Après une longue période chaos, cinq royaumes vivent dans une cohabitation relative, chacun ayant ses intrigues internes.
 

Partagez | .
 

 Eneyr Androsten

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eneyr Androsten

Âme des cieux

Âme des cieux
avatar

Messages : 23
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain(e)
Fonction(s):
Influence:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Eneyr Androsten   Mar 4 Mar - 2:13


Eneyr Androsten


  • Rang : B
  • Race : Humain
  • Age : 31ans
  • Royaume/faction : Aquasca
  • Fonction(s) : Dragonnier
  • Classe : Guerrier

Équipement et Pouvoirs


  • Arme(s) :
    -Rapière
    -Lance d'Airain
  • Armure :
    -Armure légère
  • Objets spéciaux :
    -
  • Caractéristiques raciales :

    -Taille moyenne : 165-185cm
    -Poids moyen : 65-110kg
    -Espérance de vie : 80-100 ans
  • Don(s) : (Validé par le staff)
    - Peau d'acier : Eneyr est capable par la seule force de la pensée de recouvrir partiellement ou totalement son corps de métal afin de se protéger des attaques adverses.
  • Sorts / Techniques / Domaines : (optionnel)
    -
    -

Description physique
D'une allure belle et longiligne, il ne possède pas la carrure caractéristique des nordiques, il faut dire que sa capacité naturelle à résister au froid ne l'a jamais obligé à devenir très robuste. Mais il est cependant assez grand (autour d'un mètre quatre vingt dix)
Ses cheveux mi long et châtains sont constamment parfaitement taillé, tout comme ses vêtements qui ne souffre pratiquement jamais de faux plis, un point d'honneur qu'il met face aux autres militaires et membres de la haute société.
Des tatouages partent de son dos et vont jusqu'à recouvrir ses avant bras dans une teinture noire profonde ce qui montre un profond contraste avec sa peau plutôt blanche. Ces marques représentent son amour pour sa femmes et sa fille, au départ ne possédant que deux léger tatouages il les agrandis pour chaque homme qu'il tue et dont l'âme vient apaiser la tristesse qu'il ressent.
Ses yeux marron et légèrement en amande le rende quelque peu étrange étant donné qu'il ne possède pas les traits typique de son peuple. On dit qu'un sang étrange qui viendrait de l'ouest au delà des mers coule dans ses veines mais ce n'est en rien prouvé.

Description psychologique
Eneyr est dans une quête perpétuelle de perfection. Se sentant coupable des morts de sa femme et de sa fille, il cherche depuis à ne plus faire une seule erreur et n'en permet pas non plus à ceux qui se trouvent sous son commandement ou qui le côtoie. Détestant les termes de fatalité et de destin il a cessé de prier les Dieux depuis l'incident. Il les a totalement rejeté depuis la guerre démoniaque, tout comme ce n'est pas un secret qu'il ne porte pas Lucius Damored dans son cœur. Par conséquent il est considéré par beaucoup comme un hérétique, il reste étrangement très superstitieux et exécute de nombreux rites qu'il sait comme étant inutile mais ne peut s'empêcher de les pratiquer pour les âmes de ses deux amours.

Par conséquent volontaire dans tout ce qu'il entreprend, il reste mélancolique lors de ses nombreux moment de solitude, ne cherchant à rencontrer personne, il craint par dessus tout de perdre les personnes à qui il pourrait s'attacher. Il reste cependant très accueillant chez lui pour quiconque le lui demanderait ou aurait besoin de se loger, héritier d'une famille fortunée il ne manque de rien et aime le faire partager et en faire profiter ses troupes. Bien qu'il n'excelle pas dans les jeux à boire, il apprécie d'être au sein du peuple et de ses troupes. Il est duelliste hors pair, magnant la rapière comme personne, sa seconde d'arme est une lance faite d'Ariain qui lui a été remise en même temps que son titre. Il est très bon archer et est devenu un chasseur d'exception lors de son voyage initiatique de guerrier.
Noble de naissance il sait se fondre dans cette société qui l'a vu grandir, il sait que c'est à travers ces personnes qu'il peut acquérir tout ce qu'il désire, mais ne peut rester longtemps en leur présence.
Il considère qu'il est bien plus dangereux d'affronter les nobles qu'un champs de bataille.
Il méprise les esclavagistes et ceux qui les laissent agir, souhaitant les voir mort par dessus tout, pensant qu'il s'agit de la seule manière pour le monde de retrouver la paix, pour cela il voue également une profonde haine envers le royaume du désert tout entier.

