Après une longue période chaos, cinq royaumes vivent dans une cohabitation relative, chacun ayant ses intrigues internes.
 

Partagez | .
 

 Yavana Finariel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yavana Finariel

Maîtresse des Lames

Maîtresse des Lames
avatar

Féminin
Messages : 39
Age : 34

Feuille de personnage
Race: Deva
Fonction(s): Général du Calandôr
Influence:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Yavana Finariel   Mer 12 Mar - 20:55


YAVANA FINARIEL


  • Rang : A
  • Race : deva
  • Age : 450 ans
  • Royaume/faction : Calandôr
  • Fonction(s) : Général
  • Surnom : la Maîtresse des Lames
  • Classe : Chevalier
  • Blason :


Équipement et Pouvoirs


  • Arme(s) :
    En ceinture :
    - Zorya : une lame appartenant à la lignée Finariel depuis des siècles, solide, bien équilibrée et tranchante.
    Spoiler:
     
    - Masamune : un katana venant de terres lointaines, que lui a offert Héramar.
    Spoiler:
     
    Dos :
    - Claymore : une arme pouvant être portée à une ou deux mains, obtenue Aquasca du Nord (anciennement Marksten).
    Spoiler:
     
    Non-portées :
    - Azazel : une lame aranathdorienne, réputée pour être maudite, mais qu’elle a sut maîtriser. Elle l'a obtenu en tuant un ancien officier asura.
    Spoiler:
     
    - Phantom : un cimeterre venant du Nékéharkhan ayant appartenu à un Immortel qu'elle a obtenu après avoir remporté un défi dans l'arène.
    Spoiler:
     
  • Armures :
    - Armure  d'Aventurier : la plus couramment portée.
    Spoiler:
     
    - Armure de Guerre : armure lourde pour les batailles.
    Spoiler:
     
    - Armure de la Nuit : peu souvent portée, armure lourde pour les territoires sombres ou la nuit.
    Spoiler:
     
    - Armure Cérémoniale : armure lourde pour les cérémonies officielles.
    Spoiler:
     
    - Armure Nobliaire : armure légère pour des soirées.
    Spoiler:
     
  • Robes :
    - Robe de Cour : portée pour la cour ou certaines occasions.
    Spoiler:
     
    - Robe Cérémoniale : portée pour les grandes soirées et cérémonies.
    Spoiler:
     
    - Robe Nobliaire : une robe pour des contextes demandant des tenues plus strictes.
    Spoiler:
     
    - Robe de Soirée : une robe pour soirée.
    Spoiler:
     
  • Monture :
    - Epona : une jument coursier elfique.
    Spoiler:
     
  • Objets spéciaux :
    - Aucun
  • Caractéristiques raciales :
    - Sens supérieurs : les syls ont leurs cinq sens plus développés.
    - Nyctalopie : voit dans l'obscurité.
    - Magie et agilité supérieures
    - Résistance physique inférieure
    - Résistance magique supérieure
    - Forestiers : se déplacent et se camouflent aisément en milieu boisé.
    - Animistes : affinité avec les animaux sauvages.
  • Don(s) : (Réservé au staff)
    - Maître lame : Yavana est plus que douée dans le maniement des épées, on peut véritablement parler de don tant elle semble être née pour cela. lorsqu'elle manie simplement une épée elle compte comme au rang supérieur au sien.

  • Sorts / Techniques / Domaines :

    Note :  certaines techniques d'épées peuvent être exécutées de manière un peu différente selon l'épée utilisée.

    Techniques d’épée (sans utilisation de Sannaeth) :
    - Parades (D à rang+1) : Yavana connaît toute une panoplie de techniques pour parer les attaques.
    - Estoc (D à rang+1) :  Yavana connaît toute une panoplie de techniques d'attaque avec la pointe d'une épée.
    - Taille (D à rang+1) :  Yavana connaît toute une panoplie de techniques d'attaque avec la tranche d'une épée.
    - Désarmement (D à rang+1) : Yavana utilise l’élan de l’attaque adverse pour bloquer sa lame et en jouant avec pour l”éjecter et le désarmer.
    - Déséquilibrage (D à rang+1) : Yavana utilise une de ses bottes d’épéiste pour faire chuter l’adversaire en parvenant à le pousser, le faire trébucher.
    - Renvoi (D à A) : Yavana envoie les projectiles solides lancé contre elle dans une autre direction avec son épée. La réussite dépend de son estimation de la puissance et de la trajectoire du projectile.
    - Clivage (D à A) : Yavana tranche en deux les projectiles magiques lancés contre elle. La réussite dépend de son estimation de la puissance et de la trajectoire du projectile.
    - Danse des lames (A) : Yavana tourne sur elle même comme si elle dansait, esquivant, repoussant, tailladant, fauchant les ennemis l’entourant.

    Magie blanche lvl 2 :
    Guérison :
    - Soins mineurs (D à B) : permet de soigner des blessures mineures et apaiser les plus graves.
    - Dissipation (B) : neutralise des sorts d’altération d’état.
    - Soins majeurs (A) : permet de soigner des blessures plus importantes.

    Protection :
    - Runic (B) : absorbe une partie de la sannaeth d’un sort lancé sur elle à son profit.
    - Bouclier (rang C) : protège contre les attaques non-magiques et magiques.  
    - Impulsion (C) : confère un accroissement de vitesse pour la prochaine action.

    Sortilèges :
    - Lame Sainte (cf technique combinée associée) : Yavana enchante sa lame avec de la sannaeth blanche pour exécuter ces techniques combinées.
    - Combo sacré (C) : Yavana peut envoyer à longue distance cinq orbes de lumières de rang C.
    - Sidéral (B) : une orbe de lumière tournoyante entoure l'adversaire et implose.
    - Résonance (A) : Yavana cible un point et fait tourner un sceau devant elle. Trois sceaux se superposent au-dessus du point ciblé et en sort un rayon qui le frappe.
    - Sceau de destruction (S) : Yavana charge son poing de Sannaeth et frappe le sol. Un sceau s'étend autour d'elle et après quelques secondes, elle peut le faire exploser, blessant tous ses adversaires pris dedans.

