mes réflexions pour moi, qu'un relent de magie et d'une force vint me chatouiller les narines juste avant le son du cor Deva.

Allons donc ! Que se passe-t-il encore ? A cause de cela, je ne pus m'empêcher de rabaisser ma capuche et de m'avancer près de Brina, main sur la garde de mon épée. Qui est donc le dernier arrivé ? En tout cas, j'apprécie fortement son franc parler. Encore un peu, et je prendrais plaisir à dueller contre lui sans pour autant le tuer. Juste m'amuser un peu après la grande bataille. Si nous nous en sortons vivants.

Je posterai les miens là où notre princesse pense que nous serons plus utile ! corrigeais-je quiconque souhaitait encore donner des ordres.

Et voilà que cela recommence. Cette mauvaise intuition. Aussi étrange qu'un oranger poussant dans les marais. Je ne sais pas pourquoi, mais lui, je m'en méfie comme la peste bubonique. Cet être vêtu d'une armure intégrale se faisant passer pour un vizir s'il n'en est point un. pourquoi se promène-t-il ainsi ? Qu'a-t-il donc à cacher ? Peur que nous autres les canines d'albâtre nous nous décidions à goûter de son sang ? Serait-il défiguré ignoblement pour se cacher des autres ? Lui, j'éviterai au grand maximum de jouter près de lui, voir même de lui adresser la parole. Je ne sais pas pourquoi mais mon instinct me dit de rester sur mes gardes. Encore un qui se moque de nous. J'entrouvre mes lèvres pour répondre à sa réflexion mais je me ravise immédiatement, ne voulant pas faire d'esclandre.

Je me maîtrise sans aucun problème mais je connais mes hommes. Ils en ont marre d'attendre, de rester à ne rien faire à part rester sur leurs gardes puis à se contrôler pour ne pas boire de ce nectar si précieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yavana Finariel

Maîtresse des Lames

Maîtresse des Lames
avatar

Féminin
Messages : 39
Age : 34

Feuille de personnage
Race: Deva
Fonction(s): Général du Calandôr
Influence:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: Regroupement   Jeu 4 Sep - 19:34

Après plusieurs heures de progression dans les terres asquaniennes, une voix s’éleva annonçant Bellicus en vue. Yavana fit avancer plus vite sa monture pour rejoindre le début de la cohorte et s’arrêta. On pouvait voir diverses tentes et regroupement autour du fort militaire et aucun bataille en vue. Ils arrivaient donc à temps, les hostilités n’ayant pas débutées.

- Faites sonner le cor ordonna-t’elle.

Le cor deva retentit dans la plaine et l’armée qui bien que progressant de manière ordonnée refit correctement ses rang, pour avancer en colonne. Le capitaine arriva à la hauteur de son général pour prendre d’éventuels ordres.

- Installez les hommes de ce côté-là dit-elle pointant le côté ouest du fort, à l’écart des asuras.
- A vos ordres. Voulez-vous que je vous accompagne à la réunion.
- Cela ira, je préfère que vous veillez au campement. Je ne veux aucun incident.
- Comme vous voudrez.

Elle tourna ensuite la tête vers Esgerd et Ravel.

- Vous allez avec le reste de l’armée.

Le général ne dit rien et se remit en marche avec le reste de son armée. Son capitaine passa au galop le long de la colonne transmettant les ordres et quand ils approchèrent à l’ouest du fort, chaque unité se détacha de la colonne pour installer le camp. Yavana se dirigea à l’entrée du fort et posa pied à terre, tenant Epona par les rennes. Elle avança vers les deux soldats en factions qui la regardèrent avec une certaine nervosité, en voyant ses épées Zorya et Phantom à sa ceinture et Claymore dans son dos, plus deux autres à la selle du cheval sous un tissu.


- Général Finariel. Qui s’occupe de ce camp ?
- Le commandant Graves Madame. Je vais le prévenir sur le champ.

Yavana attendit le soldat relevant le “il me semble”. Cette armée humaine était désespérante tellement elle était désordonnée. Elle espérait néanmoins qu’ils avaient enfin des informations sur  l’ennemi. Dans tous les cas elle enverrait de ses éclaireurs, pour être sûre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anarion W. Leolin

Fou de la Reine

Fou de la Reine
avatar

Masculin
Messages : 25
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Vampire
Fonction(s):
Influence:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: Regroupement   Dim 7 Sep - 13:40

Je m'ennuyais déjà à mourir. Toute cette agitation humaine autour de moi me donnait mal au crâne.
Visiblement, ces idiots n'avaient toujours pas compris comment faire la guerre. Courir dans tous les sens à la recherche d'un plan ne leur apporterait pas la victoire. De toute façon, ils n'étaient bons qu'à servir de bétails. Sans intelligence, sans courage, les humains n'étaient plus ce qu'ils étaient et la moindre menace les poussaient à s’égosiller sans pouvoir réagir.

En plus de cela, il nous faudrait composer avec les Asura. L'idée d'en tuer le plus possible de mes mains sur le champs de bataille avait quelque chose de réjouissant et à la mention des plans d'Akashia par sa fille, mon sourire se fit carnassier. J'étais la première ligne de ce plan et je le savais pertinemment, tout ce que j'attendais maintenant, c'était la permission d'agir et briser les premières défenses des Asura. Je m'en ferais un plaisir.

Au lieu de ça, je devais minauder devant les humains et participer à la sauvegarde de leur misérable contrée. Au fond, j'aurais peut-être du trouver cela normale. Après tout, fut un temps, ces terres m'avaient beaucoup apporté, mais aujourd'hui, elles ne représentaient plus pour moi que le malheur.

"Puisqu'il nous faut nous y rendre, ne tardons pas. Qu'enfin ses idiots se sentent prêt à attaquer. L'odeur de leur peur excite mes papilles ... Mieux vaut qu'ils s'imagine protéger par une quelconque stratégie avant que nos soldats ne puisse plus résister à la tentation que ce bétail représente."

Je ne cachais ni mon dédain, ni mon ennuis. Comme Felysia, j'étais francs et je savais que je n'avais pas à faire semblant de ressentir la moindre compassion pour ceux à qui nous venions prêter main forte. J'espérais seulement que le plan et les idées de notre Reine valait la peine que nous nous donnions.

Le fort semblait encore plus en ébullition que le reste du camps et l'atmosphère lourde régnant dans ce qui devait servir de bureau à cet espèce de gros commandant bourru et puant le tabac n'aida pas à arranger mon humeur. Pourtant, prenant exemple sur Felysia et Brina, je restais de marbre, un fin sourire faussement courtois étirait mes lèvres.

Et ce besoin de faire de longs discours se voulant motivant et rassurant. Pathétique humains ...
Retenant un reniflement tout ce qu'il y a de plus dédaigneux, je me concentrais sur la pseudo stratégie que tentait d'établir ce commandant Humain. Qu'il puisse imposer quoique se soit à notre Princesse vénérée m’agaça profondément, fort heureusement, Brina pris rapidement les choses en mains.

"Mes troupes vous offriront le couvert de leur bouclier et de leurs sorts. Encaisser et repousser une charge n'aura rien de compliqué pour les miens et vous protéger vous et vos Nécrarque me semble un priorité, au vu de vos...capacités."

Puisque c'était nous qui ferions pencher la balance. Les Sanginus capable d'encaisser une lourde charge de Gnolls. Les Stryges capables de couper à travers les lignes ennemis, les Lahmianes à même de faire autant de dégâts sans être inquiété par la proximité sur le champs de bataille et enfin, les Nécrarques, relevant les morts par dizaine, par centaine, retournant l'ennemis contre sa propre engeance, ressuscitant nos mort pour leur permettre de combattre encore pour l'éternité, selon leur bon vouloir.

Nous n'avions besoin ni d'humain, ni d'Asura et encore moins de Deva pour gagner cette guerre.

Et pourtant, ils étaient tous là. Même les dragonnier. L'arrogance de leur représentant m'arracha un haussement de sourcils. Il avait l'air ravi de se trouver parmi nous et je me demandais quel goût pouvait avoir son sang... Celui d'un reptile à n'en pas douter, à force de côtoyer leur bestioles.
Pire encore, même le Désert était présent ! C'était du jamais vu. Le Vizir en personne, présent pour représenter le château de sable qui lui servait de Royaume.

"Aucun n'est encore là pour en témoigner. Tous on préféré l'immortalité et le raffinement que pouvait leur offrir la condition de vampire. Mais vous, Vizir, vous pourrez témoigner de la bonne éducation des nôtres. Celle qui nous pousse à ne pas insulter ceux qui auraient la gentillesse ou le courage de risquer leur vie pour nous... Mais il faut bien dire que ceux là sont bien rare et fort inutile. L'inverse n'étant pas tout à fait exact."

Portant mon regard sur le Général Asura décidé à faire son entrée en nous insultant, nous qui avions contribué à sauvé son dernière de couard des années auparavant, j'esquissais un mouvement de tête en guise de salutation, accompagné d'un sourire parfaitement explicite. Nous étions venus pour eux et ils se permettaient encore de nous insulter sous couvert de bienséance. La décision m'aurait appartenu, je les aurais simplement planté là, avec leur cartes, leur plans et leur très faible chances de réussite.

Au loin, le cors annonçant l'arrivée des Deva me tira un frisson de dégoût. Ce pauvre Jerek tentant de minimiser au maximum le rôle de son escadron... Pauvre petite chose effrayée par la neige. Lui qui avait la prétention d'instruire les vampires, c'était risible.

Bientôt, cette mascarade serait derrière nous et nous pourrions nous amuser un peu sur le champs de bataille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du destin

Personnage Non Joueur

avatar

Masculin
Messages : 160

MessageSujet: Re: Regroupement   Sam 27 Sep - 11:25

Le commandant se soucia peu des élucubrations des uns et des autres, au moment où il entendit le cor Devas résonner il se retira pour aller accueillir ceux qui manquaient encore pour prendre part à cette grande bataille qui déterminerai les frontières du monde tel que nous le connaissons, il ne vit donc pas les échanges venimeux entre ceux qui étaient restés là, ni même l'arrivée du Vizir qui s'était directement dirigé vers le poste de commandement, au contraire il avait été à l'opposée pour pouvoir recevoir la dame des Lames comme il se devait, Graves Thelvas avait toujours suivit via des rapports ou le bouche à oreille les péripéties de cette femme qu'il admirait énormément, à vrai dire, bien qu'humain, il maniait ses hommes de la même main de fer et avec la même discipline que le devas, bien qu'on ne lui avait jamais reconnu sa valeur, l'homme vieillissant avait été chargé d’entraîner les recrues à Bellicus, dans un fort certes stratégique mais qui visiblement ne courrait pas un grave danger, tout du moins, jusqu'à la dernière guerre et aujourd'hui. Thelvas s'en fichait, ses recrues étaient les mieux entraînées de toute l'armée humaine, même les grands pontes de Cordis ne faisaient pas aussi bien. D'ailleurs où étaient ils tous? Ces généraux si prisés du Roi? Que se passait il pour que le commandement de toute l'armée de l'alliance lui revienne à lui et pas à un autre? Il s'était posé ces questions en recevant sa missive, mais pour le moment il était là, fier de son fort qui en un minimum de temps, semblait vouloir tenir debout. Jerek lui avait parlé des cavaliers, mais il n'avait pas le choix que de les employer, avec un peu de chance, ils n'auraient pas à pousser jusqu'à au delà du mur, là où la neige dépassait les 30 centimètres d'épaisseur, là même Jerek et les siens ne pourraient pas combattre, même avec le meilleur équipement, Graves en était conscient et il cherchait une stratégie lui permettant d'éviter le pire, attendre que les Gnolls descendent un peu plus dans les terres, là où ils pourraient les affronter à armes égales, c'était peut être encore le choix le plus judicieux.