Histoire
-Si j'avais été là ce jour, si à la place du sang et des corps mutilés, j'avais retrouvé leurs rires et leurs bras remplis du même amour que je leur porte encore aujourd'hui, alors oui tout aurait été différent...-
Eneyr Androsten, notes personnelles.

Le jour de sa naissance ne fut pas différent des autres naissances et des autres lieux de ce monde, mis au monde par sa mère et faisant la fierté de son père, Eneyr était un enfant calme et heureux. Son premier sourire il le dédia à sa génitrice contre qui il trouva la chaleur pour la première fois, son premier poing, il le tendit vers son père, ce dernier prenant cela comme un signe de force et de volonté.
Tout le village fut invité à boire et manger ce soir là en l'honneur du fils et de sa mère, premier d'une lignée qui verrait suivre 3 autres frères et sœurs. Les chants s'élevèrent longuement cette nuit là et jusque tard dans le camp on loua les efforts des femmes et la forces des guerriers du Marksten, rude et implacable royaume du nord, l'on compta les guerres et les victoires entre deux coupes et quelques cuissots bien rôtis. Loin de vivre dans l’opulence, la famille dans lequel Eneyr venait de voir le jour comptait parmi les plus riches, ayant fait fortune grâces aux mines de fer dont ils avaient exploités un gisement avant que les nains ne le trouve et bravant leurs dangers, on lui donna donc dès sa naissance le titre de Comte, un titre dont il hériterait réellement à la mort de son père.
Sa famille avait décidé d'acheter cette particule pour leurs séjours dans des contrées plus diversifiés en matière de races et de cultures, permettant ainsi aux leurs de ne jamais manquer et d'être traité avec considération, ce qui n'avait pas toujours été le cas par le passé.

Son éducation fut cependant semblable à celle de n'importe quel enfant du froid, son père lui répétait souvent que ce n'était pas son titre qui lui permettrait de survivre à travers l'hiver éternel. Aussi, dès qu'il fut en âge de mettre un pied devant l'autre sans pour autant tomber, il fut intégré aux autres enfants de la communauté comme il était coutume de faire.
Les Marksteniens, fier de leur sang et de leurs origines, ne pouvant vivre seul dans les contrées froides et désertiques, avaient toujours su vivre en harmonies et élevaient leurs enfants dans cette plus pure tradition.

Aussi Eneyr côtoya les fils de forgeron, de boucher, de chasseur et toute autre profession pouvant avoir lieu parmi son peuple. Il comprit très vite ce qu'était la fierté d'être nordique, tout comme on lui découvrit cette capacité à résister au froid. En effet, à l'âge de 8 ans, il s'égara à quelques kilomètres du village sans que l'on puisse le retrouvé avant la tombé de la nuit, les recherches aboutir le lendemain, l'enfant avait survécu au froid et à la tempête avec une facilité presque déconcertante, bien qu'il dû tout de même resté alité plusieurs jours. On apprendra bien plus tard que Eneyr avait été béni des dieux, ces derniers lui octroyant le don de pouvoir entouré son corps de métal afin de mieux résister à son environnement.

Son apprentissage continua encore pendant de nombreuses années, élevé dans la tradition du dieu Briniok, il lui rendait hommage chaque semaine et lorsqu'il fut en age, il fut soumis à une épreuve, au moment de l'équinoxe, propre à sa tribut, dont le village s'était établie en marge de la toute puissante Iskolde, près du lac gelé, certaines avaient été voleurs par le passé, mais jamais le chef n'avait toléré que l'on puisse manquer de respect au pays du froid et à ses habitants aussi tout crime ou vol était passible de mort.
On les conduisit alors par groupe de deux dans les montagnes environnante avec pour mission de trouver leur chemin et de revenir au village sain et sauf.
C'était une journée ordinaire, où la température n'approchait guère de zéro, à vrai dire, si cela avait le cas, on aurait considéré cette épreuve comme bien trop facile pour considérer ces enfants comme des hommes.
La route fut longue et parsemée d'embûches jusqu'au village...