    Illusions :
    - aucune

    Altérations d’état :
    - aucune

    Invocations :
    - Shiva (A) : un esprit de la glace pouvant combattre au corps à corps ou avec sa puissante magie de glace.
    Magie de la glace
    Transcendantale : Shiva emprisonne ses adversaires dans de la glace et la fait exploser.


    Techniques combinées (épée et sortilège) :
    - Lame fouet (C) : à l'aide de la Sannaeth, les coups de Yavana gagnent en portée et balaient tout autour d'elle (inutilisable avec Claymore).
    - Quadrilames (C) : Yavana exécute quatre coups d’épée en croix très rapides.
    - Déluge d'énergie (B) : Yavana saute sur l’adversaire avec le pied pour rebondir sur lui, et dans son saut arrière et enchaîne avec le sort Combo sacré.
    - Exécution (A) : Yavana frappe l’adversaire verticalement avec son épée, le coup étant accompagné d’une frappe de lumière qui blesse l’adversaire. L’attaque est extrêmement tranchante et blesse dans la chair et l’énergie magique de l’adversaire, lui en faisant perdre.
    - Omnislash (A) : Yavana exécute cinq assauts sur son adversaire en le tailladant, accroissant sa vitesse grâce à la magie.
    - Finition (S) : Yavana utilise la magie blanche pour accroître on prochain coup en triplant sa puissance de frappe.

Description physique

Yavana se démarque tout d'abord par sa taille. Mesurant 1m75 elle est plutôt grande pour une femme deva, mince avec ses 60 kilos. C'est une belle femme à la peau claire, au visage fin avec son nez mince, une bouche aux lèvres un peu pulpeuses, un nez fin. Ses yeux sont au bleu profond, encadrés par un maquillage noir leur donnant plus de profondeur et accentuant son regard déterminé. Sous son œil gauche elle a un grain de beauté, ajoutant un petit charme à son regard.

Son visage est encadré par des cheveux blonds, mi-longs, le côté droit descendant devant son visage, l'autre rabattu derrière ses oreilles et maintenu par une broche aux allures de plume qu'elle porte toujours. De ses cheveux dépassent ses oreilles, assez petites pour une deva mais néanmoins ayant bien leur forme pointue qui les caractérise.

Son corps n’est pas dénué de formes, sa silhouette est découpée et elle ne les cache pas dans ses tenues, les révélant, sans aller dans la provocation, mais restant féminine, même dans ses tenues de combattante (cf armures et robes). Si elle est soldat, Yavana n'oublie pas qu'elle est également une noble et une femme. Tous ses aspects de ce qu'elle est se retrouvent dans son apparence. Une allure toujours soignée, elle fait attention à sa présentation en toutes circonstance, par caractère, mais aussi par son éducation.

Description psychologique

Yavana est double. En fait il y a la combattante et la simple jeune femme.

La combattante est la plus connue, car le Capitaine Finariel a marqué les mémoires par ses actes, d’autant plus en étant issue d’une grande lignée mais aussi par ses talents d’épéistes dans le royaume. Cependant seule sa réputation de manieuse d’épée a traversé les frontières, mais elle n’est pas pour autant une grande célébrité connue de tous. Seuls les combattants chevronnés la connaissent vraiment ou ceux qui s’intéressent au sujet. Mais en devenant Général, les gens et autres pays vont sans doute vite se renseigner et très vite le contenu de sa carrière comme ses talents à l’épée sera connu.

Au sein des hautes sphères du royaume, elle divise. Elle est loyale envers la couronne, sa fidélité est sans faille, elle est compétente et ne compte pas les heures, car elle aime son pays et veut le protéger. Cependant c’est un officier dur qui n’attire pas la sympathie au premier abord, qui inspire le respect par sa noblesse et son comportement, mais aussi une certaine crainte. On la dit sans pitié envers ses ennemis, plus que ne l’ont été ses prédécesseurs, ce qui l’avait poussé à un acte l’ayant fait renvoyer de l’armée, peut-être aussi parce qu'elle prend parfois les choses trop à coeur. Aussi certains voient sa nomination d’un très mauvais oeil, car ils jugent que les devas devraient avoir un général ayant une meilleure image, politiquement correcte, un modèle pour les autres royaumes. La reine ne les a pas écouté et voulait quelqu’un qui soit pris au sérieux et redouté par les autres armées, en plus d’être d’efficace.

Ce qui est le cas de Yavana, car elle connaît très bien son métier en plus de ce qu’elle inspire. Malgré sa dureté, elle n’est pas partisane d’envoyer ses soldats au massacre pour la conquête, mais de gagner en limitant les pertes. Pour elle, toute vie humaine, qu’elle soit militaire ou non, est précieuse. Certes du coté militaire il y a plus de risque de part le métier, mais il n’y a pas de raisons d’envoyer quelqu’un au massacre si cela est évitable. Elle a un grand sens de la justice et de l’honneur et sait reconnaître les valeurs des gens et ne tolère pas les crimes envers les innocents et les injustices.

Elle sait tirer les leçons de ses erreurs et d'essayer de les réparer, même si elle se révélera exécrable après en avoir commis une. Du coup cela la rend perfectionniste et l’a amené à avoir son niveau actuel à l’épée. Elle ne prend rien pour acquis, elle sait que malgré ses victoires, elle ne peut prétendre être imbattable. De même pour sa réintégration dans l’armée, elle a pleinement conscience que cela ne tient que par la volonté de la reine et que ses détracteurs peuvent la faire tomber. De même la reine pourrait la renvoyer si elle la jugeait inapte ou en cas d’erreur. Cependant, elle a tiré les conclusion de ses fautes passées et à mûri et gagné en sagesse, bien que cela n'enlève pas la hargne et la dureté qu'elle a.

Derrière son sale caractère et son aspect de militaire dure, il y a Yavana la jeune femme qui reste capable de compassion et de douceur. Ceux qui la connaissent bien diront que le Général est une personne souriante et amicale, ce qui en étonnera beaucoup. Il faut dire que c’est ce qu'elle montre le moins de sa personnalité dans son travail. C’est le coté le plus sensible et le plus fragile de sa personnalité qu’elle ne montre pas ou peu. Par peur de se montrer sous son vrai jour ou paraître faible, seuls ses proches et véritables amis la connaissent sous cet aspect moins stricte, très humaine, sachant  faire preuve d’humour et s’amuser, qu’elle avait plus jeune. De ce fait par ses deux aspects, elle n'a jamais su se lier longtemps avec quelqu'un. Les relations qu'elle a eu n'ont jamais duré, parce que si d'un côté elle peut être une agréable compagne, elle peut avoir sale caractère et beaucoup d'hommes ne supportent pas d'avoir pour compagne quelqu'un avec un tel statut militaire,  qu'on sait capable de tuer en un éclair, quand le fait qu'elle soit de plus haute noblesse n'intervient pas en plus.