Quand la deva et son armée avancèrent dans le camps, un soldat prévint Thelvas qu'ils étaient arrivés...


"Je crois qu'ils sont assez nombreux pour que je m'en rende compte fiston."

Et il laissa le soldat s'en retourner à ses occupations avec qu'il accueillait Yavana...

"Général Finariel, c'est un honneur pour moi de vous rencontrer. Une place a été prévu pour vos hommes, mon soldat va les y conduire, mais suivez moi je vous prie, vous n'avez pas fait tout ce chemin pour parler mondanité et le conseil de guerre vient tout juste de se rassembler."


--- Pendant ce temps, du côté des quartiers du commandant---


Brina tendit l'oreille vers Filliel...

"Nous ignorons jusqu'où vont les galeries des nains, cependant, si nous devons les affronter en pleine montagne, c'est un risque à prendre, si nous combattons en plaine, tu pourra t'en donner à coeur joie pour un bon massacre comme tu sais si bien les faire."

Felisya et Brina regardèrent les nouveau venu prendre possession des lieux comme si ils étaient chez eux, ce dragonnier avait pour lui d'être honnête, cela émoustilla Felisya qui se dit que finalement, faire une tour sur sa monture serait peut être l'occasion de faire connaissance avant une éventuelle autre chevauchée, mais elle n'en dit rien, ce n'était ni le lieu ni le moment, pourtant elle le regarda avec insistance, passant sa langue sur ses lèvres fine et d'un rouge vif, en total contraste avec son visage très pâle.
Quand le Vizir fit son entrée, c'est à Brina qu'il plu en premier, peut être pour son côté mystérieux, elle avait envie de l'éplucher délicatement de son armure, puis une fois arrivée à la chaire, de continuer de l'éplucher pour ses propos indélicats à l'encontre des siens, néanmoins, elle ne dit rien, Anarion lui ne resta pas de marbre, comme c'était à prévoir, il lança une petite pique bien sentit alors que le général Asura entrait dans les locaux, Felisya et Brina n'eurent aucune peur, mais un profond dégoût, un méprit bien plus fort encore qu'elles n'en auraient pour les devas, les asuras étaient ceux qui les avait chassé du pouvoir et même si elles n'étaient pas assez vieilles pour s'en souvenir, les vieilles rancunes sont tenaces. Mais elles eurent un léger sourire amusé, elles avaient obtenu un territoire et les asuras avaient en quelques sortes perdu la guerre démoniaque, mais Felisya en croisant le regard du général le reconnu aussitôt...


"Oh mais ne serait ce pas ce petit commandant que j'avais rencontré à l'époque... quand était-ce déjà? Ha oui, toi et tes hommes vous étiez fait lamentablement écrasé alors que je venais vous sauver avec mes archères, fais attention, je ne serai pas aussi clémente cette fois, mais visiblement, on confit les postes important à n'importe qui de nos jours..."

Elle eut un petit rire satisfait alors que la conversation continuait entre les protagonistes.

---Temps présent---

Le commandant entra dans son poste de commandement, examinant chacun des nouveaux arrivés...

"Général Asura, Dragonnier, Votre Altesse"

Il avait appuyé le dernier mot plus que les autres, le Vizir n'était pas quelqu'un comme les autres, dans cette pièce, il était ce qui se rapprochait le plus d'un monarque et bien qu'il n'avait pas vu d'hommes des sables en dehors, il se doutait qu'il n'était pas là par hasard. Il introduit lui même Yavana...

"Dirigeants, Généraux, sangs de tout horizon, je vous présente la Général Yavana Finariel, qui est venu nous apporter son concours dans cette guerre."

Le commandant saisit ensuite le parchemin scellé sur son bureau qui lui avait été laissé par le dragonnier, ses yeux furent plus que surprit par certains passages...

"Je crois que le mieux est encore que vous nous l'exposiez à tous, dragonnier."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eneyr Androsten

Âme des cieux

Âme des cieux
avatar

Messages : 23
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain(e)
Fonction(s):
Influence:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Regroupement   Sam 27 Sep - 12:06

Eneyr avait prit un livre sur l'étagère du commandant, un traité politique assez ennuyeux il fallait bien l'avouer, mais c'était toujours mieux que d'écouter les différents protagonistes se tirer dans les pattes par simple plaisir de raviver d'anciennes querelles. Il n'avait pas été un modèle de diplomatie, mais pour autant, il n'avait pas cherché à créer une animosité plus grande qu'elle ne l'était déjà, il se contentait simplement de dire à voix haute ce que tous pensaient à voix basse. Le dragonnier, à l'instar de ses confères, était quelqu'un de solitaire, il n'était fait ni pour la politique, ni même pour la vie en société, cette vie là il l'avait renié il y a quelques années déjà, préférant, et de loin, la vie avec Riin dans les cieux de Valhistar. Il espérait un jour, pouvoir franchir l'immense l'océan de l'ouest ou les terres désolées de l'est pour voir ce qu'il pouvait trouver au delà, mais Valhistar était encore trop instable, trop fragile pour qu'il se permette un tel voyage.

Alors qu'il relevait les yeux de son livres, le visage ou plutôt le masque d'un homme apparut, et étant donné le titre que l'on pouvait lui donner, il n'était pas n'importe qui, le Vizir de Khemdara... ainsi c'était à cela qu'il ressemblait, à une armure de cuir vivante surmonté d'un masque cachant tout son visage. Eneyr préféra l'ignorer, il n'aimait pas le royaume du sud et ne les voyait pas comme des gens de bien, même si la remarque du Vizir concernant les vampires le fit sourire intérieurement, il n'en pensait pas moins concernant cet homme, la Reine et tout le peuple du désert. Des esclavagistes, se prenant pour des donneurs de leçons alors qu'ils n'étaient capable que d’enchaîner leurs semblables et les autres créatures, les traitant comme des marchandises et des biens échangeable. Comment pouvait on vivre dans un tel royaume? C'était à cause de gens comme lui que son épouse et sa fille étaient morte, peu importe son visage, ce masque représentait tout un royaume que Eneyr détestait par dessus tout, à vrai dire, il préférait encore la présence des vampires à celle de ce tortionnaire et même si lui ne l'était pas il était au gouvernement, il pouvait faire changer les choses et ne faisait rien, pourquoi? Pour conserver son poste? Pour conserver une Loi séculaire qui n'était bonne que pour les animaux et encore, Riin n'était pas aussi mauvais que les hommes du Sud. Le regard d'acier du dagonnier tenta de pénétrer l'armure et l'homme qu'il avait en face de lui, une véritable haine pouvait se lire en lui, mais il fut distrait par un autre regard qui s'était posé sur lui.

Une des vampires le regardait, se léchant les babines comme un animal prêt à fondre sur sa proie, Androsten n'était pas stupide et gardait sa main non loin de sa dague d'argent, ses sentiments étaient aussi froid que l'homme qui était, il ne ressentait plus rien si ce n'est de la colère et un profond sentiment d'injustice qu'il tentait de transformer par ses actes et ses décisions.

L'arrivée du Commandant et de la Général Deva mit un terme à toutes les éventuelles attaques qui viendraient des différents partis. Thelvas demanda au dragonnier d'expliquer ce qu'il avait vu. Eneyr se leva donc et prit place au centre de l'assemblée, derrière lui, une carte du nord de Valhistar...

"Nous avons survolés les plaines et les montagnes pour arriver là où les braves ont péris il y a cinq années de cela pour nous sauver tous et ce que nous y avons vu, n'tait rien d'autre que la mort personnifiée. A ceux qui prennent les Gnolls pour des créatures stupides et incapable de s'entendre sans s’entre-tuer, je dis que vous mourrez sur le champ de bataille. J'ai vu des machines de guerre parfaitement rangé dans un camp parfaitement ordonné, plus encore que le notre. J'ai vu des allées et des gardes, des rondes et des éclaireures.

Il semblait y avoir trois groupes différents, cela ne peut vouloir dire qu'une chose, trois officiers commandant chacun une partie de l'armée. Il y avait les gnolls tel que nous les connaissons, à fourrure brune, ceux à fourrure blanche venu des montagnes et ceux à fourrure rouge, venu des régions lointaines.

Mais aucun ne se combattait, au contraire, ils portaient tous une seule et unique bannière, comme une véritable armée, plus unie que les représentant de nos races ici même. Mais une chose était encore plus étrange... des gnolls à fourrure noire, jamais dans tout Valhistar et son histoire, des pareils créatures n'ont été vu, tout du moins dans aucun des récits qu'il m'ait été donné de lire. Si d'aucun en a entendu parlé... je vous serez gré de parler à présent.

Enfin en ce qui concerne l'information des plus importante ils comptaient plus de 5000 individus, tous parfaitement ordonnés et surtout... ils étaient entrain de lever le camp, il y a 1 jour de cela à présent. Maintenant Seigneurs de Guerre, j'apporterai avec mon dragon, le soutien aérien dont vous pouvez avoir besoin, je vous laisse planifier l'attaque au sol."


Eneyr s'en retourna dans son coin, comme une ombre il se contenterait désormais d'écouter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezraïl

Et bim dans ta gueule !

Et bim dans ta gueule !
avatar

Masculin
Messages : 91
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain(e)
Fonction(s): Vizir de Khemdara
Influence:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: Regroupement   Sam 27 Sep - 12:34

Fuyez... fuyez pauvre fous, la haine que vous entretenez n'est que la base de l'écroulement de ce monde, vous vous battez pour vos terres, vos races et votre sang, sans pour autant penser à Valhistar. Je suis l'instrument de la Justice de ce monde, je suis celui qui assouvira la vengeance d'un monde en souffrance que vous n'entendez même plus, je suis la revanche de la Sannaeth sur ce monde, je suis celui que Valhistar a choisit pour la défendre, vous allez tous périr, un jour ou l'autre, un moment ou à un autre, vous êtes ce que je veux que vous soyez, vous êtes prit dans une toile dont vous n'imaginez même pas l'étendu, ce monde est déjà à moi, marionnettes, je n'ai qu'à serrer le poing pour vous détruire tous d'un coup de pouce, bande d'amateurs prétentieux et toi, petit vampire, tu ne pouvais pas sagement resté à ta place, tout comme ce général Asura, que penses tu connaître de ce monde petit bâtard? Créature impie, oublié de son propre dieu, laissé là comme un chien errant, maltraité par une race qui t'étais pourtant inférieure...

"Il est bien prétentieux de se juger honorable, loin est l'époque des grandes légendes qui forgèrent ce monde, désormais lambeau de sa gloire d'autrefois. Votre honneur, l'histoire la jugera, contentez vous donc de vivre. Après tout, il est aisé de se dire qu'il y a pire que nous, cela aide à dormir la nuit."


