Après une longue période chaos, cinq royaumes vivent dans une cohabitation relative, chacun ayant ses intrigues internes.
 

Partagez | .
 

 Néfertis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nefertis

Née des rêves

Née des rêves
avatar

Messages : 60
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain(e)
Fonction(s):
Influence:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Néfertis   Mer 7 Aoû - 9:27


Oméya Ankhesen


  • Rang : S
  • Race : Humaine
  • Age : 34 ans
  • Royaume/faction : Nékéharkhan / Ordre de Nefer
  • Fonction(s) : Dirigeante de l'Ordre de Néfer
  • Classe : Mage

Équipement et Pouvoirs


  • Arme(s) :
    -Arc long
    -Sceptre de Nefer
    -Dague de rituel

  • Armure :
    - légère

  • Objets spéciaux :
    - Pierre de pureté : Elle lui a été donné par Artorius, l'une de ses invocations. Afin de pouvoir dissocier son corps de son âme en dehors du monde des rêves, c'est une opération risquée, car, si le corps de Néfertis subit des dommages alors qu'elle est sous forme astral elle ne pourra pas le réintégrer. En contrepartie, sa forme astrale ne connait ni la faim, ni la soif, ni la fatigue, ni la douleur et permet donc à Néfertis de combattre des hordes d'ennemis.

  • Caractéristiques raciales :
    -
    -

  • Don(s) : (si vous en avez)
    -Rêveuse

  • Sorts / Techniques / Domaines : (optionnel)
    - Magie blanche (lvl 2)
    Cette magie lui permet d'invoquer 5 créatures issues du plan le plus sacré, anciens héros tombés au combat, esprits bienveillant ou ange vengeur, quiconque s'attaque à Néfertis devient la proie de ses gardiens. là où un mage noir soumet ou corrompt ses invocations, le mage blanc se lie d'une amitié sincère et profonde avec eux. Ceux de la grande mage ne sont pas différents de cette Loi.

    Invocations de Néfertis:
     

    - Magie de l'eau

Description physique
Oméya est une femme magnifique, comme sa soeur, Saroua. Depuis leur plus tendre enfance leurs parents savaient que le monde pourrait leur appartenir. Superbes enfants, magnifiques adolescentes, divines femmes. On raconte dans les rues de Khemdara que quiconque voit Néfertis en tombe littéralement amoureux.

C'est une femme d'une grande beauté, aux cheveux noirs comme une nuit sans lune souvent tressé en une multitude de petites tresses qui sont parsemées de fils d'or et d'argent. Sur sa tête trône l'effigie de sa fonction et de son rang. Lors de ses déplacements quotidiens, il s'agit d'une couronne d'or et de lapis lazuli surmontée d'un cobra afin d'éloigner les mauvais esprits. Dans sa tenue officielle, il s'agit d'une grande couronne en hauteur avec sur le front un ibis dont les ailes retombe sur les oreilles de la grande prêtresse symbolisant sa sagesse mais également son rôle de gardienne des secrets (les textes sacrés étant écrits grâces aux plumes d'ibis trempés dans un mélange d'encre et de venin de cobra afin que quiconque touche ces écritures sans gants et porte ensuite ses doigts à sa bouche pour tourner les pages, meurt dans d'atroces souffrances).

Son visage est très maquillé, avec grâce et élégance ses yeux sont entourés d'un khôl noir et ses paupières sont recouvertes d'une poudre bleue faite à base de pierres semi-précieuses réduites en cendres. Son teint est celui de toutes les femmes du Nékéharkan, elle a une peau mate et ambrée qui ressort grâce à la profondeur de son regard entièrement noir, mais qui pourtant n'impose aucune crainte, seulement du respect.

Femme mince et parfaite, ses formes harmonieuses font d'elle l'une des plus belles femmes du royaume, d'aucun disent même, de tout Valhistar. Bien que sa tenue soit souvent légère à cause de la chaleur de ses contrées, elle n'en est jamais vulgaire et lorsqu'elle descend dans la ville avec le peuple, elle porte la plupart du temps une étoffe en satin, proche de son corps, mais qui la couvre entièrement à l'exception de ses yeux.