Les deux Yavana ont néanmoins des points communs.  Une sensibilité générale et le fait qu’elle n’aime pas les personnes ne sachant pas prendre les choses en main et irresponsables. Les gens qui ne sont pas sérieux ne sont pas pour elle. Même plus jeune lorsqu'elle faisait souvent l'idiote, elle savait rester sérieuse lorsqu'il le fallait. Elle a toujours su faire la distinction entre les situations sérieuses ou non.

Histoire

Tout le monde venait de prendre place dans la salle du conseil d'Angor. La reine Liandre Illenaeth, son époux et premier ministre Bastan, Dorion Turidal et sa femme Cyradia ainsi que Telasin Orodeith et Caylith Rodhien étaient présents avec quelques autres sages et représentants. L'ordre du jour était des plus importants, car la reine devait désigner un nouveau Général pour l'armée. Depuis l'invasion démoniaque et la mort d'Exos Eliandil, les efforts s'étaient concentrés sur les mages du royaume et ceci avait été délaissé. Avoir un Général conduisant les soldats et faisant le lien avec les mages était important.

- Le capitaine Galdwin Delamon n'avait-il pas été suggéré ? demanda un sage.

Le Capitaine présent se leva.

- Cela l'a été et je vous remercie encore majesté pour l'honneur que vous me faites en me l'ayant proposé. Cependant j'ai refusé. L'expérience ne fait pas un général et je n'en ai pas cette âme.
- Qui pourrais-donc endosser ce rôle alors  ? Qu'en est-il des autres capitaines ?

Les questions et suggestions traversèrent la salle, certains noms étaient des nobles, des anciens et la reine secoua de la tête.

- Silence s'il vous plaît. Il s'agit de choisir le Général dont nous avons besoin et non au hasard des cœurs de chacun.
- Il nous faut quelqu'un de modèle, pour donner le meilleur exemple à nos soldats et autres royaumes.

Des bruits dans salle approuvèrent cela.

-  L'Aquasca, le Nékéharkhan se sont relevés, l'Aranathdôr a prouvé la qualité de son armée. Il nous faut un général compétent, que les autres royaumes prennent au sérieux et ne prennent pas à la légère en cas de conflit et non un icône. Si il n'y a personne dans les actifs de l'armée, n'y aurait-il pas un ancien ?

L'assemblée réfléchit un moment, quelques noms vinrent, des soldats à la retraite mais Liandre les rejeta tous. Certains étaient à la retraite après avoir été blessés et n'étaient plus aptes, d'autres trop vieux de la vieille école. Finalement Gadwin Delamon se leva de nouveau.

- Yavana Finariel dit-il.

Quelques sons parcoururent l'assemblée de protestation.

- Êtes-vous sérieux ? demanda un sage.
- Je le suis.
- Ce n'est pas acceptable....
- Qui est-elle capitaine ? dit Liandre coupant le sage.
- Vous connaissez peut-être sa soeur Elina Majesté. Elle est mariée à un haut membre de la famille Nerendil.
-  En effet mais j'ignorais qu'elle avait une sœur.
- Yavana est sa sœur ainée et la dirigeante de cette branche des Finariel. Elle était il y a une quinzaine d'année capitaine. Peut-être la connaissez vous de réputation sous le surnom de Maîtresse des Lames.
- Maîtresse des Lames ?
- J'en ai entendu parler, on dit qu'il s'agit de la meilleure manieuse d'épée du Calandôr. Certains disent même de tout Valhistar dit Bastan.
- C'est exact. Aux dernières nouvelles dans le maniement de l'épée sans user de magie, elle reste encore invaincue. Cette réputation est surtout auprès des manieurs d'armes de Valhistar, mais elle est bien connue au-delà de nos frontières.
- Pourquoi une telle personne n’est plus dans les rangs ?
- Elle était loin d'être le plus tendre des officiers et elle a été plusieurs fois blâmée pour son comportement. Le Général Eliandil m'avait dit avoir beaucoup d'espoir en elle, avant de la renvoyer. Mais il a toujours dis qu'elle savait tirer les leçons de ses erreurs et qu'elle finirait par revenir, car elle était faite pour cela.
- Pourquoi a-t'elle été renvoyé Capitaine ?

Le capitaine expliqua ce qui c'était passé, laissant la reine perplexe.

- Qu'en pensez vous Dorion ?
- Je me souviens très bien de cela, le Général Elandil a souvent dû passer derrière elle, jusqu'à ce que sous la pression des sages j'ai dû demander au Général Elandil de la renvoyer. Il s'agit sans doute d'une personne de valeur et qui correspondrait à ce que vous recherchez. Cependant, vous devrez la tenir si elle n'a pas changé.
- Caylith ?
- Je l'ai déjà croisée, elle est quelqu'un de bien, loyale et juste, elle vous sera fidèle. Mais si comme le dit le Capitaine Delamon, elle sait tirer les leçons du passé, alors elle aura peut-être tiré celles de sa carrière de capitaine et saura calmer ses ardeurs. Mais après tout, si vous recherchez quelqu'un qui  s'impose et ne soit pas tendre alors elle me semble convenir.

Liandre esquissa un sourire. Elle voulait quelqu'un d'attaché au royaume mais bien qu'elle était de nature à privilégier le dialogue plutôt que les armes, dans l'éventualité de parler avec les armes, elle voulait quelqu'un qui n'ai pas froid aux yeux.

- Néanmoins vous avez dit qu'elle errait dans Valhistar Capitaine. Savez-vous où elle se trouve ?
- Sa sœur Elina va fêter son trois centième anniversaire le mois prochain et une fête est prévue pour cela. Nul doute qu'elle va rentrer pour cela et rester quelques temps.
- Soit, qu'on prépare une proposition de réintégration dans l'armée en tant que Générale à lui remettre peu après son retour et la fête de sa sœur. La séance est close.