Un sourire derrière mon masque, oh tu dois certainement te dire que je parle pour ne rien dire, ou que j'ai mal interprété tes propos, pour faire ton interessant tu vas peut être dire que tu ne dors plus depuis longtemps ou que tu cherches pas à rester dans l'histoire... crois moi petit être, quoique tu puisses dire, je l'ai déjà entendu, il n'y a plus de héros en ce monde, vous me l'avez prouvé lors de la guerre démoniaque, vous avez prouvé qu'il ne reste rien des gloires de jadis, il ne reste rien des combattants qui offrirent leur vie pour une cause... et encore... une cause... une simple vision de la Justice qu'il m'est intolérable de nommer ainsi, il ne reste rien ni personne pour parler de Justice, excepté moi. Petit vampire, je vois dans tes yeux cette lueur et je comprend, je comprend que tu n'es pas le seul à être devenu un monstre, mais toi, tu n'es que haine et colère, peut être pourra tu m'être utile si tu viens à rencontrer Ezraïl, mais pourquoi es tu en vie? Serait ce une vieille histoire de famille? Tu serais en vie pour elle? Pathétique... gâcher ainsi l'immortalité...

"La bonne éducation? Suis-je donc le seul à comprendre que vous n'exécutez qu'une mascarade? voilà un trait qui ne semble pas être génétique pourtant... Les écrits prévalent sur les paroles, vampire, demandez donc aux Asuras de se souvenir de votre bonne éducation... vous pouvez habiller un troll en danseuse, cela ne changera en rien sa nature, il continuera de tuer et massacrer, je suis certain que la robe vous va à merveille."

Retourne donc dans ta tombe et laisse les grandes personnes discuter, tu n'es pas noble, aucun de tes actes ou de tes propos ne l'est. Mes références viennent d'un temps où l'on avait pas à se cacher derrière des masques de complaisance.

"Pourtant, qui peut dire aujourd'hui, ce qui est ombre et ce qui est lumière?"

Une question qui n'attendait pas de réponse, de plus, le commandant venait de pénétrer dans son office accompagnée de la générale deva. Je la saluais comme le voulait son rang, son royaume et le miens étaient plus qu'en bon terme, sur le plan commercial tout du moins. Et c'est alors que l'on accorda la parole au dragonnier, il expliqua la situation, parfait... sous ce masque je jubilais de voir les humains et tout les peuples remit à leur place, les propos de dragonnier envers l'organisation des hommes comparée à celle des gnolls était cinglant, mais parfaitement juste. Ce camp n'était qu'une mascarade. Et alors qu'il terminait son exposé, je pris la parole...

"Alors vous devez partir. Les affronter de front, ces murs ne vous défendront pas et mes hommes mettront plus d'une journée encore à arriver, nous vous rejoindrons, commandant, le Royaume des Sables saura démontrer sa puissance, mais j'en conjure cette assemblée, partez sans détour car une fois le mur passé, nul ne sait quelle direction pourra prendre cette gigantesque armée."

Oh oui partez... et mourrez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seakas Hawklight

Faucon Sacré

Faucon Sacré
avatar

Messages : 24
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain(e)
Fonction(s):
Influence:
2/10  (2/10)

MessageSujet: Re: Regroupement   Mer 8 Oct - 17:16

La tension était palpable…les troupes se préparaient de plus en plus pour la grande bataille et le conseil de guerre s’était réuni afin d’établir leur stratégie. Stratégie qui était déjà en train de se monter tranquillement, peut-être même trop tranquillement pour arriver à quelque chose de potable. L’ennemi était mieux organisé, mieux préparé qu’eux, en fait le seul avantage que l’armée de l’alliance  avait, c’était le nombre de troupes. Les Devas étaient présents et tout le monde pensait qu’il ne manquait personne. Seulement, il y avait encore une troupe qui avait décidé de se joindre à la guerre. Les avaient-ils donc tous oublié? Les membres du Grand Ordre d’Aquasca avaient également leur poignée d’hommes à disposition. Des chevaliers saints et des des paladins, à la fois capable de combattre sur le front et d’utiliser la Sannaeth pour lancer des sorts divins qui pouvaient s’avérer très utiles face à des ennemis maléfiques comme les Gnolls.

C’est pourquoi ils avaient envoyé une troupe de paladins vers Bellicus, parmi eux se trouvait Seakas Hawklight, un jeune noble de lignée de combattant. Chevauchant en direction de l’endroit où le regroupement de l’armée de l’alliance se concentrait, accompagné de ses frères d’armes dénombrant environ une quinzaine d’hommes, il était celui qui prenait les devants de cette troupe.
***
(Un peu plus tôt)

Seakas franchit les portes de la salle du grand conseil de l’ordre. Il avait été convoqué par eux et il ne savait pas encore pourquoi. Un messager lui avait simplement dit sous ordre du Grand conseil de se présenter à la salle. Ainsi, une fois arrivé devant eux, il posa un genou à terre et s’inclina le torse en mettant un poing sur le cœur.

- Chers membres du Grand conseil, me voilà comme vous me l’avez demandé. Pourrais-je demander la raison de ma présence ici?
Le grand Maître prit la parole.
- Sir Seakas Hawklight! Merci d’avoir répondu à notre appel. Relevez-vous.
Ce qu’il fit aussitôt. Mhenlo Zelveg poursuivit ensuite.
-Nous avons une mission à vous confier.
-Une mission? De quel ordre?
Le Grand Maître reprit la parole.
-Nous avons appris qu’une horde de Gnolls s’apprêtait à franchir le grand mur et se dirigent actuellement vers Bellicus. Le roi Lucius Damodred a déjà forgé des alliances avec les autres nations afin de contrer cette menace. Nous le Grand Ordre d’Aquasca ne pouvons accepter que ces créatures franchissent nos frontières et viennent prendre nos terres. C’est pourquoi Roi en personne nous a demandé aussi d'envoyer des troupes en renfort. Votre mission paladin consistera à représenter l’ordre dans cette bataille. Vous et quelques-uns de vos frères d’armes partiront dès aujourd’hui pour Bellicus.

Puis, elle demanda à l’un des serviteurs dans la salle de lui donner le parchemin que le paladin prit aussitôt.

-Ce parchemin officiel vous servira de preuve. Il certifie que vous nous représenterai vous et vos hommes lors de cette bataille. Transmettez-le aux dirigeants et ils vous livreront ensuite la suite des instructions.

Alors que Seakas allait parler, le maître lui fit signe de se taire. Ce qu’il fit aussitôt.

- Je sais ce que vous vous demandez sir Hawklight. Pourquoi est-ce que nous vous confions cette mission? Nous sommes au courant de la mort de votre père. Vous devez savoir que nous vous offrons la chance d’honorer sa mémoire. Vous et votre famille ont toujours été de grands combattants pour notre ordre et ont toujours respecté les préceptes de Cosmo. C’est la grande prêtresse du temple qui m’a recommandé à vous. Alors ne décevez pas le Grand Ordre et faites-nous honneur lors de cette bataille.

À nouveau, Seakas s’inclina. À l’intérieur de lui, il avait envie de pleurer de joie, mais heureusement, son entrainement de combattant lui avait appris à garder une parfaite maîtrise de ses émotions. Alors tout ce qu’il avait était un air passif et discipliné comme un vrai soldat.

- Je vous suis infiniment reconnaissant pour cet honneur Grand Conseil. Je ne vous décevrez   pas je vous le promets. Je remplirai cette mission et combattrai avec mes frères bravement au péril de ma vie.

-Et bien soit! Allez maintenant Sir Hawklight…vous devez vous préparer à partir.
***
(Maintenant)

Seakas et ses compagnons arrivèrent en vue de Bellicus. Ils avaient voyagés toute la journée à cheval et une fois arrivé aux portes du fort, un garde les interpella. Des barrière avaient été errigée apparemment afin d’assurer la défense du fort.

-Halte! Identifez-vous!

-Sir Seakas Hawklight, paladin du Grand Ordre d’Aquasca, et ses frères d’armes. Nous sommes venus sous ordre directe du Grand conseil de l’Ordre  afin de venir en renfort à cette bataille.

Il tendit ensuite au garde le parchemin contenant l’ordre officiel. Le garde le détacha et le lit aussitôt. Puis, il roula le parchemin et le redonna à Seakas.

-Soyez le bienvenu Sir Hawklight. Laissez vos chevaux à l’étable. Je préviendrai le commandant de votre arrivée.

Seakas et ses frères d’armes débarquèrent de leurs chevaux, les tenant chacun pour les reines et les laissèrent à l’étable. Ils attendirent ensuite à l’entrée de celle-ci que quelqu’un vienne les chercher. Pendant ce temps, lui et ses compagnons discutèrent entre eux.


- Je crois que nous sommes les derniers arrivés.  Il semblerait que les nations soient déjà tous réunis et qu’ils se préparent déjà. D’après-moi ils ne vont pas tarder à partir.

- Et nous on ne sait même pas quelle sera notre place dans cette bataille. Je me demande s’ils ne vont pas nous renvoyer…ou même nous laisser monter ici la garde.

-Ca m’étonnerait! Le conseil du Grand Ordre ne l’accepterait pas. Nous sommes ici sous leur ordre direct.

En sentant l’inquiétude de ses frères d’armes, Seakas tenta de les rassurer d’une voix calme.

-Ne vous inquiétez pas mes frères. Les dirigeants de cette guerre nous placeront là où ils nous penseront le plus utile. Ne contrevenons pas à leur décision. Ils ne risquent pas de nous retourner à Cordis. Contre les Gnolls, nos pouvoirs peuvent s’avérer utile. Nous pourrons aussi servir pour le support des troupes. Quoi qu’il arrive, restons simplement unis et ne cédons pas à la panique. Rappelez-vous du serment que vous avez prêtez lors de votre adoubement. Vous ne devez pas fuir le danger. Votre formation vous a servi à savoir comment le braver, comment faire face à un risque de mort, comment combattre au péril de votre vie sans jamais fuir. Rappelez-vous bien de cela mes frères. N’ayez que ça en tête.

En l’écoutant, les frères d’armes de Seakas reprirent conscience d’eux même et gardèrent un air calme et concentré, sans aucune once de peur, de joie ou de colère. Ils se préparaient déjà mentalement pour la bataille qui les attendait. Même si Seakas ne le démontrait pas, lui aussi se préparait mentalement à affronter cette armée de Gnoll.

-Mes frères, je suggère que nous méditions et prions ensemble en attendant que l’on vienne nous chercher. Histoire de faire descendre la bénédiction de Cosmo sur nous.

Tous approuvèrent d’un signe de tête. Seakas et ses compagnons formèrent un cercle et se mirent donc à genoux au sol et chacun sortirent leur épée, plantant la pointe au sol et la tenant avec les deux mains l’une par-dessus l’autre par le pommeau. En silence, ils baissèrent la tête, fermèrent les yeux et adressèrent dans leurs tête une prière personnelle tout en méditant afin d’obtenir la bénédiction de Cosmo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ravel Maurengir

Malandrin modeste

Malandrin modeste
avatar

Messages : 30
Age : 19

Feuille de personnage
Race: Humain(e)
Fonction(s):
Influence:
1/10  (1/10)

MessageSujet: Re: Regroupement   Sam 11 Oct - 22:36

Les troupes avançaient à une bonne cadence tout comme le cheval de Ravel qui se tenait aux côtés de ceux d’Esgerd et du Générale. Toutefois, l’esprit de l’homme était bien loin… loin comme la joie et la rosée douce et calme du matin. De plus en plus éloigné du doux soubresaut du bateau se calant contre les vagues azuréennes.