Bien entraînés, Eneyr et son compagnon de voyage ne cherchèrent pas à aller dans l'inconnu, repérant les environs tout en se préparant déjà à passer une nuit loin de leur village protecteur.
Le froid mordant n'était pas coupé par une quelconque toile de tente ou un de leur vêtement chaud qu'il affectionnaient tant. Ils devaient s'élever au rang d'homme ou mourir comme des enfants d'une autre race. Cruel ? Oui quelque part ça l'était, mais c'était également le seul moyen qu'ils avaient trouvés pour que leur race puisse survivre, en sélectionnant les plus résistants ils s'assuraient une résistance à nulle autre pareille. Ceux qui ne survivaient pas à cette épreuves étaient laissés dans les montagnes, proie des animaux et des bêtes sauvages, on considérait ainsi leur dette envers le village payé, ils avaient éloignés les prédateurs grâce à leur chaire et leurs âmes pouvaient trouver leurs places aux côtés de Briniok. Quiconque survivait au froid verrait sa voix s'élever parmi les hommes et les femmes de l'instance et être écouté d'égal à égal sans que sa parole ne puisse être remise en doute.
Mais les fils et filles de Briniok ne connaissent ni la peur ni la souffrance, élevé dans le froid de l'hiver éternel, ils côtoient la mort à chaque instant et apprennent à ne plus la craindre mais à la respecter, à vivre avec elle et à la défier en permanence, comme présent à Briniok, ils leur offraient leur force et leur courage, ceux des hommes de l'hiver, venu des plus hauts sommets.
C'est à cela que pensa Eneyr, il était l'un des fils de Briniok et bientôt il en deviendrait l'un des guerrier, ils progressaient, lui et son compagnon de route, vers un avenir radieux. Venez esprits de la nature, magicien des glaces et revenants des temps anciens, les futurs hommes du Marksten vous attendent prêt à vous faire face dans le courage et l'honneur sans jamais perdre espoir de retrouver leur foyer.
Chaque flocon de neige tombant sur leur peau les faisait tressaillir du froid des hauts sommets et c'est lorsque vint vers eux un ours gigantesque, que Eneyr se révéla. Mauvais pisteur contrairement à son compagnon, il possédait en lui une force et un esprit de stratégie développé à tel point que de nombreux hommes de la tribu le pensait surdoué, en vérité il semblait capable de voir tout légèrement à l'avance sans pour autant en faire un don ou quoique se soit dans le genre.
Face à cet ours il resta immobile tendit que son acolyte passait dans le dos de l'animal, il était là défiant l'animal droit dans les yeux alors qu'il le dépassait de plusieurs têtes...

« Je suis un enfant de Briniok, toi créature des divins, je vais te vaincre, donne moi ta force et ton courage »

S'engagea alors un combat épique, ne craignant pas le froid, Eneyr s'était débarassé du surplus de vêtement qu'il pouvait avoir pour sentir l'air et la neige, entendre chaque mouvement autour de lui. Il fit plusieurs fois tournoyer sa lance sur elle même et alors que l'ours fonçait vers lui il compta plus que jamais sur son partenaire qui jaillit dans le dos de l'animal et lui infligea une grave blessure à l'échine tendit qu'un coup de patte fit valser Eneyr, le jeune garçon se ressaisit, ne prêtant pas vraiment attention au fait qu'il soit ou non touché, il attendit le moment opportun et lança son arme dans la gueule de l'animal brisant ses connexion synaptique en un éclair.
Ils avaient terrassés la bête, ce soir ils pourraient manger et avoir suffisamment de peau pour se faire des manteaux rudimentaires.

Eneyr ne soufra d'aucune blessure, se rendant compte que son corps avait absorbé le choc en se recouvert d'une matière plus dur que l'acier des épées.

Ils rentrèrent au village au bout d'une semaine où on le connu sous le nom d'Androsten peau d'acier. On le considéra alors comme un homme et on organisa un nouveau banquet pour les survivants de la Grande Chasse, le lendemain on pleura le nom des enfants qui n'étaient pas revenu.
A partir de cet instant, Eneyr voua sa vie aux Dieux. Il prit une épouse à l'âge de seulement 18ans, une magnifique jeune femme nordique aux tatouages superbes sur tout le corps. On célébra leur union, puis quelques mois plus tard vint une magnifique petite fille, ils migrèrent vers la ville avec l'accord du conseil du village, c'est le jour de leur arrivée dans la glorieuse citée de Cordis que Eneyr vit pour la première fois un dragon, un animal gigantesque et superbe, le monstre était monté par un homme seul, lorsqu'il demanda qui il était, on lui répondit qu'il était l'un des prestigieux dragonnier de l'ordre et que seuls les élus pouvaient espérer un jour les chevaucher. Il venait de la cité des cieux, Avalon elle-même que l'on disait encore plus belle et majestueuse que les divins.