Tout le monde sortit de la salle, Liandre, Bastan et Cailith étaient satisfaits de ce choix, en espérant qu'elle accepte. Dorion Turildal était perplexe comme d'autres sages, d'autres désapprouvaient. Seule  Cyradia Turildal était entre deux. Elle aurait désapprouvé ce choix si Dorion l'avait fait, mais dans le cas elle l'approuvait. Elle espérait que Liandre s'en morde les doigts et que cette Yavana lui en fasse baver...





La cavalière s'arrêta sur une colline d'où elle pouvait voir Angor. Voilà quinze ans qu'elle était partie. Elle appartenait à la grande lignée des Finariel, l'une des plus anciennes, remontant avant la division des syls. Aujourd'hui il existait encore des branches portant le nom, toutes possédant encore leur puissance et leur influence. De sa branche, elle était devenue la dirigeante il y a plus d'un siècle. Ses parents étaient partis il y avait maintenant un siècle environ et il ne lui restait que sa sœur. Il y avait bien des proches, mais cela ne changeait pas qui dirigeait la branche. Elle esquissa un sourire en pensant que c'est elle qui avait dû donner son consentement pour sa sœur. Elle était contente pour elle, elle avait trouvé un mari qui lui avait donné deux enfants, un garçon et une fille, elle avait une vie stable et heureuse. On ne pouvait pas dire qu'elle avait été très stable dans la sienne. Yavana Finariel avait toujours eu la bougeotte et encore plus ces dernières années en partie par la force des choses.

Dès son plus jeune âge, elle était remuante. Sérieuse et appliquée, mais agitée. Elle tenait cela de son père, Silar, qui était dans l'armée et elle suivit naturellement ses traces, à la différence d'Elina, sa sœur qui ressemblait plus à leur mère, Finiël, en étant plus calme. Dès qu'elle fut en âge elle intégra l'école militaire et elle se révéla immédiatement habile une épée à la main, dépassant ses camarades. Ses instructeurs disaient qu'elle semblait faite pour tenir une épée à la main. Cela rendait fier son père et sa mère l'était aussi car elle était assidue également pour tout le reste. Au début elle restait agitée, mais très vite elle rentra dans le rang et apprit la discipline et donc à savoir être sérieuse quand il le fallait. Elle eut fort à faire avec ses camarades masculins. Même chez les devas, les filles étaient vues comme plus faibles et elle dû au fil des expériences s'endurcir.  Comme elle se découvrit capable d'utiliser la magie blanche comme sa mère, elle passa un certain temps à Baradlûth pour la maîtriser. Arrivée à cent ans elle quitta l'instruction pour entre dans les rangs. Il ne lui fallut guère de temps pour démontrer ses capacités au combat et décisionnaires. Elle monta en grade jusqu'à devenir à la mort de son capitaine sa remplaçante. Son père lui donna Zorya, une lame appartenant à leur lignée depuis des siècles. Comme elle était une manieuse  d'épée exceptionnelle, il était naturel pour lui qu'elle en soit l'héritière. Elle avait environ trois cents ans à cette époque et ce fut là qu'elle établit véritablement sa réputation dans l'armée.

Tout le monde la connaissait déjà comme une grande manieuse d'épée, peu de monde parvenait à rivaliser avec elle déjà, mais à cela s'ajouta sa réputation d'officier.  Elle montra son style assez rapidement, un style qu'on pouvait se douter à son comportement précédent. Elle était dure, pardonnant peu les erreurs, peu sociable quand elle était de mauvaises humeur et surtout implacable. Elle ne laissait que très peu de chance à ses ennemis. Quand il s'agissait de gobelins ou autres monstres, tout le monde s'en satisfaisait. Quand il s'agissait d'humains, des pilleurs ou autres bandits cela était autre chose. Quand d'autres les mettaient en déroute et les laissaient  fuir hors du royaume, elle les traquait jusqu'à la frontière. Quand des prisonniers étaient faits, même s'ils s'étaient montré extrêmement violents, elle n'en faisait pas. A cela  s'ajoutait que parfois ses actions allaient à l'encontre des ordres du Général Elandil. Plusieurs fois il se confrontèrent mais les choses n'allèrent pas plus loin, car il voyait en elle du potentiel.

« Tu as encore beaucoup à apprendre et gagner en sagesse. S'il ne faut pas oublier ce que dicte ton cœur, tu ne dois pas oublier ce que te dicte ta raison également. Quand tu sauras trouver cet équilibre tu seras un grand capitaine et qui sait Général. » lui avait-il dit un jour.

Malheureusement, les incidents continuèrent, jusqu'au jour où il eut celui de trop. Une bande de bandits avait pillé des villages dans les plaines d'Uireb. Elle les avait mis en déroute et ils se dirigeaient comme souvent à la frontière. Elle avait eu pour ordre de les laisser filer pour ne pas prendre le risque d'entrer en royaume voisin, d'autant qu'ils allaient tout droit, passant par des lieux sans village ou hameau. Mais vu les problèmes qu'ils avaient causé, elle poursuivit quand même, pour les arrêter, car cela ne servait à rien si c'était pour qu'ils continuent chez les sylvaris ou en Aquasca. Une erreur, car les fuyards changèrent de direction, se sentant suivis, passant du coup dans un village. Ils ravagèrent tout et tuèrent les habitants en guise de représailles, laissant sur un écriteau un message l'avertissant de ce qui pouvait se passer, si elle continuait la poursuite. Elle ne suivit pas cet avertissement et connaissant mieux le terrain qu'eux, leur tendit une embuscade et avec son unité, elle les élimina tous.