Description psychologique
Néfertis n'est que bonté, jamais de sa vie, elle n'a vécue pour un autre sentiment que celui de la Justice. D'une pureté absolue, aucun de ses actes n'est pour autant irréfléchie et bien qu'elle affiche une grande assurance et une volonté de fer, dans l'ombre, un mal ronge son être.

Ce dernier est celui de l'amour, un amour qui lui est interdit de par sa condition et son rang, mais également par les Lois de morales de ce monde, car la personne dont elle est éprise est une femme d'une grande beauté également, une femme dont elle a prédit l'avenir lorsque la guerre démoniaque pris fin, sa soeur Saroua.

Ce mal en son sein n'est cependant pas une faiblesse, la lumière divine l'entourant, elle a su voir en cela une épreuve de la part des Dieux et rien en elle ne s'en ressent si ce n'est l'une de ses invocations, Néméis. C'était autrefois une grande prêtresse elle aussi, désormais reflet de l'âme de son hôte. Lorsque Néfertis l'invoqua pour la première fois, Némésis vit tout de suite ce qui la rongeait, depuis l'esprit possède une partie angélique et une partie démoniaque.
C'est donc à travers la lumière que Néfertis avance, mais elle ne se revendique pas d'une lumière aveuglante, préférant au contraire se voir comme une lumière au travers de l'ombre des esprits. Encline à la communication, elle ne trahirait cependant jamais son ordre et ses secrets et quiconque voudrait la faire parler encourrait la colère de ses invocations mais également sa propre colère.

Car l'on dit que Néfertis ne se met jamais en colère, il est vrai que rare sont ceux pouvant dire avoir vu son visage être déformé par ce sentiment. Néanmoins, elle est dure et froide quand cela est nécessaire et ses colères se reflètent dans son pouvoir, elle dont la force de sourcière lui a permis de maîtriser la sannaeth grâce aux pouvoirs de l'eau, elle est capable de faire déferler des torrent comme d'assécher des mers.

Envers le peuple et les pauvres, Néfertis est d'une infinie douceur, mais son rang et sa place lui font prendre des décisions importantes, fin stratège, elle a appris à manier les politiques et c'est grâce à elle et à l'ancien Vizir que Kasaros Quabalan a été démit de ses fonctions de Roi au profit de Saroua, son épouse.
Ce n'est en rien une vengeance pour Oméya, car nommer sa soeur fut le résultat d'un rêve et personne n'osa ouvertement remettre en cause cette explication. Fière et combattante, elle ne se cache ni du mal, ni de ses adversaires et son charisme seul suffit parfois à repousser démons et incroyant.

Histoire
Petite soeur, si tu lis ces lignes c'est qu'il n'y a certainement plus aucun espoir, aucun espoir pour nous mais également pour la cité et le royaume. J'ai eu une vision cette nuit, comme toutes les nuits depuis que j'ai été en âge de comprendre que ces rêves ne s'évanouissaient pas avec le lever du soleil, cette vision montrait une cité, notre cité... et elle était en flammes, rien ni personne ne pouvait les arrêter, comme si le feu du ciel s'abattait sur nous, ce jour-là, quand cela arrivera, aucun des secrets de l'ordre ne pourra jamais nous sauver.

Le futur est incertain ma soeur, même moi je ne peux le prédire avec exactitude, ce que je vois n'est que l'un des nombreux futurs possible, mais il se déterminera en fonction de nos choix et de nos actes. Je me suis souvent demandée si mon pouvoir pouvait avoir un lien avec ce futur, si finalement ce n'était pas le fait que je révèle mes visions aux autres qui les faisaient se réaliser. C'est pour cela que celle-ci je vais la taire, la garder au plus profond de moi et sur ce parchemin. En cet acte peut-être transgresserais je une des Lois de ce pays, mais qu'est-ce qu'une Loi en comparaison de l'Ordre et des Dieux.