Mais voilà, la vie en avait décidé autrement, Eneyr était marié et avait une fille qu'il aimait par dessus tout, son titre leur permettrait de vivre à leur aise pour le reste de leurs jours. Du moins c'est ce qu'il s'était imaginé...

En cadeau de mariage, Eneyr avait reçu une magnifique rapière forgé dans le métal de la mine où son père avait fait fortune et ce matin là, sa fille revint du marché avec un magnifique pendentif. Qui avait imaginé ce jour là, qu'il s'agirait du dernier présent de son enfant ?

Un jour où il avait quitté les siens pour se rendre dans une ville voisine, l'horreur arriva... à son retour il n'y avait plus qu'une marre de sang. Lorsqu'il franchit le pas de la porte de sa demeure, aucun rire, aucun cris de joie dont il avait prit l'habitude, aucune embrassade tendre, aucun enfant à faire voler dans ses bras. Non... seulement le silence et cette odeur, il la reconnu aussitôt, celle du sang et de la mort. Il trouva sa femme, égorgée sur l'autel consacré à Briniok, son sang encore chaud, ses yeux ouvert regardant vers lui, il fut poignardé par ce regard, comme une accusation. Il n'eut alors qu'une pensée : sa fille, son dernier trésor où était elle ? Il parcouru de long en large sa demeure sans jamais la trouver, mais il lui restait une dernière pièce, la cave, là où étaient entreposé différents vin et autres denrées. Il ne voulait pas ouvrir cette porte, d'une main tremblante il se saisit de la poignée et ne vit rien, si ce n'est une marre de sang sur la table en bois brut fait dans les arbres des montagnes lointaines. Mais il y avait encore cette malle d'où émanait une sinistre odeur... et ce qu'il vit à ce moment là, jamais il ne pourrait l'oublier... ils avaient osé... un bras, une jambe, un buste... une tête. Ce message sur l'intérieur du coffre : « N’oublie jamais que ce ne sont que des esclaves »... alors c'était pour cela, il y a quelques mois de cela il avait osé prendre la défense de deux esclaves du Nékéharkhan dont les maîtres étaient venus commercé sur le place publique de Cordis. Eneyr était intervenu après que l'un d'eux eut frappé à de nombreuses reprises avec son fouet les esclaves pour avoir laissé tomber une simple pomme. La foule, effrayée par un tel acte que n'avait jamais lieu en Aquasca, était restée interdite et les gardes de la cité était absent du quartier à ce moment là, Eneyr était alors intervenu, stoppant la main du maître esclave et brisant le fouet sur le dos de ce dernnier. Tout ça pour ça...

Il sentit monter en lui une rage comme nulle autre pareille, tous avaient pu perpétrer ce crime horrible, il hurla pendant des heures et des heures cassant tout sur son passage, son caractère nordique reprenant le dessus il devint incontrôlable et plusieurs hommes durent le mettre à terre, alerté par les cris du voisinage.

On ne retrouva jamais les coupables et Eneyr ne fut plus jamais lui même. Le nordique se renferma sur lui même et alla noyer sa haine dans l'armée du Marksten, s'engageant à Iskolde. Dans son regard pouvait se lire la détermination et une certaine haine, mais également la volonté et le courage dont avait toujours fait preuve son peuple. En son cœur était né une haine profonde envers les esclavagistes et par extension, la plupart des Nékéharkanien qu'il tenait pour responsable de toute forme d'esclavage et ne vivait que pour une chose : les éliminer jusqu'au dernier. Il n'avait alors que 21ans...