Rentrée à Angor, elle dû faire face à la colère de son supérieur qui en plus était coincé. Cette fois-ci les sages avaient demandé son renvoi et le roi qui était indécis et aurait préféré se fier à son général n'avait pas le choix. Ainsi elle fut renvoyée de l'armée, ce qui entraîna sa déchéance auprès des autres branches des Finariel, même si elle ne fut pas destituée de ses titres de noblesse. Elle resta plusieurs semaines sans parler à personne avec une humeur exécrable, même sa sœur n'arriva pas à lui parler jusqu'à ce qu'elle se calme. Elle était furieuse envers elle, envers ces sages qui n'étaient jamais sur le terrain, sa lignée qui l'avait blessé par les remarques et comportement de certains. Après une longue réflexion, sur quoi faire, elle décida de poursuivre dans ce qu'elle savait faire le mieux : le maniement de l'épée. Désirant également changer d'air, ce qu'elle allait faire se profila très vite, elle allait parcourir Valhistar à la rencontre des plus grands manieurs pour peaufiner sa technique, en apprenant auprès d'eux ou en mesurant ses capacités dans des défis.

Son voyage dont seules les grandes lignes seront décrites, car elle passa et s'arrêta dans de nombreux endroits, débuta au Nékéharkhan, par la cité de Lux. Elle l'avait rejoint par navire en partant de Gaeron, la sœur de son beau-frère s'y rendant pour ses affaires. La cité portuaire ne lui offrit guère d'expérience. Des marins et brigands la défièrent en la voyant armée d'une épée et tous s'y cassèrent les dents, sans que cela ne lui cause de réelle difficulté. Cependant elle apprit qu'un tournoi dans l'arène de la capitale allait avoir lieu, mettant en jeu un prix rare. Le prix était inconnu, mais qui disait tournoi disait combattants et donc de possibles manieurs de valeur. Elle se dirigea donc vers Khemdara qui était en proie à un grand émoi. Belgarath le sorcier avait été arrêté et son exécution programmée. Yavana arriva quelques jours avant dans la capitale et assista comme beaucoup  à l'application de la sentence. Elle n'eut guère d'opinion sur le caractère juste ou non de cette condamnation à mort, ni de ce qui fut déclaré. Si elle connaissait le sorcier de réputation et sa philosophie de liberté, elle ne connaissait pas qu’elles avaient été ses actions. Parfois les intentions étaient bonnes mais leur application l'était moins. Elle était bien placée pour savoir cela après tout. Une fois l’exécution passée, elle se renseigna sur le tournoi et elle décida de s'inscrire car le prix en valait le coup : il s'agissait d'un cimeterre ayant appartenu à un Immortel, un de ces soldats d'élite entourant le roi. L'histoire de l'arme et de son porteur restaient inconnues, compte tenu de son origine, mais la lame était de très grande qualité. Une manière également en participant de se mesurer à d'autres manieurs. Le tournoi fut facile dans les premiers tours et se corsa dans les dernières phases. Elle se confronta à de bons manieurs et accéda à la finale où elle s'opposa à Kalim Nakhrankh, un excellent épéiste de la maison d'assassin portant son nom de famille. Le combat fut difficile au début, car le style de son adversaire était très mobile avec d'amples mouvements semblant aléatoires. Mais elle finit par comprendre la mécanique et prit le dessus, remportant le tournoi. Elle resta ensuite quelques temps à Khemdara où elle s'exerça avec Kalim qui lui apprit les spécificités du cimeterre. Une chose agréable dans ce cercle fermé des grands manieurs, était qu'ils se respectaient et échangeaient entre eux pour ceux ayant le plus d'honneur.

Elle quitta le Nékéharkhan pour se diriger en Aquasca. Elle resta un certain temps à Cordis où elle rencontra divers manieurs. Les choses se disant vite, un certain nombre la défia, par curiosité ou réel intérêt de se mesurer elle. Ils étaient de niveau divers, certains se surestimant trop, voulant remettre en place une deva dont ils estimaient qu'elle n'avait pas sa place. Au final tous perdirent jusqu'à ce que plus personne ne s'y frotte. Elle reprit la route et se rendit au Marksten. Les combattants y étaient rudes, de fiers guerriers qui devaient avoir leur propre style de combat. Elle découvrit un style de maniement d'épée plus brutal, certains combattant avec des épées à deux mains pour infliger de lourds dégâts aux créatures qui y rodaient. Malheureusement, elle n'avait pas la carrure pour apprendre le maniement de telles armes. Cependant, un manieur qu'elle avait rencontré l'emmena chez un forgeron pour calculer ce qui était possible. Ainsi sortit de la forge Claymore, une épée de style humain faite sur mesure pour elle, entre épée à une main et deux mains pouvant être maniée, avec une ou deux mains. Elle s'exerça au Marksten plusieurs mois dans son maniement, affrontant encore ceux qui venaient la défier, jusqu'à ce qu'elle décide de repartir.

Elle revint en Aquasca, qui se remettait de la mort de son roi. Le couronnement de Lucius Damodred, son successeur allait avoir lieu et la capitale était en effervescence, car comme on dit, « le roi est mort, vive le roi ». Cependant il n'y prêta que peu d'attention. Il s'agissait peut-être d'un grand moment mais cela n'était ni son royaume, ni son roi. Elle y alla surtout pour assister aux joutes. Elle n'y participa pas, seuls les aquascaniens pouvant le faire. Mais le spectacle était bien là, avec une très belle finale. Elle alla à la fin trouver le vainqueur pour le défier et quelques jours après ils s'affrontèrent et elle remporta le combat. N'ayant plus rien à faire à Cordis, elle se dirigea vers Sanctus, car elle avait entendu parler d'un moine maître d'arme, qu'elle était curieuse de rencontrer. Cependant elle fut arrêtée à mi-chemin par un asura,  Zaknafein Kiden, un général déchu. Ce dernier se présenta comme manieur d'épée, se prétendant le meilleur d'Aranathdôr et l'avait recherché pour la défier. Il avait entendu parler d'elle et voulait l'affronter dans un duel à mort. Il était poussé par le fait que sa réputation ne dépassait pas les frontières de son royaume et n'acceptait pas que cela le soit pour une deva. Il comptait donc bien mettre fin au parcours de celle qu'on commençait déjà à surnommer la Maîtresse des Lames. Yavana accepta le défi, par honneur et aussi parce qu'il s'agissait d'un asura. Le combat fut terrible, car Zaknafein était un très bon épéiste. Les deux combattants ne parvenaient pas à se départager, ils s'étaient chacun tailladés à plusieurs reprises. Yavana savait que si le combat durait cela se jouerait sur l'endurance, aussi tenta t-'elle un assaut pour en finir. Elle fit retomber le rythme du combat en étant plus sur ses gardes et quand elle saisit l'occasion, elle passa la garde de Zaknafein et le trancha tout le long du torse, passa à côté de lui et lui planta son épée dans le dos. Il tomba à genoux, et elle sortit son épée de lui.