Tu ne t'en souviens certainement pas, mais lorsque tu es née j'ai su que tu était destinée à devenir l'une des femmes les plus importantes de ce pays. Je n'avais que deux ans à l'époque, une petite fille joyeuse, pas turbulente. Ce jour-là quand je t'ai vu dans les bras de notre père j'ai compris que je t'aimerai bien au-delà de la mort et des épreuves que la vie pourrait nous imposer. Je me souviens du sourire de père et mère sur ton berceau alors que nos servantes faisait tout leur possible pour rafraîchir l'air ambiant, j'ai pris moi aussi une feuille de palmier... elle était trois à quatre fois trop grande pour moi, mais je voulais tout ce qui était le mieux pour ma petite soeur et je le veux encore aujourd'hui. Pas une seconde de mon existence je ne t'ai jalousé ou envié, pas une seconde je ne t'ai voulu du mal je te le jure sur l'amour de Nektan.

Je n'ai toujours voulu que ton bonheur, tu penses peut-être que j'ai été absente trop longtemps, que je ne me suis pas assez occupée de toi. Tu aurais raison. Mais jamais mon regard n'a cessé d'être sur toi, quand bien même à l'âge de 7ans on m'enleva à l'amour de notre foyer pour devenir la grande prêtresse, c'est son jour là que l'on me demanda d'oublier mon propre nom, depuis ce jour-là que l'on ne m'appelle plus que Néfertis. Et j'ai pleuré ce soir-là, j'ai pleuré de cet honneur que l'on me faisait et que je ne comprenais pas, ce soir-là j'ai maudit nos parents, je ne pouvais pas comprendre que eux-mêmes n'avaient pas eu le choix, la précédente Néfertis était morte durant la nuit, elle m'avait désignée quelques mois auparavant comme la seule à pouvoir la remplacer, la boucle ne pouvait pas être brisé. Alors, j'ai pleuré, du haut de mon corps d'enfant j'ai pleuré lorsque l'on me para d'or et d'argent, lorsque l'on me tressa les cheveux et que l'on me fit porter une couronne trop grande pour ma tête et mon âge.

C'est ce soir-là qu'elle apparut pour la première fois, Némésis, ma toute première invocation, née de ma peine et de ma tristesse elle se lia à moi pour l'éternité, car c'est elle qui m'emmènera après ma mort dans les limbes, au-delà du pays des songes que je visite chaque nuit, au-delà des cercles infernaux, au-delà même du pays des Dieux, j'irai là où chacune des Néfertis est allé avant moi, à ce moment-là, je prie de toute mon âme pour t'entendre m'appeler une dernière fois par mon véritable nom, une dernière fois, nomme moi Oméya, car tel est mon nom et que jamais je ne l'ai oublié alors quand mon corps ne sera plus que poussière et que mon âme éthérée visitera des royaumes inconnus je pourrais entendre ta douce voix ma soeur, une voix réconfortante qui m'enveloppera de douceur alors que chacune de mes chimère porteront mon âme au travers des cieux.

Durant les deux années qui suivirent, le père de Kasaros me cloisonna au rôle de Néfertis, exploitant mon pouvoir sans que je puisse réellement m'en rendre compte, sans que l'ordre ne puisse s'y opposer, car si Néfertis gouverne l'ordre, l'ordre sans Néfertis n'est plus que l'esclave du Roi. Alors, je te regardais grandir au travers de ma prison je te voyais chaque nuit dans mes rêves, je voyais ton passé, ton présent et ton avenir. J'arrivais à cet âge à passer mes doigts et mes yeux au travers des barreaux des fenêtres, quand père, mère et toi veniez au Palais, que mère demandait à me voir, mais que cela lui était interdit pour ma propre sécurité. Alors, j'ai appris à ne plus pleurer, pas même lorsque le père de Kasaros disparu de ce monde. J'étais encore trop jeune pour prendre les rennes de l'ordre et devenir réellement Néfertis.

C'est cette nuit là, je m'en souviens encore, cette nuit là alors que je rêvais, parcourant ce monde dont j'étais la seule à pouvoir voir, le seul endroit d'où je pouvais m'enfuir que j'ai rencontré Imalia, c'était une aventurière elle aussi, elle s'était égarée dans le monde des rêves alors qu'elle traquait un démon et l'avait suivi jusque dans son plan, cavalière de renom elle ne souffrait d'aucun rival en ce qui concernait les combats à cheval, mais son esprit était égaré, elle se pensait encore en vie toujours en train de combattre des ennemis alors qu'elle s'en prenait aux esprits du monde onirique menaçant d'en détruire l'équilibre. Un jour peut-être trouverais je le temps de t'expliquer tout ce que cela implique, ce que signifie être dans ce monde, mais pas aujourd'hui, pas dans ce parchemin, pas dans ces lignes. Souviens toi seulement que dans ce plan j'étais libre, libre de marcher et de vivre, peut-être cela apaisera-t-il ton coeur lorsque je ne serai plus.