Pendant 5 années on lui inculqua comment penser, comment bouger et comment se battre comme un soldat du nord, l'initiation qu'il avait reçu lui permit d'apprendre rapidement, trop peut-être car il éprouva plus vite que les autres la limite de la vie de soldat, s'égarant souvent dans les plaines du nord pour combattre des créatures venu des légendes. En son fort intérieur, il espérait un jour apercevoir l'un des dragon bleu d'Avalon, il espérait pouvoir les supplier de les rejoindre, de faire en sorte qu'il devienne l'un des leurs.. Il devint l'un des meilleurs escrimeurs de l'armée, ayant préféré le maniement de la rapière à celui des armes plus lourdes typiquement nordique. Il ne quittait jamais son arme ou son pendentif, refusant de les enlever quoique se cela puisse lui coûter..

Sa prière fut entendu, nul ne sait pourquoi ni comment mais l'un des dragonniers vint le réclamer, on l'emmena alors dans les cieux, loin de la terre des hommes, loin des tombes de sa femme et de sa fille. Mais jamais il n'oublia, jamais il ne pardonna. Sur la montagne sacré il découvrit un monde créé par les dieux, baigné dans une lumière si puissante qu'elle faillit le rendre aveugle. Ce jour là on lui demanda de combattre, de devenir l'un des dragonniers de ce monde, l'un de dernier à voir le jour dans les cieux eux-même. Nombreuses furent les épreuves, on lui demanda d'être plus qu'un homme, de devenir une partie même de l'animal, de le comprendre et d'évoluer comme lui, de devenir impénétrable tel le vent s'insinuant entre les ailes de ces impressionnantes créature.
Mais en ce temps à Avalon, les dragons naissaient, en ce temps, les dragons avaient des pouvoirs, extraordinaire. On jugea qu'il était apte à recevoir un œuf sur le point d'éclore, une épreuve nécessaire pour pouvoir continuer sa formation et quitter le rang d’écuyer. Lorsque l’œuf éclos on lui expliqua qu'il fallait passer le harnais au dragon avant toute autre chose, avant même le premier repas de l'animal, sinon il resterait sauvage à jamais et ne serait bon qu'à la reproduction en captivité.
Il s’acquitta de cette tâche, bien plus vite que la plupart des hommes qui avaient essayé avant lui, il ne chercha pas à dompter l'animal, ni même à l'amadouer, car comparé aux autres dragons, les bleus n'étaient que des bêtes sauvages, pourtant, Eneyr vit en lui un ami, une sorte de fusion s'opéra dès les premières heures de vies... comme un lien qui serait à jamais entre eux.
Quoiqu'il en soit, il hérita de ce fabuleux don et jamais ne quitta l'animal tout au long de sa croissance, ils furent lié l'un à l'autre avec une force indescriptible : celle qui unis chaque maître dragon à son animal. D'un bleu proche du blanc, ce dragon semblait être fait de glace, aussi froid et distant mais également fier, comme l'était Eneyr, était ce sa tristesse et sa rage qui avait donné naissance à la créature ou simplement un fait du hasard ? Il était impossible de le dire.
En même temps que son dragon on lui remit une lance, une arme forgée au sein même dans la cité volante, faite d'airain, la lame était rouge, flamboyante comme le sang de ses ennemis. Il accepta ce présent et apprit à la maîtriser.

Mais il y a un prix à payer pour chaque chose que l'on reçoit, Eneyr l'avait déjà apprit avec ses deux amours, il l'apprenait à nouveau avec la cité. En effet, à peine un an après qu'il ait reçu son dragon, alors qu'il avait 26ans, advint un évènement auquel le monde ne s'attendait pas, la cité sainte, Avalon, s'écroula sur le monde pour d'obscurs raisons, les réfugiés furent très peu nombreux, les morts, par centaines, l'édifice s'écroula au beau milieu des terres désolées de l'est. Eneyr tenta de sauver autant de civil qu'il le pouvait, mais la parole des dieux était implacable, et aller à leur encontre était une hérésie. Une prêtresse avait été tué et une nouvelle fois, Eneyr fut l'impuissant spectateur d'un désastre sans nom. Il était là, chevauchant sa redoutable monture qui attrapa entre ses griffes une poignée d'homme et de femme, mais combien mourrait alors qu'il n'en sauvait qu'une dizaine. Il fut contraint de fuir, fuir la colère des dieux sans jamais connaître la source d'une telle déchéance.
Il trouva avec quelques autres de son régiment, refuge auprès du roi d'Aquasca auquel il prêta à allégeance, mais plus encore qu'au Roi, ce fut au pays qu'il convint d'offrir sa vie, voisin de son ancienne patrie, il serait un inconnue parmi ce nouvel ordre, l'ordre Dragonnica. Loyal et sincère, il se démarqua dans sa manière d'être, rejetant dieux et croyance il était d'une fidélité sans borne à l'organisation et accomplissait chacune des missions qui lui étaient confiées à tel point qui fut remarqué par Madius Thorya lui même. Alors que son dragon avait bien grandit et que 5 années étaient déjà passées depuis que l’œuf avait éclot, chaque jour Eneyr et  Riin survolent la cité des hommes en espérant pouvoir servir leur cause et avec le désir secret de venger la mort de sa femme et de sa fille.