En fait, il faisait de l’ordre dans son esprit, se concentrait sur la masse bleue au creux de son être. Des éclats violacés en jaillissaient de temps en temps, de plus en plus souvent au fil du temps.

L’amas d’énergie gonflait au rythme des respirations de son hôte. C’était sa préparation à la bataille. Une fois de plus, Ravel avait l’impression de retourner dans la gueule du loup. Les dernières nuits de cauchemars n’étaient pas encore chassées qu’il décidait déjà de retourner en vivre un. La dernière guerre l’avait fait vieillir plus qu’il n’aurait dû. Il aurait bien espéré cette fois-ci qu’il n’en soit pas ainsi, mais la vie lui avait appris à ne pas se faire de fausses idées. La mort lui avait, pour sa part, montrer à donner la sienne s’il en avait l’occasion pour en sauver une autre.

Sans faire de bruit, Ravel saisit sa montre de poche et la retourna pour y voir sa boussole. Il ouvrit le tout pour y voir une petite boucle. L’homme ferma les yeux en faisant confiance à son cheval pour qu’il suive le groupe. Puis, il se saisit de l’un de ses trois pendentifs. Il expira longuement avant de refermer le compartiment et de le ranger.

Les yeux fermés, le voleur remarqua qu’à l’intérieur de lui, la masse bleue était enfin stable et qu’elle l’avait empli. Il ouvrit d’un coup sec les yeux avant de frotter trois doigts de sa main gauche l’un contre l’autre. Un petit éclair bleu jaillit tandis que ses yeux prenaient une teinte mauve et électrique.

Le chemin s’achevait tout comme les vagues se fracassant sur le rivage, tout comme les idées auxquelles méditait Ravel. Il fallait maintenant passer à la stratégie. Se battre avec une faux demandait de l’espace et il ne voulait surtout pas incommoder certains Devas.

Ce ne fut que lorsque le cor résonna que Ravel sortit réellement de sa torpeur. Ce n’était plus le temps de penser. Il ne fallait pas trop penser lorsque on tuait, il ne fallait que le faire…

- Vous allez avec le reste de l’armée.

Suite à ce congédiement, l’homme demeura toujours aussi calme et fit changer la trajectoire de son cheval. Il débarqua de scelle une fois à destination avant de se mettre au travail : il fallait le monter ce camp. Se mêlant sans trop de mal, mais bien avec quelques regards soupçonneux, aux Devas, Ravel se mit à monter les tentes. C’était l’échauffement. Une fois sa tâche faite, le combattant se plaça face à un arbre, toujours à proximité d’Esgred pour s’assurer qu’elle n’ait pas de problème auprès des hommes de l’armée Devas.

Après s’être assuré que personne n’était trop près, Ravel sortit sa faux de son étui en un mouvement vif. S’imaginant des combattants irréels, il débuta un combat qui s’avérait être éternel. C’était celui de la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yavana Finariel

Maîtresse des Lames

Maîtresse des Lames
avatar

Féminin
Messages : 39
Age : 34

Feuille de personnage
Race: Deva
Fonction(s): Général du Calandôr
Influence:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: Regroupement   Sam 18 Oct - 17:44

Après quelques minutes d’attente, le responsable du fort, ce fameux Commandant Graves finit par arriver. Son allure ne surprit guère la deva, elle s’attendait plus ou moins à ce type d’officier, l’allure un peu bourru mais bienveillant. Ce genre de fonctions allait souvent à des hommes de ce type. Allait savoir pourquoi,  cela avait peut-être un côté rassurant.  Les paternalistes pour veiller sur la maison, les petites terreurs sur le terrain.

- Commandant dit-elle en le saluant. De même.

S’il se disait honoré elle ne savait pas trop quoi en penser. Derrière les formulations protocolaires les pensées pouvaient être des plus différentes. Certes en dehors du Calandôr certains se rappelaient avoir croisé le Capitaine, mais quant au Général, sa nomination avait été trop récente pour que cela en devienne un évènement de la recevoir. Enfin bref, elle avait répondu “de même” par courtoisie”, prêtant plus attention au reste de ses paroles. Il y avait de fortes chances que la place pour ses hommes était celle où elle les avait envoyé. A moins de  manquer de lucidité, le commandant ne les aurait sans doute pas placé proche des asuras.

- Très bien, ne les faisons pas attendre, le temps des mondanités viendra plus tard, une fois ces maudites bestioles écrasées.

Elle suivit le Commandant à travers le fort puis les couloirs pour arriver à la fameuse salle de réunion. Dès qu’il entra il la présenta aux présents et Yavana parcouru du regard les personnes présentes, les identifiant facilement : quatre vampires, un de chaque maison un d’entre eux ne cachant aps son dégoût à son regard, un asura, sans doute un Général et le fameux vizir du Nékéharkhan, l’homme au masque. Point de Général de l’Aquasca en vue, amis plusieurs soldats dont un à l’armure qui n’était pas comme celle de simples fantassins.

- Dames, seigneurs dit-elle simplement en s’inclinant.

Elle n’en dit pas plus s’avançant  autour de la table. Comme il avait été dit, elle n’était pas là pour parler chiffons avec eux. il y avait plus à faire que de s’étaler en bavardages de fond inutiles. Graves déroula une carte sur la table, invitant le fameux soldats, un dragonnier à donner ses explications. Sans doute avait il état envoyé en éclaireur et elle se demanda pourquoi ces informations n’étaient pas parvenues plus tôt. Elle était presque sûr que la capitale ne les avait pas encore.

La situation était déplaisante. Le nain apparut au banquet n’avait donc pas menti : ces clans gnolls avaient bien été regroupés par un chef et ses deux officiers, qui s’il était aussi violent que  prétendu, n’était pas un imbécile. Du moins bien moins que ces comparses.

- Une chose est certaine au moins, l’apparition au banquet ne semble avoir menti sur rien. Si ces gnolls noirs sont inconnus alors inutile de chercher plus loin, cette espèce de gnoll est plus maline que les autres et leurs chefs ont permis cela. S’ils sont le ciment des clans, alors si nos lames doivent doit choisir entre deux, c’est sur le noir quelle doit s’abattre en premier. Plus ils tomberont, plus il y aura de chances de les désunir.

Elle écouta les avis et acquiesça à ce que dit le vizir du royaume des sables.

- S’ils ont des machines de guerre, il faut les affronter en amont pour qu’ils ne puissent pas s’en servir autant qu’ils le comptent.

Elle pointa du doigt le point à mi-parcours du fort et de la frontière et le glissa jusqu’à elle.

- Ici sera le mieux. Mais il faut éviter la nuit. Si devas, asuras et vampires y voient mieux la nuit, les gnolls aussi, or ce n’est pas le cas des humains. le reste n’est qu’une disposition des forces selon chacun. Pour ma part, j’ai relativement de polyvalence, mes archers et mages peuvent  les attaquer à grand distance ou leurs forces en arrière et j’ai de quoi mener des charges de cavaleries ou à pied.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jerek Krahrn

Protecteur du Nord

Protecteur du Nord
avatar

Masculin
Messages : 41
Age : 25

Feuille de personnage
Race:
Fonction(s):
Influence:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Regroupement   Jeu 23 Oct - 9:17

Jerek n'avait pas grand chose à faire, mis à part attendre les instructions du commandant une fois la réunion finie. Il avait donné son point de vue, et désormais, c'était les plus grands de ce monde qui allaient décider.


***Pendant ce temps, à l'extérieur....***


Tlolek: - Et il est où, Jerek ?!

Alek: - Toujours avec le commandant es les grands pontes, dans le fort.


Tlolek grommela. Cela voulait dire que c'était à lui que revenait la responsabilité d'installer les nouveaux venus. Et, si les dévas n’avaient besoin de personne, et qu'un messager était venu amener leur commandant vers le conseil de guerre, ce n'était pas le cas des chevaliers de l'ordre de Cosmo. Ils n'avaient pas encore installé leur tente qu'ils commençaient les prières. Tlolek attendit qu'ils en aient terminés. Iskolde disposait d'un temple consacré à Cosmo, et sa protection leur serait utile si Tlolek et ses camarades du Markstend voulaient revoir Iskolde. Tlolek prit soudain la pleine mesure qu'ils étaient partis avec tant de précipitation qu'ils n'avaient pas eu le temps d'implorer la bénédiction des dieux.Tlolek déglutit. IL avait vaguement espéré que leur rôle se bornerait à entraîner les armées à résister au froid. Mais il semblait certain qu'ils iraient au combat avec les autres troupes d'Aquasca. La prière s'acheva, et Tlolek s'approcha. Il n'avait jamais été à l'aise avec les gens. C'était le boulot de Jerek, ca ! Surtout ici !


Tlolek: - Mmh...... C'est un honneurs de voir que l'ordre de Cosmo nous soutient.


L'un des paladin se tourna vers lui, et Tlolek salua.


Tlolek: Je m'appelle Tlolek. Je suis navré, mais le responsable heu....."logistique" se trouve actuellement dans le fort. Cependant, je vois que vous n'êtes pas encore installé. Le camp est plein à craquer, mais il nous reste un peu de place juste à côté de notre tente, si vous le souhaitez.


En fait, le camp n'était pas si plein à craquer que ça, mais le petit emplacement libre à côté de la tente des hommes d'Iskolde était le seul qui vint à l'esprit de Tlolek. Aussi conduisit-il les paladins à l'emplacement dit, et, juste derrière la bannière d'Iskolde, ils érigèrent la tente des servants de Cosmo.

si les paladisn laissaient parfois leur regard errer pour "prendre la température" de l'endroit, ils verraient que les hommes de Markstend ne chômaient pas. Ils couraient un peu partout, ne revenant se reposer qu'un instant à leur tente, avant de repartir.

Une fois la tente montée, Tlolek s’adressa de nouveaux aux paladins

Tlolek : - Je vais envoyer quelqu'un annoncer votre venue au Commandant. A moins que vous ayez d'autres ordres ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du destin

Personnage Non Joueur

avatar

Masculin
Messages : 160

MessageSujet: Re: Regroupement   Jeu 23 Oct - 13:35

Le commandant avait écouté les arguments de chacun, le plan se mettait doucement en place et bien qu'il ait éludé les querelles intestines qui étaient là avant son arrivé il remettrai à sa place quiconque oserait remettre ça sur le tapis, il était le commandant de ce fort et sous ses ordres il n'y aurait pas de racisme de ce genre, surtout en un pareil moment. Pour qui se prenaient ils tout ces enfants gâtés à s'envoyer des piques les uns sur les autres, que feraient ils une fois les gnolls à leur porte? Non définitivement cette alliance était leur meilleur moyen de résister alors que l'un d'entre eux s'amuse à les trahir ou quoi que se soit d'autre qui mette en péril cette entreprise et Graves l'affronterai personnellement, qu'il soit simple soldat ou Vizir.
Et à vrai dire il n'avait pas eut à le faire, les tensions étaient retombées ou tout du moins avaient elles été mise de côté lorsqu'il était entré avec la générale Déva. Le commandant écouta chaque élément fournit par le dragonnier, la situation était plus grave qu'il ne l'avait imaginé, des gnolls inconnus, des machines de guerre, des troupes en ordre de bataille, voilà qui était des plus inquiétant... Thelvas en avait vu des bataille, il avait étudié bon nombre de livres de stratégie pour en arriver au poste auquel il était aujourd'hui, mais dans aucun manuel il n'était marqué comment faire face à une telle menace.