Imalia était une guerrière, elle ne voulait que combattre pour la splendeur de ce monde, ce jour-là, je lui ai proposé de combattre pour moi, comment ai-je appris à les invoquer ? Je ne sais pas réellement, j'ai toujours eu l'impression que je pouvais parler avec les esprits, ceux des morts comme ceux de ces êtres que l'on dit être les gardiens du monde depuis les jours où les dieux nous ont quittés. Ce pacte fut pour moi le premier et véritable accord que je passais avec un esprit, Némésis s'était imposée à moi, il me faudrait encore de nombreuses années avant de pouvoir la plier à ma volonté, Imalia était différente, guerrière elle avait trouvé en moi le moyen de combattre les démons, je lui offrais un accès sur ce monde en échange, elle purifierai le mal.

C'est certainement à partir de ce jour-là que j'ai réellement compris le pouvoir qui sommeillait en moi, même si j'étais encore incapable d'invoquer Némésis et Imalia de ma propre volonté, je savais qu'elles étaient là, prête à venir pour défendre ce monde, prêtes à te défendre toi, ma tendre soeur. Je continuais de te voir de plus en plus souvent au palais, côtoyer le jeune, trop jeune roi, Kasaros. Pendant de nombreuses années on m'appris à me tenir convenablement à la cour, mais bientôt, je comprenais qu'ils tentaient de m'apprendre cela pour mieux me contrôler, l'ordre était derrière, me soutenant quand je refusais ces leçons demandées par la cour. Je n'étais pas un jouet et je n'en serais jamais un. Les années passèrent dans l'ordre de Nefer, j'apprenais à canaliser la sannaeth et à m'en servir pour protéger et soigner, chaque fois je le faisais en pensant à toi. Mais je savais que je pouvais déployer ce pouvoir pour ce monde, parce qu'il y existait des forces capables de défaire la beauté et l'harmonie, alors j'apprenais pour me battre contre elles. Contrairement à beaucoup, j'ai toujours aimé le sable du désert, peut-être parce que j'étais l'une des rares à savoir comment y trouver de l'eau.

C'est ce qui se passa, lorsque je sortais du palais pour la première fois à l'âge de 14ans, on m'emmena dans le désert afin d'y intensifier mon pouvoir sur la sannaeth. Et, loin de développer les flammes ou la terre, c'est l'eau qui glissa entre mes doigts, ce jour-là je compris que j'étais capable de commander aux flots, le seul flux en ce monde qui ne pouvait être arrêté, parfois calme, il peut également devenir l'une des forces les plus dévastatrice, capable d'engloutir des cités et des hommes.

De 14 à 18ans on m'initia aux secrets de Néfer, je devenais l'une des plus jeunes Néfertis à contrôler ce pouvoir. Chacun de mes rêves se faisait plus précis, je prenais de l'assurance et je comprenais peu à peu mon rôle, je comprenais que malgré ce qu'il pouvait dire, Kasaros n'avait aucune autorité sur moi, que j'étais la seule à pouvoir avoir l'ascendant sur lui. Il n'était Roi que parce que je lui permettait de le rester, lorsque j'ai compris cela, les choses changèrent pour moi.