- Maudite sois-tu chienne, tu es bien à la hauteur de ta réputation dit-il le souffle court agonisant.

Il s'effondra lâchant son épée qu'elle prit dans sa main.

- Haha, elle se nomme Azazel, je te donne cette épée maudite, nous verrons bien si tu es bien la Maîtresse des Lames dit-il en mourant.
- Une lame maudite dit-elle en la regardant. Peut-être ne l'a-t'elle été parce que ses porteurs l'étaient tous.

Elle emporta l'épée et alla à Sanctus où elle put recevoir des soins après cette confrontation. Elle y rencontra le moine qu'elle était venue voir, un homme très sympathique et très sage, avec qui elle partagea beaucoup de choses dans le maniement des armes. Elle y resta plusieurs mois et avant qu'elle ne parte, il lui remit n parchemin sur une vieille légende. Celle-ci disait que dans les Montagnes de Fer, côté humain, à l'entrée d'un glacier, se trouvait une grotte de cristal, dans laquelle un esprit de glace avait été enfermé. La légende disait que celui qui parviendrait à libérer l'esprit serait récompensé car l'esprit était noble. Le moine expliqua que son grand-père avait trouvé cette grotte et l'esprit, pouvant communiquer de sa prison, lui avait dit que seule une lame pouvait le libérer. Ceux qui avaient tenté d'exploser le bloc, le faire fondre avec le feu ou d'autres moyens, aucun n'y était parvenu. Une épée étant le prolongement du corps, seule une lame assez forte pouvait y parvenir. Le moine pensait qu’elle devrait essayer compte tenu de ses talents. Le seul problème était que l'emplacement restait inconnu, son aïeul ne l'ayant pas indiqué. Elle partit donc dans les région nordiques à la recherche de cette fameuse grotte. Elle s'arrêta dans des villages, des refuges explora longtemps la région qui était dangereuse, obligée d'engager des guides pour la trouver. Finalement, alors qu'elle commencer à penser que cette caverne n'existait pas, elle finit par la trouver. La caverne était magnifique est très profonde. Des ouvertures laissaient passer la lumière du jour permettant d'y voir, la lumière se réfléchissant dans les blocs de glace. Elle avança et arrivée au fond, trouva le bloc dans lequel, l'esprit, une femme, était enfermée. Elle semblait endormie, mais sa voix retentit dans son esprit.

- Toi qui est venue de si loin, es-tu venue pour me délivrer ?
- Je vais essayer. Mais puis-je te poser une question ? Comment un esprit de glace comme toi a pu se retrouver ainsi, prisonnière de son propre élément ?

L'esprit rit.

- Comme beaucoup de situations paradoxales comme celles-ci, il est question d'amour et d'une histoire classique.  Il y a  fort longtemps on me courtisa, mais je me refusa préférant un autre. Le courtisan était sorcier, il tua mon élu et me condamna dans ma propre magie. J'aurai espéré que le sortilège cesse quand le sorcier mourut, mais ce ne fut pas le cas. Seule une lame noble aux intentions nobles pourra me délivrer. Seras-tu celle-ci ?
- J'espère être celle te délivrant.

Yavana dégaina Zorya et donna un coup d'épée en diagonale de toutes ses forces sur le bloc, qui explosa délivrant l'esprit qui tomba sur le sol. Yavana s'en approcha pour vérifier qu'elle allait bien et celle-ci se réveilla.

- Je te remercie dit-elle commençant à disparaître.
- Que se passe-t'il ?
- Après tant de siècle emprisonnée, je ne peux rester ici sous ma forme physique en permanence.

L'esprit prit la main de Yavana.

- Je te serai éternellement reconnaissante, je te prête ma force. Appelle-moi dès que tu en auras besoin. Mon nom est Shiva.

Shiva disparut, laissant Yavana seule dans la caverne. La jeune femme la quitta et alors qu'elle allait se diriger vers Cordis pour assister au tournoi annuel, elle décida étant non loin des régions naines de se rendre chez eux. Le peuple nain était réputé pour ses talents à la forge. Peut-être pourrait-elle se faire forger une épée. Cela serait une chance d'avoir une épée faite dans  un alliage et une facture dont seuls eux en avaient le secret. Cependant, elle ne se faisait pas trop d'idées, car ils étaient réputés pour être durs en affaires et surtout pour qu'ils acceptent cela pour une étrangère. Dans le pire elle bénéficierait de leur hospitalité légendaire. Malheureusement quelques jours après son arrivée, alors qu'ils avaient accepté sa demande, l'invasion démoniaque débuta sur Valhistar. Après le dragon zombies, des démons arrivèrent, réveillant les morts et semant une confusion terrible. Les combats faisaient rage, elle dû se battre et à un moment, alors qu'elle était en mauvaise posture, en s'étant faite désarmée par un gnoll mort-vivant de plus de deux mètres, sa main se porta sur la première épée qu'elle avait à portée de main. Il s’agissait d'Azazel 'épée maudite dont elle ne s'était jamais servie. Le coup qu'elle porta fut bien placé et le gnoll s'effondra tué sur le coup. Elle finit de mener le combat avec cette épée, qui lui avait sauvé la vie et dont elle avait surmonté la soi-disante malédiction. Mais la situation ne s'arrangeait pas et les nains la firent évacuer comme toutes les autres étrangers présents. Elle ne protesta pas, elle savait les nains fiers, c'était leur royaume et leur combat. Quand elle retrouva les plaines d'Aquasca, elle pu voir l’effondrement du royaume et leur sacrifice pour sauver Valhistar. Depuis ce jour, elle considère Azazel comme une épée effectivement maudite, dans le sens où elle ne doit être utilisée que pour combattre le mal par le mal dans les instants les plus sombres.