Il ne le cachait pas il y a 5ans, il s'était laissé influencé par les démons, par leur sortilège une fois qu'ils avaient eut la main mise sur le Roi et le conseil, son esprit avait été embrumé et il avait orchestré des meurtres et avait fait couler le sang de son propre peuple. Mais lorsque le sortilège s'était dissipé il avait foncé, vers le sud derrière Damodred, il avait foncé vers les frontières de leurs alliés pour leur venir en aide et ce jour là il avait comprit que le Roi Damodred valait la peine d'être suivit, qu'il était apte à diriger ce pays car il avait vaincu le sort, il s'était dressé face à l'adversité et dans son armure rayonnante sous le soleil ardent il avait défait une partie de l'armée démoniaque avec un plan établit à la hâte... alors aujourd'hui il n'allait pas décevoir son roi, il ne ferait pas d'erreur et allait montrer au monde la puissance de l'armée de l'Aquasca, aussi, une fois que tous eurent parler, il se devait de conclure cette réunion...


"Nous avons donc notre plan établit, mes hommes formeront le gros des troupes et nous servirons de point à la lance que nous formons tous. Générale Finariel, le mieux est que vos mages attaquent les machines de guerre et vos archers les créatures qui s'en servent, ainsi nous éviterons de trop lourdes pertes. Vos cavaliers peuvent se mêler aux nôtres mais cela dépendra de l'épaisseur de la neige sur le champ de bataille, néanmoins j'ose espérer que nous les affronteront sur un terrain favorable, on dit que la neige se mêle à la boue après le passage du mur. Que les stryges se tiennent prêt à attaquer de front, ils formeront la première ligne d'attaque, cela permettra aux nécromants de démontrer leurs pouvoirs sur les premiers ennemis tombés, les archers humains et vampires se concentreront sur les lignes de lanciers afin que la cavalerie ne viennent pas s'empaler sur un immense champs de lances. Vizir, lorsque vos troupes arriveront, faites en sorte de briser ce qu'il restera de nos ennemis, serez vous à l'avant de vos troupes? Les soldats Asuras se mêleront aux soldats humains à pieds. Dragonnier, vous nous couvrirez du ciel, abattez autant de machines de guerre que vous le pouvez. Ensemble nous allons défaire cette armée, que les plus puissant d'entre nous se tiennent prêt à affronter leurs commandants, je serai de ceux là, je ne compte pas me faire manipuler une fois de plus."

Le plan était prêt et tous étaient d'accord sur la manière dont il allait se dérouler, désormais ce n'était qu'une question de temps...

"Maintenant, Hommes d'arme et seigneurs prenons congés, nous partirons aux premières lueur de l'aube afin de combattre à la lumière du jour et lorsque le soleil se couchera nous serons victorieux."

Il ne faut pas croire que seuls les soldats ont besoin d'encouragements, car les commandants aussi ont besoin de force et de courage, peu importe leur race, demain ils pouvaient tous mourir. Il attendit que tout le monde soit sortit et demanda à Yavana...

"Excusez moi générale, m'accorderiez vous quelques minutes une fois que vos ordres auront été transmis à vos troupes?"


--- Le soir même dans le camp vampire ---

Les deux femmes vampires n'avaient pas appréciés les propos de Graves, comment cet humain se permettait il de leur donner des ordres? De leur dire où se place et comment agir. Les ordres d'Akashia étaient pourtant clair, elles devaient suivre les humains sans y toucher, mais elles avaient terriblement envie de se nourrir du buffet qui se trouvait tout autour d'elles c'est pourquoi Brina interpella Anarion en premier...

"Je ne sais pas bouges! Fais quelque chose! Vas te nourrir que l'on puisse déclarer la guerre une bonne fois pour toute à ces imbéciles, nous sommes suffisant pour exterminer les gnolls à nous seuls!"

Felisya l'arrêta aussitôt...

"Si l'un d'entre vous fait ça, je vous promet que je vous met une flèche d'argent en plein coeur! Vous ne contredirez pas les ordres d'Akashia!"

"Oh la gentille petite fille sage va nous faire une grosse colère... arrête un peu de te la jouer Felisya, tu as autant envie de que nous de mettre un terme à tout cela."

"Ce n'est pas la question, les ordres de mère ne sont pas négociable."

Brina laissa tomber, s'approchant doucement de Felisya, elle effleura ses lèvres des siennes avec un air aguicheur...

"Nous pourrions toujours combler nos frustration de cette manière, qu'en penses tu Anarion? Allez ne fais pas cette tête, ça t'occuperai toi aussi."

Felisya eut un petit rire carnassier avant de rendre son baisé à Brina...

"Il est peut être trop sérieux pour s'amuser avant la bataille..."

La nuit n'allait pas être de tout repos chez les vampires et quelques heures se passèrent avant que Brina et Felisya décident de partir en chasse... d'animaux dans les plaines alentours.

--- Le lendemain aux premières lueurs de l'aube ---

Graves Thelvas avait donné ses ordres la veille et lorsque le soleil se leva il était prêt, il avait revêtu son armure, toujours dissimulée sous sa cape rouge, ce n'était qu'une armure humaine, sans matériaux précieux ou magique, mais elle était de très bonne facture.


Le commandant était monté sur son cheval blanc, prêt à prendre la tête de cette immense armée, mais avant que les autres race ne les rejoigne, il s'adressa à ses hommes...

"Hommes de l'Aquasca, combattants, soyez la fierté de notre Roi, pour protéger notre liberté, nos femmes et nos enfants, ensemble nous connaîtront peut être la mort, mais ensemble nous combattrons, pour que notre présence sur cette terre ne soit pas vaine, pour que ceux qui sont à naître puisse voir le jour, pour que les ténèbres n'envahissent pas ce monde, montrons nous digne de nos aînés, montrons à ce monde que l'homme sait encore se battre comme lors de la guerre du chaos. Restez aux côtés de vos frères, ne mourrez pas et demain, demain vous raconterez votre victoire, dans la gloire et la lumière de Cordis! Pour l'Aquasca! Pour le Roi! Pour le peuple! En avant!"

Et les bottes et sabots se mirent en marche, la guerre allait être leur prochaine étape, il faudrait plusieurs heures pour y arriver et Thelvas ne comptait pas fatiguer ses hommes, tous devaient être en état de se battre, tous devaient pouvoir tuer au moins 100 gnolls chacun! Le discours avait galvaniser les hommes, il en gardait sous le coude pour avant la bataille, il avançait, il avançait vers la guerre et nul ne savait qui en reviendrai et surtout dans quel état.
HRP : Chers joueurs la bataille ne va pas tarder, vous pouvez poster ici même pour dire comment vous faites vos préparatif et que vous vous mettez en marche, le prochain poste PNJ sera pour vous l'occasion d'entrer dans la guerre. FIN HRP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eneyr Androsten

Âme des cieux

Âme des cieux
avatar

Messages : 23
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain(e)
Fonction(s):
Influence:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Regroupement   Jeu 23 Oct - 14:56

Eneyr s'était rassit après son exposé sur les gnolls, il avait écouté chacune des paroles des différents protagonistes. Le Nékéharkan arriverait après... comme c'était étonnant, il y avait fort à parier que ces minables esclavagistes n'étaient là que pour récolter les lauriers et espérer se trouver une place ou un accord quelconque, sinon pourquoi seraient ils à ce point en retard? Oh le dragonnier n'avait pas en plus haute estime les vampires, certainement là pour espérer que l'Aquasca contracte une dette à leur encontre, il espérait simplement que le roi Damodred serait plus éclairé qu'il ne l'avait été il y a 5ans.

Lorsque le commandant donna ses ordres à Eneyr ce dernier hocha la tête et répondit...


"Nous protégerons l'armée autant que faire se peut, je ne pense pas que leur archers soient assez bon pour inquiéter un dragon en plein vol, il en sera fait selon vos ordres."

Puis le dragonnier avait attendu la fin de la réunion, il n'y avait rien d'autre à dire et il n'était pas du genre bavard ni à se mêler à ses semblables ou à d'autres. Tout le monde avait eut ses ordres, si ils étaient respectés, la bataille serait gagnée, Eneyr ne comptait pas les ignorer, néanmoins il montrerait beaucoup de prudence pour Riin, il ne sacrifierai pas son dragon pour une guerre, même si ce dernier ne serait certainement pas d'accord, ce n'était pas à lui de décider mais à Eneyr et personne d'autre, si les tirs devaient pleuvoir ou si des mages devaient s'en prendre à Riin, Eneyr serait obligé de reculer ou d'aller seul sur le champ de bataille.

Lorsque le commandant ordonna la fin des préparatifs, Eneyr s'en retourna à la tour où attendait son dragon, gravissant chacune des marches assez rapidement pour ne pas qu'on l'oblige à se retrouver avec d'autres humains ou même avec ce Vizir dont il aurait bien arraché le masque et détruit le visage sous seul prétexte qu'il était du Nékéharkan.

Arrivé en haut de la tour, le dragon reconnu son maître et se redressa, Eneyr le regarda alors et lui raconta ce qui s'était passé...


"Demain nous irons à la guerre, nous allons devoir protéger tout ceux en bas, qu'ils soient humains ou non. Nous allons affronter des gnolls, tu sais, ceux sur la montagne."

Riin souffla comme si ces gnolls étaient vraiment le dernier de ses soucis, la fierté de dragon de pouvoir vaincre tout ce qui se présente devant lui sans doute. Eneyr l'arrêta cependant...

"Ne sois pas si sûr de toi, tu vas avoir une mission très importante, nous allons devoir détruire leurs machines de guerre, cela ne sera pas compliqué mais tu devra éviter les flèches et éventuellement leurs mages. Ce ne sera plus un livre Riin, mais ce ne sera pas pire qu'Avalon."

Le coeur du dragonnier se serra et celui de sa monture également, le premier se saisit alors de sa longue lance d'Airain, une arme magnifique ouvragée qui lui avait offert lorsque l'on lui avait remit son titre et il se mit à l’affûter tout en racontant une nouvelle histoire à Riin, une belle histoire d'amour, sur une femme tombée des cieux, sur le royaume céleste et tout les secrets que renfermaient les légendes. Le coeur du dragon sembla se reposer et le bruit de la pierre d’affûtage berçait l'immense créature tendit que Eneyr regardait son arc, il en aurait besoin plus que jamais demain, demain allait être un grand jour, il allait revoir la guerre et le sang.