Je fus officiellement reconnu comme Néfertis à l'âge de 18ans, je devenais la 70ème à porter ce nom depuis la guerre du Chaos. Mais mon premier acte officiel fut ton mariage, tu t'en souviens toi aussi n'est-ce pas ? Même moi je n'ai pas sût dire si ce jour-là tu étais heureuse ou non, moi je l'étais, car pour la première fois je pouvais te revoir, je ne pensais pas que Kasaros puisse être quelqu'un de bien, pour le pays ou pour toi. Comment pouvais-je penser autrement ? J'avais appris à n'être qu'objective, mais voilà, en te revoyant là, si belle, je n'étais pas jalouse de toi, non, je l'étais de lui, ce jour-là ma sœur, mes pires craintes se sont fondées, l'amour que je te porte, j'ai compris ce jour-là qu'il était au-delà de ce que la morale me permettait envers toi. Je pense que jamais je ne pourrai te le dire ni même te l'avouer, cela mettrai en péril le trône sur lequel tu te trouves et tous les fondements de l'ordre de Nefer.

Ces mots sont écrits, désormais je ne peux plus les cacher. Peut-être n'aurais je jamais dû faire cela, peut-être que ces lignes n'auraient jamais dû franchir le seuil de ma pensée, peut-être qu'une fois l'encre sèche je brûlerai ce parchemin pour que jamais il ne puisse tomber en d'autres mains que les miennes ou les tiennes, Saroua.

Pendant toutes ces années de mariage je n'ai jamais pu t'approcher ou parler avec toi comme je l'aurai fait normalement, si nos vies n'avaient pas été bouleversées de cette manière. Nous nous sommes revu lorsque nos parents sont décédés, notre père emporté par le chagrin de la mort de notre mère, j'ai fait tout mon possible Saroua, tout mon possible pour que leurs âmes rejoignent le plan le plus calme, j'ai prié les Dieux et invoqué les esprits des éléments, alors l'esprit de l'eau m'a répondu, il m'a dit qu'il les guiderait à travers l'océan de l'univers tout entier. Je ne t'ai jamais parlé de la manière dont Isis et Syndra étaient venue à moi. La première était une prêtresse de Néfer, une Néfertis comme je l'avais été, elle m'est apparu le jour où j'ai reçu le titre officiellement, lors de mes 18ans, une déesse ailé portant les symboles de la royauté, elle m'a dit que lors de son règne, elle fut amenée à prendre le rôle de Reine et de prêtresse qu'elle souhaitait me guider à présent que ma propre soeur allait devenir reine à son tour, oui, j'ai su avant toi et même avant Kasaros, que tu serais sa première épouse. Isis resta longuement à me parler des prêtresses et de leur rôle en ce monde, elle est ma balance, l'équilibre du monde, une justice implacable qui puise son pouvoir comme je le fais à travers la lumière elle-même. C'est elle que j'ai invoqué lors de la guerre démoniaque, lorsque Belgarath Eridan prit la forme d'un redoutable dragon, elle fut celle qui plaça une lumière si pure qu'elle brûla le souffle même de la créature. Elle est mon allié et je lui ai juré qu'à jamais mon jugement serait impartial, c'est pour cela qu'après l'éviction de Kasaros du trône, je t'ai poussé à faire la paix avec Eridan, car sa Justice mènera ton royaume au-delà de l'entendement et de la raison.
Syndra est belliqueuse, bien que son amour du royaume fait d'elle une redoutable combattante, elle était humaine autrefois, une voleuse des rues de Khemdara, je l'ai rencontré alors que je m'égarai au plus profond du monde des rêves, là où les héros se reposent mais prisonnière d'un maléfice démoniaque, j'ai brisé sa prison et je lui ai tout confié, sur mon amour pour toi, sur mon rôle et ma fonction, ainsi elle m'a juré fidélité, laissant le soleil envahir son corps, elle est la maîtresse de l'astre du jour et aucune lune ne peut l'obscurcir, mais elle ne connaît ni bien, ni mal, elle brûle tout ce qui se trouve sur son passage, je ne la juge pas, elle n'est pas dangereuse, elle veut juste tout faire pour que jamais la lune n'envahisse le monde.