Son réflexe fut de se diriger vers le Calandôr. Même si elle n'y était plus allée depuis plusieurs années, cela restait son pays et elle s'inquiétait de ce qui pouvait s'y passer. Quand elle arriva à Cordis, elle put voir combien le royaume humain avait été touché. Elle rencontra quelques devas restés pour aider les humains, quand ils étaient venus avec les asuras et les sylvaris pour les sortir du chaos dans lesquels ils étaient. Elle apprit qu'au Calandôr, Baradlûth avait été la plus touchée mais qu'Angor avait été épargnée. De la fin de la guerre, on lui expliqua que le gros du conflit se passait au Nékéharkhan où les troupes de tous les royaumes convergeaient. Elle aurait voulu les rejoindre mais cela était trop tard, quand elle arriverait cela serait la victoire d'un camp u d'un autre. Quand à rejoindre les siens, cela n'avait pas de sens, ils allaient bien étant loin de la tour de magie. Elle resta avec les autres devas pour aider jusqu'à ce que les troupes humaines rentrèrent. Quand ce fut le cas, en même temps que les autres devas, elle s'effaça.

Elle suivit les évolutions du monde, avec les conséquences de cette invasion. Beaucoup de choses avaient changées,. Les têtes couronnées avaient changé, quand elle n'étaient pas malmenées comme en Aquasca. Seule les asuras semblaient finalement avoir été les plus solides bien qu'éprouvés et ayant dû céder un territoire aux vampires. Les rumeurs parcouraient le monde sur eux, car ils s'étaient montré redoutables. Le bon côté était que le Calandôr s'était renforcé avec les sylvaris. Elle ne voyait pas d'un mauvais œil que la reine sylvaris devienne celle du Calandôr. Apparemment elle avait su faire preuve de calme en permettant que devas, asuras et sylvaris travaillent ensemble en Aquasca et elle était réputée pour avoir bien dirigé l'Eryndôr.  Elle reprit son errance repassant voir certains manieurs d'épée qu'elle avait croisé, l'occasion de savoir s'ils avaient survécu à cette invasion qui avait pris beaucoup de vies. Certains manieurs la défièrent encore, souvent de jeunes aventuriers en quête de gloire, cherchant à égaler des courageux combattants de l'invasion, ou remplacer ceux tombés. Mais si leur volonté était appréciable, beaucoup se lançaient sans avoir assez d'expérience et aucun ne rivalisa avec elle. Cependant de retour à Khemdara, un homme vint un jour à elle. Une rencontre qu’elle n'oublierait pas. Il était de haute stature, une longue barbe et de longs cheveux noirs, armé d'une grande lance. Un homme impressionnant atypique dans son apparence. Il se présenta à elle après l'avoir regardé gagner un duel aux abords de la cité.

- Vous êtes impressionnante et semblez aussi forte qu'on le prétend Maîtresse des Lames si je ne m'abuse.

Yavan acquiesça de  la tête.

- Et à qui ai-je l'honneur ?
- Héramar Glamyr dit-il en s'inclinant.
- Le fameux lancier de Khemdara répondit-elle en s'inclinant également.
- Que diriez-vous de vous mesurer à moi ?
- Cela sera un honneur.

Ils commencèrent à s'affronter, l'épée de Yavana contre la lance d'Héramar. Le combat se révélait à force égale, ils joutaient sans que l'un blesse l'autre, la preuve de deux maîtres d'armes. Cependant, Héramar prenait le dessus malgré ses efforts petit à petit et voyant cela il haussa le ton. Elle résista le plus possible mais le combat s'éternisa et elle finit par épuiser ses forces. Héramar était une force de la nature, doté d'une constitution largement supérieure à la sienne et maniant avec expertise sa lance, tout en connaissant les autres armes pour les contrer. Elle finit par poser un genou au sol, reprenant son souffle, sans regarder Héramar.

-J'abandonne dit-elle à demi-mots.

Héramar ne bougea pas.

- N'es-tu pas le genre de personne qui ne renonce pas ? Où est la guerrière implacable que l'on décrit ?

Elle serra des dents, car elle n'avait jamais perdu, elle n'avait jamais abandonné jusque là.. Elle était furieuse, mais elle savait que si elle insistait elle finirait au sol.

- J'ai perdu maugréa-t'elle, tu es trop fort pour moi. Je ne crois pas qu'insister et finir au sol complètement sera plus honorable.

Héramar se redressa et rit.

- Tu n'as pas perdu pour moi. Reconnaître ta défaite et la valeur de ton adversaire est bien plus honorable que s'entêter en vain. Cela prouve même plus ta valeur que si tu avais gagné.

Il s'approcha d'elle et lui tendit la main pour l'aider à se relever, puis l'invita à le suivre jusqu'à un coin d'ombre où ils s'assirent et de désaltérèrent. Héramar lui tendit ensuite une bouteille qu'ils se partagèrent en discutant.

- Tu mérites bien ton surnom en tout cas.
- Tu es à la hauteur de ta réputation également dit-elle buvant une gorgée de la bouteille.

Ils discutèrent encore un moment et vint le moment de se séparer. Héramar se pencha sur son paquetage et sortit une arme exotique qu'il avait enveloppé dans un tissu et lui tendit.

- Je te l'offre pour ta bravoure dit-il en la déposant dans ses mains. C'est un katana du nom de Masamune.

Elle le prit et la sortit du fourreau, le regardant.Cette arme était d'un type qu'elle n'avait jamais vu, une lame plus fine, mais très tranchante,l'ensemble était plus léger que les épées courantes, tout en étant solide. Elle le replaça dans le fourreau et le tendit à Héramar.

- Je ne peux pas accepter.

Héramar repoussa ses mains.

- Garde-le je ne m'en suis jamais servi préférant ma lance. Il  a été forgé par l'un des meilleurs forgerons de ce type d'arme. Il serait dommage que personne ne s'en serve et je le sais entre de bonnes mains, tu lui feras honneur.

Elle le remercia encore et chacun alla de son côté. Elle s'exerça à manier le Masamune quelques jours, s'inspirant des postures atypiques que prenait Héramar avec sa lance. Elle reprit ensuite la route et quitta le royaume pour retourner en Aquasca ; Elle repassa par Cordis pour assister au tournoi annuel, puis alla vers Vicus, iskolde avant de redescendre vers Lothod dans la forêt d'Eryndôr pour rentre au Calandôr après quinze années d'absence...