Mais il advint une dernière chose, une chose effroyable, la guerre, la première véritable guerre sur les terres de Valhistar depuis des décennies et elle vint d'un ennemi auquel même le Roi ne s'attendait pas. Des démons, des démons vinrent pour soumettre le royaume et là où les dragonniers virent de la perfidie, le conseil et la couronne virent une opportunité de se protéger des terres du sud, charmés par les sombres dessins que l'homme qui se cachait dans l'ombre, il plièrent genou devant ce chantage.
Outré dans son âme et dans son cœur, Eneyr prit sa monture et tenta de fuir le Royaume, hélas il était trop tard car au nord déjà se répandait une peste déversé par une antique créature venue du fond des âges et au sud, un nuage empêchait tout homme ou bête de le traverser. Un homme réussit à aller chercher de l'aide, Madius Thorya, chevauchant sa monture ils parvinrent jusque dans les contrées de l'est afin de quérir l'aide des Asuras.

Eneyr et Riin restèrent en Aquasca, combattant autant qu'ils le pouvaient sur le front de l'ouest, défendant la forêt d'Eryndôr contre le carnage que perpétrait l'armée régulière du royaume qu'il avait juré de défendre, aidée par les démons. La première fois il ferma les yeux, la première fois qu'il ordonna à Riin de fondre sur ceux qu'il avait juré de protéger, sur ces hommes en armure déambulant comme des zombies à la solde d'un Roi tombé sous la coupe des démons, la première fois que le dragon écrasa après avoir paralysé à l'aide de son souffle glacial les hommes, Eneyr détourna les yeux. Puis il vit, il vit les humains et les sylvaris se faire massacrés par cette armée, il vit des hommes et des femmes mourir pour l'ambition d'un Roi, non ce n'était pas cela qu'il avait juré de défendre, alors il entra lui-même dans la bataille, armé de sa rapière, son visage caché par un demi masque, il devint de glace, à l'instar de sa monture il ne laissa aucune pitié l'envahir, il repensa à sa femme et à sa fille, aucune famille ne devait souffrir comme il avait souffert. Son dragon, incapable de passer dans la forêt continua de défendre les premières lignes alors que son maître dispersait les troupes restantes.
Pendant des heures, des jours, des semaines ils combattirent, parfois en faisant de simples raides aérien sur des camps de démons, parfois en rejoignant le front lorsque celui ci était trop enfoncé.
Mais vint l'heure de la revanche, les devas et les asuras avaient décidés de venir secourir le royaume, de le libérer du joug des puissants maléfices et du voile qui cachait la vérité au Roi. La bataille pour la reconquête de la ville fut sanglante, mais c'était le prix à payer pour qu'enfin puisse de nouveau régner la paix.

Lorsque le Roi recouvra ses esprits, Eneyr refusa de prendre part à l'assaut contre le Nékéharkhan, préférant continuer de protéger les frontières et de consolider les terres durement reconquis. Mais au-delà de cela, c'est la confiance qui manquait à Eneyr, la confiance envers son souverain, celui-là même qui avait vendu son royaume pour une simple protection.
Puis ce fut le Marksten qui tomba, il vola aux secours des réfugiés, tentant de sauver ceux qui pouvaient l'être alors que du nord se déversait des hordes de créatures venus des temps des dieux, de ces animaux que l'on ne voit que dans les livres pour enfant et que l'on prie pour qu'ils n'existent plus.

Depuis ce jour il est resté fidèle à l'ordre Dragonnicas, volant dans les cieux au dessus d'un royaume en reconstruction, aile protectrice d'un monde désormais en ruine et malgré tout cela, malgré les morts et le sang, il garde à jamais en tête l'image de sa fille et de sa femme et n'aura de cesse de trouver les coupables.