Le lendemain matin


Eneyr avait dormit contre son dragon, la nuit avait été assez claire pour le permettre et le dragonnier préférait ce genre de sommeil à toute chambre ou lit entre des murs. Eneyr était un homme libre, dans tout les sens du terme et sa loyauté n'allait définitivement qu'à son redoutable dragon. Il enleva en premier lieu l'immense caisse que portait Riin autour du cou pour ne pas qu'elle le dérange durant le vol et la bataille. Le dragonnier ne portait qu'une simple armure légère, il avait été à la forge pour prendre des épaulières mais le reste était une armure des plus rudimentaire, le don qu'il possédait suffisait à le protéger et monté sur Riin il ne risquait pas grand chose, les choses se compliqueraient uniquement si il était jeté au sol, mais cela avait peu de chance d'arriver, pas tant que Riin serait en vie.

Il caressa longuement le cou de son dragon avec son gant de cuir et prit place sur sa selle, prenant grand soin de bien s'attacher afin justement d'éviter toute chute, si il devait tomber se serait en même temps que son dragon. Il entendit le discours du Commandant, il appréciait ce genre d'homme plein d'entrain, bien qu'il ne partageait pas sa façon de penser sur certains point, il avait raison, Valhistar avait besoin d'eux et d'eux tous. Sa longue lance d'Airain solidement attachée sur le côté de la selle pour s'en saisir le plus rapidement possible, il avait son arc en main et sa rapière sur son flanc, il avait mit son demi masque et alors que Graves terminait son discours, le dragon déploya ses ailes qui semblait interminables et s'envola dans un cri draconnique comme pour soutenir les mots du commandant, la guerre était en marche et Eneyr serait le messager des cieux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezraïl

Et bim dans ta gueule !

Et bim dans ta gueule !
avatar

Masculin
Messages : 91
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain(e)
Fonction(s): Vizir de Khemdara
Influence:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: Regroupement   Jeu 23 Oct - 15:33

Ainsi vous décidez du sort du monde mon cher Commandant, vous placez vos pions et espérez qu'ils survivent, vous proclamez l'unité alors que jamais les races ne furent plus désunies hormis lors de la guerre du chaos. Tout cela finira dans le sang et vous serez heureux si jamais des guerres ne sont pas déclarés après votre prétendue victoire. Nous verrons bien, nous verrons où cela va vous mener, vous vous déplacez selon un plan établit depuis bien avant votre naissance, vous n'êtes que les instrument d'un destin préconçu sur une ligne temporelle donnée. Alors que je suis l'élément qui viendra décider de comment votre destin sera orchestré, le temps n'a plus de prise sur moi, mon bannissement a fait de moi l'être le plus libre de ce monde, ne l'avez vous pas encore comprit, mais soit si vous me le demandé...

"Mes troupes marcheront pour apporter la victoire aux peuples de Valhistar, comme il en a été convenu. Je serai effectivement celui qui les guidera, en tant que chef des armées, mon devoir n'est pas de resté prostré dans mon château en espérant la victoire des miens."

Pour qui me prenez vous commandant? Mon armure fait de moi un être sans pouvoir mais je ne suis pas sans défense pour autant? Qui donc peut se vanter ici même d'avoir survécu à la guerre du chaos? J'étais l'un des généraux des légions qui recouvrirent Valhistar de leur prétendue lumière, mon épée est plus affûtée que toutes les vôtres réunies, ma connaissance de ce monde va au delà de celle du plus vieux des hommes. Alors commandant, croyez moi, le champ de bataille tel que vous le concevez n'est qu'une formalité pour moi, en aucun cas vous ne verrez autant de ce que vous nommez atrocités que je n'en ai vu au cours de ma vie.

Mais soit, le plan est terminé, nous prenons congé de vous et je m'en vais vers la muraille, au dessus de la porte principale je regarde l'horizon.
J'entends les hommes parler, ils ont peur, derrière des phrases pleines de courages et de prétention ils ne font que transpirer la peur. Est-ce avec cela que vous allez vaincre le gnolls? Charmants humains pathétiques. mon regard glisse alors vers le camp des vampires, ces lâches qui n'ont répondu que par leur silence, si amusant, si stupide créature, mais votre noirceur pourrait bien m'être utile, un jour ou l'autre il me faudra discuter avec vous, mais avant tout, contemplons cette guerre. Regardons à lm'horizon et admirons la brume composée du sang des humains s'élever loin au nord, je vous regarderai brûler et souffrir et vous m'accueillerez comme un héros.

La nuit vient et alors que je retourne dans mes appartements je vois mon arme, accrochée au mur je la sors de son étui, rare sont les armes aussi ancienne, les armes qui ont vu autant de guerre et de sang, tu as été prisonnière avec moi mon amie, ensemble nous allons rappeler à ce monde ce qu'est la guerre, nous allons rappeler à ces humains leur insignifiance. J'entends que tu appels le sang, j'entends le doux son mélodieux que tu es capable de produire pour faire frissonner nos ennemis. Mais il est temps de laisser passer la nuit d'entendre les murmures des hommes qui s'endorment avec l'angoisse que demain soit leur dernier jour sur terre... tellement délectable.


// Le lendemain //

Alors que les armées se préparent je suis sur le mur, au dessus de la porte et je regarde les troupes s'armer, je regarde Thelvas procurer un dernier courage à ces morts en sursis, je vois qu'il me regarde, ne t'inquiètes pas humain, je viendrai à ton secours en temps voulu mais pour le moment mes troupes marchent vers Bellicus, nous serons le bastion de ta propre déchéance, mais pourtant tu vas survivre, cela ne fait aucun doute, contrairement à ces soldats que tu encourages en espérant que cela suffise à leur donner assez de forces pour combattre, votre armée est impressionnante commandant, mais saura-t-elle suffisamment s'entendre pour ne pas sombrer dans l'anarchie et vous entrainer tous vers la mort?
C'est alors qu'un cri déchire le ciel, le dragonnier lui aussi a prit son envol, c'est une arme redoutable que tu as là pour un simple humain, mais la prétention qui t'emporte avec elle dans les cieux ne sera t elle pas celle là même qui te fera chuter en te faisant te souvenir de ta condition de mortel?
Allez cher morceaux de viandes, allez nourrir la bête, je viendrai lui trancher la tête... . C'est alors qu'un messager arrive à mes côtés...


"Monseigneur, un message de la Reine, vos troupes seront là dès demain"

Parfait... .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anarion W. Leolin

Fou de la Reine

Fou de la Reine
avatar

Masculin
Messages : 25
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Vampire
Fonction(s):
Influence:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: Regroupement   Sam 25 Oct - 22:26

J'aurais volontiers fait avaler sa langue à ce Vizir de pacotille, à moins que je ne prenne plus de plaisir à la lui arracher pour la déguster moi même, mais Brina m'en dissuada, posant un bras sur mon épaule, elle se contenta d'un sourire venimeux en direction du Vizir et je l'imitais. Entrer dans son jeu serait tendre le bâton pour me faire battre. Oh, bien évidement, je n'avais pas peur de ses piques sans aucune consistance. Sa verve se voulait intelligente, alors qu'elle était complétement incohérente, mais si je l'avais suivis sur ce terrain, j'aurais certainement fini par déclencher une guerre. Akashia ne me l'aurait certainement pas pardonné, nous n'étions pas ici pour nous faire de nouveau ennemis. J'ignorais pourquoi la Reine avait décidé de nous envoyer, mais elle m'en voudrais de revenir avec une déclaration de guerre plutôt que la promesse d'un nouveau garde-mangé.

Me détournant de cet homme au si grand courage qu'il préférait se cacher sous un masque. Je fit semblant de m'intéresser à la carte étalée sur la table devant nous. Les propos des uns et des autres ne n'importait peu et à vrai dire, si je semblait attentif, je me moquais bien des rapports de dragonnier et autre stratégie de Deva. Supporter une telle engeance était déjà beaucoup. Beaucoup trop. Plus vite nous en aurions finit, mieux se serait.

Comme Brina, je n'avais pas apprécié le ton qu'avait employé le commandant. Son assurance me tapait sur les nerfs. Sans ses alliés, il n'était rien. Sans nous, il se ferait arracher la gorge et il osait disposer de nous comme bon lui semblait. Fort heureusement pour l'intégrité physique de l'humain, la réunion pris rapidement fin. J'en avais assez de faire semblant et j'aurais volontiers suivis Brina dans sa vendetta.

Affalé sur l'un des confortable siège présent dans la tente de notre Princesse Lahmianes, je ruminais en jouant avec ma dague. Les yeux dans le vague, je pensais que j'aurais donné n'importe quoi pour être loin, très loin. J'en avais assez d'attendre mon heure et je venais de décidais qu'après le massacre annoncé, je profiterais du retour de nos armée pour faire un petit détour... Tout petit. Cette perspective illumina ma soirée et je lachais un soupir alors que Brina continuait de fulminer.

"Détends toi... Tu aura tout l'occasion de lui faire passer ses sales manière sur le terrain..."

Ma voix était lointaine, mon regard perdu dans les flammes brulant au centre de la tante. J'étais loin, très loin. Dans les marais putride de l'Aranathdôr à chasser un lycan... J'esquissais un sourire en coin avant d'échapper un grognement. L'invitation de Brina était tentante, mais mon délire l'était plus encore... Pourtant, il ne pouvait rivaliser avec le charme et le savoir faire des deux vampires, alors, je me laissais tenter.

Au petit matin, il fut temps de penser à la bataille. Nos troupe fut prête en l'espace d'une heure. Ordonnées, prêtes à comprendre. Nous étalions aux yeux du monde toute notre efficacité. Capuche remonté sur la tête, monté sur mon cheval, j'attendis simplement que les hommes de l'Aquasca ne se décide à bouger. Nul besoin de discours pour motiver les vampires et les paroles de Graves me tirèrent un ricanement.

"A la place de ses soldats, je partirais en courant dans l'autre sens... Il empeste la peur ! Tu va pouvoir passer tes nerfs ma cher Brina."

Et l'armée se mit en marche. Bientôt, cette bataille ne serait que de l'histoire ancienne et je pourrais m'occuper d'affaire bien plus importante et réjouissante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yavana Finariel

Maîtresse des Lames

Maîtresse des Lames
avatar

Féminin
Messages : 39
Age : 34

Feuille de personnage
Race: Deva
Fonction(s): Général du Calandôr
Influence:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: Regroupement   Ven 31 Oct - 19:12

Au moins les choses n’avaient pas trainé et un plan très vite établi. Cela revenait presque d miracle, Yavana se saurait attendu à ce que cela soit plus difficile entre les bourrins voulant foncer dans le tas, ceux préférant rester derrière et des possibles ne sachant pas quoi faire tout court. Cependant, elle restait méfiante, elle n’avait guère confiance en certains de leur alliés du moment. Vampires et asuras étaient ce qu’ils étaient, le vizir du Nékéharkhan était étrange. Le plus qu’elle pouvait avoir confiance était l’Aquasca, même s’ils s’y étaient pris comme des manches au début de cette affaire. Mais les choses étaient désormais plus ordonnées et les représentants du royaume humain en place semblaient fiables.