Après plusieurs jours en avançant tranquillement elle était arrivée sur cette colline, surplombant la cité. Elle se décida à avancer, retournant à la grande maison familiale où vivait sa soeur. Elle savait qu'Elina l'attendait. Elle allait avoir quatre cents ans et donc le fêter dignement et savait qu'elle serait au rendez-vous. Les retrouvailles se firent avec émotion après tout ce temps. Elina la houspilla du peu de nouvelle qu'elle avait donné, mais n'en dit pas plus. Elle savait comment était Yavana après tout. Yavana revu sa nièce et son neveu qui bien que cela n'était pas extrêmement visible pour des devas, avaient grandis. Une semaine après son retour se déroula une grande fête pour Elina, tous les Finariel étaient présents, certains voyant d'un mauvais œil, la présence de  la plus mal vue d'entre eux. Mais Yavana s'en fichait, elle était là pour sa sœur et se moquait de ce genre de choses. Les jours filèrent après la fête, Yavana prenant du repos calculant ce qu'elle allait faire. Repartir ? Elle avait beaucoup voyagé et même fait que cela depuis son départ. Peut-être seulement repartir de temps en temps, mais que faire entre temps. La lignée lui offrait pas mal de choix, mais elle n'avait pas envie d'une vie trop monotone. Sa vie était une épée à la main, mais les choix étaient limités. Instructrice ne l'enchantait guère, louer ses services n'était pas de son goût également et peu courant ici.

La solution vint d'elle-même quand deux soldats se présentèrent avec une missive pour elle. Elina les reçut et les conduisit jusqu'à ,elle alors qu'elle était allongée dans un hamac dans le jardin. L'un des deux soldats était Galdwin Delamon, content de la retrouver visiblement.

- Cela faisait longtemps Yavana, combien treize ans ?
- Quinze maugréa-t'elle le regardant à peine. Qu'est-ce que tu me veux ?
- Missive du palais à ton intention. Il est question de rappel.
- Le conseil, le roi et Elandil m'avez renvoyé vous vous en rappelez ?
- Ne fais pas la victime tu sais très bien...
- Je sais très bien ce qui s'est passé et où je me suis trompée merci. Laissez-moi tranquille.

Elle se retourna se mettant de dos, exaspérant Galdwin. Il jeta la missive sur le hamac et s'en alla.

- Lis-la au moins ne serait-ce que par respect pour la reine.

Yavana finit par la prendre mais la coinça dans sa ceinture devant rejoindre sa sœur. Le soir quand elle se changea, elle la retrouva et s'assit sur le rebord de son lit, la faisant tourner entre ses mains. Finalement elle l'ouvrit après hésitation et eut les yeux ronds en la lisant. Elle n'en dormit pas de la nuit et prit plusieurs jours de réflexion. Finalement sa sœur remarqua que quelque chose la travaillait et lui montra la lettre. Elina trouva cela formidable pour elle, avec la perspective de la voir plus souvent. Yavana était d'un côté honorée de cette offre, prête à le faire mais hésiter avec tous ceux qui l'attendaient au tournant. Finalement un matin, presque sous une allure de coup de tête, alors que sa décision était prise, elle se présenta au palais lors de la session du conseil.

- Vous ne pouvez pas entrer dans le conseil comme cela Madame. Dit un des deux soldats en faction, qui ne l'avait jamais vu avant, ne devant même pas  la connaître de nom, tout comme son collègue.
- Je suis attendue, ouvrez cette porte.
- Nous ne pouvons pas, désolé, ce sont les ordres dit l'autre soldat.
- Quand je ressortirai de cette salle je serai peut-être votre nouveau Général. Ouvrez-cette porte.

Les deux soldats hésitèrent mais ils préfèrent ouvrir la porte, redoutant la perspective que si elle disait bien vrai, ils pouvaient en prendre pour leur grade, en se retrouvant en corvée pour des semaines voire privés de permission. Évidemment la démarche de se présenter comme cela en plein conseil ne fut pas appréciée par tous, car Yavana n'était pas attendue à ce moment-là. Mais elle tenait à s'imposer de suite, surtout devant ses détracteurs. Elle donna sa réponse à la reine qui l'officialisa donc devant le conseil. Elle ressortit avec tout le monde à la fin du conseil, à côté de la reine qui lâcha un « Général ». Les deux jeunes soldats se regardèrent, elle n'avait pas menti et était bien, en sortant de cette salle, leur nouveau Général...


A propos de vous


  • Prénom /Pseudo : (optionnel)
  • Age : (optionnel)
  • Comment avez-vous connu le forum ?
  • Code règlement :  Ok by Elcadia



Dernière édition par Yavana Finariel le Dim 16 Mar - 10:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yavana Finariel

Maîtresse des Lames

Maîtresse des Lames
avatar

Féminin
Messages : 39
Age : 34

Feuille de personnage
Race: Deva
Fonction(s): Général du Calandôr
Influence:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: Yavana Finariel   Sam 15 Mar - 10:41

Fiche terminée  Innocent 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belgarath Eridan

Coeur de Sannaeth

Coeur de Sannaeth
avatar

Messages : 954
Age : 29
Commentaires : Administrateur

Feuille de personnage
Race: Humain(e)
Fonction(s): Fondateur des légions phénix, ancien membre du conseil des mages, membre de la cours du Nékaharkan
Influence:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: Yavana Finariel   Dim 16 Mar - 21:38

Commençons par la plus simple ^^ Sois la bienvenue parmi nous et vu que tout à été vu au préalable, tu as ma validation Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elcadia Arkhendar

Sainte des Abysses

Sainte des Abysses
avatar

Féminin
Messages : 1243
Age : 34
Commentaires : Administrateur

Feuille de personnage
Race: Asura
Fonction(s): la Sorcière, Première Mage du royaume, Membre du Conseil des Mages
Influence:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Yavana Finariel   Dim 16 Mar - 21:51

Je n’ai rien à redire de plus également, pour les mêmes raisons que mon collègue, donc je te souhaite la bienvenue et fiche validée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ervael.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Yavana Finariel   

Revenir en haut Aller en bas
 

Yavana Finariel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valhistar :: Prologue :: Présentations :: Présentations validées :: Calandôriens-