Puis est venue à nous la guerre démoniaque et la démence de Kasaros a été révélé au grand jour, c'est le Vizir comme tu le sais, qui m'aida à sceller son sort et ce fut mes pouvoir et ceux de l'ordre qui mirent fin à la sannaeth de Kasaros. Je ne sais pas comment tu me jugeas ce jour-là, je ne sais toujours pas si tu m'en veux d'avoir bannit ton époux, mais il était dangereux, terriblement dangereux pour le royaume. Le rêve que j'ai fait de te voir sur le trône n'est pas une invention, tu mérites cette place bien plus que quiconque à Khemdara et bien que l'homme que tu as choisis comme Vizir soit plus qu'étrange il te guide et te conseil vers la reconstruction du Nékhérkan. N'ai pas peur petite sœur, car je suis la gardienne de la lumière et jamais les ombres ne viendront menacer tes rêves. Tu te souviens peut-être, lorsque que tu n'étais qu'une enfant qui avait peur du noir et des fantômes, que les histoires de mort vivant te faisaient sursauté et que tu faisais des cauchemars. C'est moi que tu voyais dans tes rêves, car quand je parcours le plan onirique, je ne connais plus de frontière et ton esprit était là, tourmenté par des cauchemars alors je venais et je les chassais, je te devais bien ça, ô ma tendre sœur.

Il y a 5ans, lorsque Eridan devint un monstre, je n'ai pas utilisé ma plus puissante invocations, car personne ne le connaît, pas même ceux de Nefer. Il est mon gardien, ni homme, ni dieu, il vient d'un plan que moi-même je ne connais pas et dans lequel je peux m'aventurer. Autrefois, m'a t-il raconté, il était gardien d'une cité céleste bien plus belle qu'Avalon, il combattait aux côtés de créatures qu'il nomme ange, on le nomma Artorius, car lui seul pouvait parler pour les Dieux qui jadis créèrent ce monde. Cet être est puissant, Saroua, pourquoi me protège-t-il ? Moi-même je ne suis pas certain de connaître la réponse à cette question, il m'a autrefois dit que je ressemblais à une jeune femme qu'il aimait autrefois et dont il me voit comme la réincarnation, j'ignore si cela est vrai, mais le jour où je l'invoquerai, je sais que personne ne pourra le renverser.

Peut-être ai-je trop confiance en eux, en mes 5 gardiens, mais j'ai confiance en l'ordre de Néfer, j'ai confiance en toi et je me dis que le rêve que j'ai fait cette nuit est peut-être pour la première fois de ma vie, seulement un rêve. Néanmoins, je continue, Saroua, je continue de veiller sur cette cité et sur ce monde. Le conseil des mages a prit des décisions avec lesquelles je suis en désaccord, Eridan a bien fait de s'enfuir, j'ignore ce qu'il est advenu de l'orbe et c'est mieux ainsi. Mais un jour où tu auras besoin d'aide ma bien aimée sœur, fais appel à lui, appel Eridan, car lui seul connaît la véritable nature du bien et du mal.

Je suis un être du monde des rêves et peu à peu j'en ferai intégralement partie, en attendant, prononce mon nom, ô ma bien aimée, ô Saroua, n'oublie jamais Omeya.
Car je suis Néfertis, je n'ai ni nom, ni âge, ni frontière, mon pouvoir s'étend autant que l'ombre cherche à conquérir ce monde et je me dresse comme un pilier de lumière.

Je brûlerai ces lignes au petit matin... peut-être... peut-être que l'encre ne sera pas encore sèche.


A propos de vous


  • Prénom /Pseudo : (optionnel)
  • Age : (optionnel)
  • Comment avez-vous connu le forum ?
  • Code règlement :   Validé par Belgarath

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nefertis

Née des rêves

Née des rêves
avatar

Messages : 60
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain(e)
Fonction(s):
Influence:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Néfertis   Dim 25 Aoû - 11:11

Et voilà, présentation terminée ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elcadia Arkhendar

Sainte des Abysses

Sainte des Abysses
avatar

Féminin
Messages : 1243
Age : 33
Commentaires : Administrateur

Feuille de personnage
Race: Asura
Fonction(s): la Sorcière, Première Mage du royaume, Membre du Conseil des Mages
Influence:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Néfertis   Dim 25 Aoû - 13:14

On en a pas mal parlé hors forum, toutes les précisions, correction et ajustements sont faits. Je n'ia rien à en redire, validée !

Amuse-toi bien Innocent 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ervael.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Néfertis   

Revenir en haut Aller en bas
 

Néfertis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valhistar :: Prologue :: Présentations :: Présentations validées :: Nékéharkhaniens-