Familier


  • Nom : Nahkriin Wah Strummah (Littéralement : Vengeance de la montagne) et surnommé Riin
  • Rang : A
  • Race : Dragon
  • Age : 5ans (le fait d'avoir vécu sur Avalon, lui donne la taille adulte)
  • Royaume/faction : Aquasca
  • Fonction(s) : Monture et accessoirement confident


Description physique
Riin ne fait pas partit des plus grand dragon existant, bien qu'il ait une musculature puissantes et de grandes ailes il ne peut pas parcourir de très longues distance. Ses pattes mesurent environ 2 fois la taille d'un être humain normal, assez long, il possède un cou modeste, cependant sa résistance au froid fait de lui un allier de taille en ce monde. D'une couleur bleu presque blanc, il semble briller comme un joyaux sous les rayons du soleil. Capable de cracher un souffle de glace dévastateur, il est une monture fiable et confortable.

Description psychologique
Loyal envers son maître il n'a jamais cherché à le trahir, pourtant peu enclin à s'harmoniser avec le monde qui l'entoure, Riin ne cherche qu'à détruire anéantir ses ennemis sans la moindre once de compassion. Cependant très curieux il s’intéresse à tout et bien que cela puisse paraître étrange puisqu'il ne se comprenne pas au sens propre du terme, Eneyr a prit pour habitude de lui lire et de lui raconter toutes les histoires qu'il pouvait connaître sur les nordiques et leurs coutumes, devenu très proche voir inséparable, Riin ne laisse personne s'approcher d'Eneyr, paradant souvent au grand damne cependant de son maître. Très jaloux et caractériel il en voudrait énormément à son dragonnier si ce dernier allait ne serait ce que caresser une autre monture, même si bien souvent une vache ou un mouton bien gras suffit à ce qu'il retrouve tout l'amour qu'il a pour son bienfaiteur.
Encore jeune pour un dragon, il semble comprendre les choses très rapidement et semble enclin à la même mélancolie que Eneyr depuis que celui ci lui a raconté l'histoire de sa femme et de sa fille. Comme tout les dragons, il aime les trésors et ne quitte plus le pendentif que lui a offert son protecteur en signe d'amitié à sa naissance.


A propos de vous


  • Prénom /Pseudo : (optionnel)
  • Age : (optionnel)
  • Comment avez-vous connu le forum ? Google Wink
  • Code règlement :   Validé par Belgarath



Dernière édition par Eneyr Androsten le Jeu 13 Mar - 6:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Eneyr Androsten   Jeu 6 Mar - 18:16

Bienvenue à toi cher Dragonnier !
Revenir en haut Aller en bas
Eneyr Androsten

Âme des cieux

Âme des cieux
avatar

Messages : 23
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain(e)
Fonction(s):
Influence:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Eneyr Androsten   Jeu 13 Mar - 6:18

Merci Madius ^^ Voilà fiche corrigée et terminée comme demandé par mp =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elcadia Arkhendar

Sainte des Abysses

Sainte des Abysses
avatar

Féminin
Messages : 1243
Age : 34
Commentaires : Administrateur

Feuille de personnage
Race: Asura
Fonction(s): la Sorcière, Première Mage du royaume, Membre du Conseil des Mages
Influence:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Eneyr Androsten   Jeu 13 Mar - 11:27

Un bienvenue officiel tout d'abord ^^

Comme tout a été vu via mp et corrigé je n'ai pas plus à dire que tu as ma validation. Belle fiche , bravo Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ervael.com
Belgarath Eridan

Coeur de Sannaeth

Coeur de Sannaeth
avatar

Messages : 954
Age : 29
Commentaires : Administrateur

Feuille de personnage
Race: Humain(e)
Fonction(s): Fondateur des légions phénix, ancien membre du conseil des mages, membre de la cours du Nékaharkan
Influence:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: Eneyr Androsten   Jeu 13 Mar - 11:28

Bienvenue officiellement et tout comme l'a dit mon collègue, vu que tout a été vu, pas de soucis pour moi également, tu as ta validation Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Eneyr Androsten   

Revenir en haut Aller en bas
 

Eneyr Androsten

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valhistar :: Prologue :: Présentations :: Présentations validées :: Aquascaniens-