Tout étant décidé, chacun retourna vers son camp, mais le Commandant Graves stoppa Yavana, voulant lui parler à part. Elle arqua un sourcil se demandant ce qu’il lui voulait et il s’agissait simplement de dîner avec lui. Elle hésita pour accepter ce traitement de faveur mais accepta, après tout elle se moquait de ce que les autres pouvaient penser. Une soirée agréable, l’officier humain visiblement la connaissant plus qu’elle ne l’aurait pensé, mais non pas pour sa carrière d’officier mais plus de celle de fine lame. Graves était curieux de son parcours, semblant très admiratif. Il ne s’agissait pas comme souvent de quelqu’un voulant se comparer à elle, par orgueil. Non Graves s’intéressait véritablement à elle par ce qu’elle avait accompli sans chercher du défi à l’épée. Un autre défi était peut-être présent dans sa tête, néanmoins, car ce dîner avait des allures de rendez-vous galant. il n’était pas avare en compliments, mais plutôt bien placés, sans trop en faire, s’il voulait en apprendre plus sur elle, il voulait aussi la charmer. Du coup Yavana se prit au jeu, s’intéressant aussi à lui. Fait étrange, aussi intéressé par ses faits d’armes, Graves n’était pas une fine lame. Bon combattant, mais il ne rentrait pas dans ceux qu’on appelaient les grands épéistes. Regret de sa carrière ? Peut-être. Les grands bretteurs étaient souvent admirés et enviés par leur talent et par le fait qu’ils étaient redoutables. Cependant cela demandait un apprentissage tôt et arrivé à un certain âge, on pouvait avoir des regrets. Yavana lui proposa de faire un jour quelques passes, mais Graves refusa, sans doute tenant à son honneur et ne voulant pas avoir l’air ridicule. Ainsi il parlèrent longtemps, Yavana évoquant quelques un de ses exploits, comme sa victoire dans l’arène de Khemdara. Malgré son apparence bourrue, Graves était finalement un homme charmant. Peut-être l’aurait-elle emmené dans sa couche, mais le contexte n’était pas propice à cela car demain cela serait la guerre et elle n’aimait pas mélanger ses devoirs et le personnel, même éphémère.

Ainsi quand la lune fut haute, elle rejoignit sa tente car à l’aube elle devrait lever son armée. Aux premières lueurs elle se prépara. Cela était comme quand elle allait mener un duel. Elle se plongeait dans une grande concentration tout en s’équipant. Une fois prête, elle sortit de sa tente et ordonna de lever le camp. Elle envoya au passage trois éclaireurs devant au cas où. Mieux valait des informations en doublon ou trop que pas assez. Elle ensuite préparer sa monture elle-même, ses soldats savaient ce qu’ils avaient à faire. Au bout d’une heure, elle était à la tête de son armée et jeta un oeil sur les armées alliées. Les vampires étaient les plus désordonnés, surtout les stryges, les asuras étaient un plus ordonnés, regroupés par unités, chacune hétéroclite. Les humains étaient les plus ordonnés avec les devas, bien que plus bruyants. Apercevant Graves, elle le salua de loin, elle était celui qui lui inspirait le plus confiance au final, la soirée ayant aidée à vrai dire. Elle l’aimait bien et espérait le revoir peut-être plus tard, si elle avait le temps, ses obligations ne lui en donnant pas beaucoup.

Quand tout le monde fut prêt, le Général deva ordonna la mise en marche des troupes, en direction la frontière à la rencontre des gnolls...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ravel Maurengir

Malandrin modeste

Malandrin modeste
avatar

Messages : 30
Age : 19

Feuille de personnage
Race: Humain(e)
Fonction(s):
Influence:
1/10  (1/10)

MessageSujet: Re: Regroupement   Dim 2 Nov - 3:58

Une parade, puis une attaque vers le haut, un demi –tour à droite, suivit d’un enchaînement formé de plusieurs coups de lames et de pieds. Puis, l’homme tomba à genou et rangea son arme.

Il hésitait. Il n’était aucunement question de sa place en ce monde, mais il se demandait sérieusement son ressentiment par rapport à sa situation. Craignait-il la guerre? Non, toutefois, il en craignait les conséquences. Il craignait encore une fois de voir la mort et la désolation faire des ravages suite à leur passage... il n’imaginait même pas ce que ce serait si les Gnolls gagnaient. Il ne voulait pas voir ni savoir, mais il savait qu'il ne pouvait guère ce le cacher. C’était une des possibilités. Comme celle que ses compagnons venus avec lui et que sa propre personne décèdent sur le champ de bataille ou encore suite à leurs blessures.

Néanmoins, le voleur chassa ses pensées. Il se releva dans l’idée d’aller se dégourdir les jambes. Il voulait voir les troupes et surtout savoir s’il avait plus d’un ennemi à craindre durant la bataille.
La plaine s’étendait pratiquement à perte de vue. Si cela n’avait pas été du vacarme et de la fébrilité que l’homme sentait dans son dos, il aurait pu observer quelques instants le paysage en étant serein.

Aux limites des camps de chaque peuple, la tension se trouvait souvent palpable. La situation était désolante. Ravel se doutait que plusieurs n’étaient pas prêts à mettre leurs rancunes de côté, même pour un seul combat. Cela serait, malheureusement, mais objectivement, un bain de sang.
Combien lui donnerait-on encore en plus à la suite de ce conflit? Deux… trois… cinq, peut-être dix. C’est en arrivant à proximité du camp des vampires qu’il eut cette réflexion complexe et intense sur l’éternité. Ce devait être long, toutefois, la notion du temps devait changer au fur et à mesure dans les esprits de ces immortels. Combien valait réellement une minute pour eux? Peut-être les comptaient-ils comme des secondes parmi tant d’autres.

Combien de temps lui restait-il à vivre? Combien de temps encore allait-il devoir chasser et combattre cette mort à la fois?

C’est lorsque quelques vampires se mirent à l’observer que Ravel décida de retourner à son campement. Ce n’était pas le moment d’attiser des problèmes ou plutôt, dans leur cas, un appétit qui n’était peut-être pas comblé.

Le chemin du retour fut plus bref. Ravel avait hâte d’avoir des nouvelles du Général. Il voulait avoir vent des ordres pour se préparer. Cependant, celle-ci n’était pas rentrée encore. L’homme se coucha donc près de l’arbre qu’il avait réussi à trouver un peu plus tôt. Dormir avec une bande de Devas ne l’effrayait pas, mais il préférait avoir son intimité et leur laisser la leur.

Il s’étendit donc en attendant le retour de la femme. Elle ne rentra que très tard et l’idée de la déranger avait eu le temps de s’enfuir de l’esprit de l’homme. Tout ce qu’il savait c’est qu’il devait être prêt à l’aube. Pourtant, une autre chose lui paressait certaine : il ne dormirait pas cette nuit.


Le lendemain, avant même que le camp ne commence à se réveiller, Ravel était debout, son armure réajustée et tout ce dont il aurait besoin était à sa place habituelle. Il se tenait là, sans difficulté, comme si la fatigue n’avait plus aucun effet sur lui depuis longtemps.

Il inspira et expira. Entre ces deux actions, il avait changé. Il n’était plus le même homme. Ravel était, malgré lui, redevenu un soldat, un meurtrier… un assassin poussé par la rage de la vie et la vengeance. Il savait qu’il aurait à tuer et il contenait son contentement. Il tentait de conserver sa raison. Tout ça, car il savait aussi qui il deviendrait une fois sur le champ de bataille. Son attitude ne serait plus la même pour quelques semaines après s’il survivait. Il devrait réapprendre à contrôler sa fureur une fois sortit de cette expérience. D’autres cauchemars s’accumuleraient, encore et encore. Ne lui laissant même l’occasion de rêver… de rêver à une tendre caresse apaisante que lui tendait certains soirs Morphée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seakas Hawklight

Faucon Sacré

Faucon Sacré
avatar

Messages : 24
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain(e)
Fonction(s):
Influence:
2/10  (2/10)

MessageSujet: Re: Regroupement   Mar 4 Nov - 22:59

Au moment où ils entendirent quelqu’un arriver, les paladins de l’ordre se levèrent tous en même temps et rangèrent leurs épées dans une synchronisation parfaite. C’était comme s’ils étaient liés les uns aux autres par une force quelconque car même le bruit métallique des cliquetis d’armure résonnait comme une mélodie harmonieuse.

Seakas fut celui qui fit un pas devant ses camarades pour servir d’interlocuteur.

- Mmh...... C'est un honneurs de voir que l'ordre de Cosmo nous soutient.

-Nous sommes tout aussi honoré de prêter les armes pour cette bataille.

-Je m'appelle Tlolek. Je suis navré, mais le responsable heu....."logistique" se trouve actuellement dans le fort. Cependant, je vois que vous n'êtes pas encore installé. Le camp est plein à craquer, mais il nous reste un peu de place juste à côté de notre tente, si vous le souhaitez.


Seakas aait bien compris qu’il n’avait pas affaire à un responsable. Le pauvre homme était mal à l’aise et sa se voyait. Peut-être se sentait-il inférieur à des guerriers saints comme eux? Dans ce cas, il fallait rassurer ce cher Tlolek. Il mit une main sur l’épaule du soldat et lui offrit un sourire accueillant, apaisant, digne d’un prieur de Cosmo.

-Soit à l’aise avec nous mon ami. Ici, nous sommes tes égales, nous sommes tes frères d’armes Aquasciens. Ce sera un plaisir de partager votre campement.

Le paladin se tourna vers ses frères et leur fit signe d’y aller.

-Vous avez entendu ce brave soldat mes frères? Alors allons-y! Prenons nos affaires et installons-nous à leur campement.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Les paladins de l’ordre d’Aquasca prirent tous leurs affaires et se mirent en route pour le campement de la troupe de soldat d’Iskolde. Seakas quand à lui suivit de près Tlolek, discutant avec lui de tout et de rien afin d’assurer qu’il soit à l’aise avec lui et ses frères. Ils s’avéraient tous être de forts agréables compagnons d’armes. Tous étaient ouverts à la discussion en plus d’être de forts bons combattants. D’autant plus que leur bonne maîtrise de la Sannaeth allait permettre à ces soldats de mieux combattre. Les paladins étaient spécialisés dans l’art de l’enchantement et dans le soin en plus d’avoir en réserve quelques sorts efficaces contre des forces maléfiques tels les gnolls qu’ils s’en allaient combattre alors bien sur…bien qu’ils n’étaient qu’une quinzaine d’hommes, ces guerriers saints allaient s’avérer être d’une grande utilité lors de cette bataille. Qui sait, peut-être sauront-ils faire la différence?

***

Le lendemain matin, après un repos bien mérité, Seakas et ses frères d’armes se levèrent dès l’aube afin de se préparer. Le jeune paladin enfila son armure de manière très efficace et après avoir contemplé son épée un court instant de bas en haut, la fit tournoyer et la rangea dans son fourreau. Il prit même le temps d’aider certains de ses frères d’armes à mettre la leur. Ce qui fit en sorte qu’ils furent prêts avant tout le monde. Le commandant des armées Aquasciennes livra un message d’encouragement auquel Seakas et ses frères répondirent d’un cri d’encouragement. Juste avant de partir, le chevalier sacré alla voir celui qu’on appelait Jerek. Il s’était informé au préalable à savoir qui s’occupait de la logistique. Aussi était-il qu’il était en charge de la petite troupe d’Iskolde. Il voulait lui glisser un mot avant la bataille.

- Soldat Jerek, je suis sir Seakas Hawklight paladin de l‘ordre d’Aquasca. Avant de partir, je voulais vous informer que moi et mes hommes suivront votre troupe lors de la bataille et sommes prêts à offrir nos pouvoirs à votre disposition. Comme moi et mes frères d’armes n’avons été placés nulle part, je crois qu’il est juste que nous nous entraidions en tant que combattants d’Aquasca. À moins que le commandant n’en décide autrement, nous combattrons donc côtes-à-côtes. Ainsi, avant de partir, ya-t-il des recommandations que vous pourriez nous faire concernant le combat en milieu nordique? Je me chargerai de retransmettre si tel est le cas.

Ainsi c’était décidé comme ça à la dernière minute. Les paladins d’Aquasca allaient combattre aux côtés des soldats d’Iskolde. En tenant compte de leur emplacement, ça permettra sans doute aux combattants du nord d’offrir une charge latérale plus efficace si les paladins sont avec eux. Car ils pourront enchanter leurs armes ou leurs offrir de meilleures capacités physiques ou encore des protections supplémentaires et ce même si c’était temporaire. En gros, même s’ils étaient qu’une quinzaine d’hommes, les soldats d’Iskole en vaudront surement une trentaine sinon plus avec les paladins qui leur offre un support. Le commandant a dut avoir rapport de leur présence alors il savait qu’ils avaient un autre atout dans leurs poches. Avoir des combattants magiques lors d’une bataille était un atout précieux. Surtout si les pouvoirs de ces mêmes combattants permettaient d’offrir un support aux autres troupes.

Un des frères d’armes de Seakas lui avait apporté son cheval. Ainsi, il prit ce dernier par les rennes en le remerciant. Les autres paladins avaient tous leurs chevaux et étaient prêts à monter dessus, mais Seakas leur fit signe d’attendre avant de monter. Il se tourna vers Jerek et lui offrit de monter.

- Chacun des chevaux sont capable de monter deux hommes et nous sommes aux nombres de quinze. Si vous êtes suffisants, nous pourront vous conduire jusqu’au champ de bataille afin que vous soyez préparé et que vous ayiez un maximum de forces pour la bataille. À moins bien sur que chacun de vos camarades aie déjà chacun une monture?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jerek Krahrn

Protecteur du Nord

Protecteur du Nord
avatar

Masculin
Messages : 41
Age : 25

Feuille de personnage
Race:
Fonction(s):
Influence:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Regroupement   Mer 5 Nov - 13:23

Ca y est ! Les derniers ordres étaient donnés ! Jerek tâcha de ne se trouver sur le chemin de personne en quittant le bureau du commandant, puis le fort.

Ils allaient bientôt être dans le feu de l'action, et Jerek repensait avec appréhension à l'ordre que lui avait donné le commandant. Après avoir assuré la logistique monstre de ce camp, voilà qu'on le mettait à la tête d'une charge de cavalerie qui promettait d'être sanglante. Ce n'était pas l'évolution de carrière qu'il avait envisagé. Pas du tout.

Quoiqu'il en soit, il n'avait pas le choix, et, avant de se mettre à réfléchir comment il allait composer avec les différents capitaines de cavalerie d'Aquasca, voire d'ailleurs (il déglutit à cette idée), il lui restait une petite montagne d'affaires logistiques à traiter.


Quand enfin il se arriva près de la tente d'Iskolde, il était tard. Il nota qu'une autre tente s'était dressée, juste à côté de la leur. Il reconnut l'étendard planté devant. L'ordre de Cosmo. Cela le frappa alors: ils étaient partis dans une telle hâte d'Iskolde qu'aucun d'entre eux n'avait eut le temps de demander la bénédiction des dieux. Trop tard, désormais.

Dans la tente, déjà emplie de ronflements, s'ajouta bientôt la respiration de Jerek.


***


Le lendemain, la course commença. Les derniers affres logistiques assaillaient Jerek, qui finit par s'en débarrasser avec soulagement, confiant ces problèmes à un autre intendant plus expérimenté, qui aurait fort à faire, même après le départ de l'armée. Jerek fut si occuppé qu'il n'entendit même pas le discours du commandant.

Le réveil avait été difficile, et Jerek fut reconnaissant à Tlolek de lui filer un coup de main pour renfiler son armure. Les autres étaient déjà partis chercher les chevaux. Tlolek et Jerek sortaient tout juste de la tente, quand un des paladin de Cosmo qui avait élu domicile à côté d'eux l'interpella. Jerek s'inclina rigidement, la main sur l'épée, à la Iskoldienne.

Le paladin lui annonça qu'ils allaient combattre côtes à côtes. C'était parfait. PLus ils étaient, mieux cela serait. Et avoir des servants de Cosmo non loin ne pouvait pas les desservir.


Jerek: - Monseigneur, nous sommes honorés. Nos ordres sont de charger l'ennemi de flanc, avec l'ensemble de la cavalerie. Je serait plus qu'heureux de voir des serviteurs de Cosmo parmi nous.



Le paladin s'enquit ensuite des dispositions particulières dues au froid. Arrivés bien tard, ils n'avaient put profiter de l'enseignement rudimentaire des autres Iskoldiens. Jerek allait donner l'essentiel, puisque de toute façon le départ était imminent.


Jerek: - Vous devriez graisser les armures, et huiler les lames. rajoutez aussi une couverture sur les reins des chevaux, où ils mourront de froids. Quant au combat.....La neige est l'ennemie. Elle aveugle et éblouit dès que le soleil se montre. Ne regardez pas vers l'horizon, et protégez vos yeux au mieux. Ne touchez pas l'acier ou le fer à main nue. Et si la neige est haute.....Inutile d'aller au grand galop, même à la charge. Vos chevaux ne sauront tenir le rythme, et vous finirez à terre.Si jamais on doit camper dans la neige.....Nous en reparlerons à ce moment là.


Le paladin hocha la tête, tandis qu'on lui amenait son cheval. Tlolek s'était également éclipsé, et était probablement allé chercher le sien. Jerek espérait qu'il allait lui ramener sa propre monture  en même temps. Le paladin proposa à Jerek de monter avec lui, mais il secoua la tête.


Jerek: - Je vous remercie, monseigneur. Mais nous avons fais les messagers, quand ce campement n'existait pas encore. Nosu avons nos montures. Tenez, les voilà.



En effet, derrière les paladins venaient d'apparaître les hommes d'Iskolde, tenant leurs montures par la bride. Tlolek amena le cheval de Jerek. Les chevaux dont ils étaient pourvus étaient plus petits, plus trapus, moins "beaux" et gracieux que la majorité des autres chevaux, mais ils étaient habitués au froid, et étaient endurants.

Encore derrière les iskoldien, les autres compagnies de cavaliers de l'Aquasca s'assemblaient, lançant quelkques regards goguenards aux Iskoldiens, à leurs chevaux "de traie", à ceux qui allaient mener la charge. Jerek ne pouvait pas vraiment leur en vouloir. Il n'y avait qu'à attendre que les choses se tassent. De toute façon, au combat, tout s’oubliera.

Il était temps. Les cavaliers montèrent en selle. Et bientôt, l'armée se mit en branle. Les étendards claquaient au vent, et, dans la longue procession, avançaient côte à côte ceux de d4iskolde, et les servants de Cosmo.


Jerek: Monseigneur, nous n'avons eut le temps de nous purifier en partant d'Iskolde dans la hâte. Nous bénirez vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seakas Hawklight

Faucon Sacré

Faucon Sacré
avatar

Messages : 24
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain(e)
Fonction(s):
Influence:
2/10  (2/10)

MessageSujet: Re: Regroupement   Ven 7 Nov - 17:13

Huiler les armes, graisser les armures, ajouter des couvertures? D’accord c’était noté. Ensuite la neige est l’ennemi, ne jamais regarder l’horizon et ne pas charger au galop si la neige est trop épaisse. Très bien, il avait compris tout ça. Avant qu’il en s’en aille vers son cheval à son tour, Seakas interpella son compagnon d’arme paladin et lui demanda de retransmettre le message en précisant bien que toute la troupe devait le savoir et de le faire au bouche à oreille si besoin est. Ainsi, sous peu, les troupes d’Iskoldes et les paladins de l’ordre montèrent tous sur leurs chevaux. Bien sur les chevaux du nords semblaient bien moins athlétiques que la plus part des autres et certains les regardaient de travers, mais Seakas et ses compagnons eux étaient fiers de combattre aux côtés des Iskoldiens, des frères d’armes Aquasciens, alors la musculature de leurs chevaux les laissait « complètement froid ».

Sur un autre ordre d’idée, Seakas fut quelque peu étonné d’apprendre qu’ils ne s’étaient guère purifiés durant la bataille, mais il n’allait surement pas en faire un drame. Bine au contraire, pour lui c’était un plaisir de bénir chacun de ses soldats d’Iskolde et il en valait surement de même pour ses frères d’armes. Dans un sourire enchanté, il hocha la tête et signala dans ses paroles encourageantes ses intentions de vouloir coopérer à leurs bénédictions.

- Moi et mes frères, nous nous feront un réel un plaisir de vous accorder notre bénédiction pour cette grande bataille. Juste avant la charge, nous béniront par magie les armes de chacun d’entre vous. Je peux vous assurer qu’avec ça, chacun de vos frères d’armes en vaudront facilement deux. La bénédiction d’arme est un sort très efficace contre des créatures maléfiques et je suppose que ces gnolls ne feront pas exceptions. Je dois vous mettre en garde cependant. Même s’ils s’avèrent d’une utilité particulière, nos sorts de support n’en restent pas moins temporaire. Je ne peux donc pas vous garantir que la bénédiction durera tout le temps de la bataille. Surtout si nos ennemis sont nombreux. Assurez-vous donc d’en éliminer une bonne quantité dans un délai des plus brefs possible. Nous seront en mesure de guérir vos hommes si jamais certains d’entre vous tombent blessés au combat, mais nous ne pouvons le faire à tout va non plus. Notre maîtrise de la Sannaeth est moins grande que celle des moines de l’ordre et donc, nous sommes limités quand à la quantité d’énergie à utiliser pour la guérison. Soyez donc vigilants et gardez en tête que si vous voulez qu’ont soit en mesure de vous aider, il faudra éviter le plus possible les blessures.

Sur ces mots, les paladins de l’ordre commencèrent à bouger en direction de la sortie sans trop aller rapidement afin que les troupes d’Iskolde puissent passer devant et ainsi leurs servir de guide. Seakas avait bien averti Jerek des limites qu’ils avaient pendant le combat, mais cela n’empêchait guère qu’ils avaient le pouvoir de les aider suffisamment pour faire la différence dans cette charge latérale qu’ils allaient mener ensemble. L’armée de l’alliance comptait un nombre de soldats exemplaire pour une bataille de cette envergure et cela compensait largement le fait qu’ils étaient plus ou moins préparés. Maintenant, oui maintenant, ils allaient livrer un combat qui décidera de l’avenir de la carte connue aujourd’hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Regroupement   

Revenir en haut Aller en bas
 

Regroupement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valhistar :: Royaume d'Aquasca :: Plaine de la Félicité :: Bellicus-