Après une longue période chaos, cinq royaumes vivent dans une cohabitation relative, chacun ayant ses intrigues internes.
 

Partagez | .
 

 Isirin Ehorlein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isirin Ehorlein

Diable de l'Est

Diable de l'Est
avatar

Masculin
Messages : 110

Feuille de personnage
Race: Asura
Fonction(s): Général
Influence:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Isirin Ehorlein   Lun 2 Juil - 23:42

Ne pouvant mettre toute ma présentation dans un seul message je l'ai remise à la fin dans deux messages cette dernière est d'ailleur finie.


Isirin Ehorlein


  • Rang : A
  • Race : Asura
  • Age : 223 (en paraît vingt.)
  • Royaume/faction : Aranathdôr
  • Fonction(s) : Général et assassin à la solde d'Aranathdôr
  • Classe : Scélérat

Équipement et Pouvoirs


  • Arme(s) :

    Isirin ne prend jamais toutes ses armes pour sortir de Gwathren ou de sa "résidence", endroit ou périssent celles qu'il n'utilise que pour certaines de ses missions. Il garde cependant toujours, quelques dagues sur lui... Au cas où il aurait du sang à faire couler.

    Ses armes:
    - Un katana appelé " Ashura", sa lame longue en acier est effilée et dentelée en son bout, elle est tenue par un pommeau d'ébonite couvert d'un ruban violet.
    - Quelques dagues, toutes de même apparence: ayant un pommeau d'ébonite avec une lame d'acier basique.
    - Quelques couteaux de lancé tout à fait normaux.
    - Un arc et des flèches, les flèches sont en bois noirs, et difficiles à voir dans l'obscurité, chacune d'elle est enduite d'un poison paralysant.
    - Certaines missions pourrait l'obliger à en acheter de nouvelles


  • Armure :
    - Son plastron est noir en acier léger, il affiche un fourreau pour dague sur la côte droite, et un second au bas dos, il est décoré par quelques lignes d'argents qui courent sur sa surface représentant deux dragons.
    Hormis son plastron il a des pièces d'avant bras et de jambières légères de couleur ébonite.
    - Quand il part en mission d’assassinat, en guerre, ou pour un combat il porte une cape noire de nuit où se trouve ses couteaux de lancé, et parfois une dague ou des objets spéciaux relatifs à ses missions.
    - Son armure de cérémonie, est quant à elle complète, toute d'ébonite, décorée des même reptiles d'argent, la taille est cependant gravée d'écaille tout comme les gants. Le casque est moins lourd que le reste de l'armure, de la même couleur que le reste de l'ensemble, il a la forme d'une tête de dragon, cependant sa visière rabattue représente un visage en larme...  
    Il ne faut cependant pas croire que cette armure ne protège rien, bien au contraire, elle est seulement trop lourde pour les missions d'assassinats.



  • Objets spéciaux:
    - "Ashura", son épée, elle est réputée comme étant incassable, comme aspirant la magie de ses victimes et comme empêchant le sang de coaguler. Pour maintenir cette propriété elle doit cependant s'abreuver de sang. Elle donne l'impression d'être vivante, et son besoin de sang se caractérise par un besoin de meurtre de son porteur. La "victime" d'Ashura, la personne qui se fait aspirer le sang entend souvent un hurlement strident et terrifiant...

  • Caractéristiques raciales:

    Isirin n'a pas de caractéristiques différentes de celles de ses semblables.

    - Sens supérieurs : les syls ont leurs cinq sens plus développés.
    - Nyctalopie
    - Magie et agilité supérieures
    - Animiste
    - Obscur
    - Résistance physique inférieure
    - Résistance magique supérieure

  • Don(s) :

    Isirin a un don tout particulié appellé "dernière bataille", quand il est en danger, je veux dire par là en mauvais état, ses capacités augmentent de façon drastique, il court plus vite, saute plus haut, tape plus fort, ignore la douleur et a des réflexes plus aiguisés, sans compter que la fatigue est plus longue à venir, il peut donc utiliser ses pouvoir plus souvent, et plus prestement.
    Cependant ce don a des répercussion, toute la fatigue accumulée et ignorée par l'organisme lors de cette suractivité corporelle retombe sur le combattant lorsqu'il est hors de danger.
    Sans oublier que pour son utilisation il doit avoir fait un rituel pour Dementia, Histar et  Valminia dans les deux semaines précédentes.
    Quand Isirin utilise son don, ses yeux passent du jaune, ambre, ( leurs couleur d'origine) au violet améthyste, voir au rouge sang quand l'asura est en grande difficultés.

  • Pouvoir: -  Isirin utilise quelques fois la Sannaeth, cela lui est cependant rare, car sa pratique est fatigante et douloureuse.
    La magie qu'il utilise est un concentré de ténèbres et d'onde de choc, elle est d'apparence violette, plus elle est sombre, plus elle est concentrée. Dans ce pouvoir, les ténèbres cause une sensation de mal être et de brûlure, alors que les ondes de chocs, vrillent et détruisent.

    - Incarnation du mal: Au cours des cinq années qui ont suivies l'assaut des démons sur Valhistar, Isirin s'est perfectionné tant et si bien qu'il a réussit à inventer ce sort: La Sannaeth violette tirant vers le noir recouvre le scélérat sans lui être agressive mais vrillent et brûlent les membres de ceux qui ont le malheur de les toucher. Elle semble indépendante et court le long de son corps, il lui arrive de dessiner des formes en Sannaeth. Ce sort n'est pas applicable hors rituel.

    - Lance de ténèbres: Isirin pointe avec une ou deux mains, la destination de son attaque qui nécessite deux trois secondes de préparation, il envoie un projectile violet plus ou moins puissant qui projettent l'adversaire vers l'arrière et le blesse plus ou moins sévèrement. ( plus le temps de préparation est élevé plus l'attaque sera puissante.)

    - Armes de chaos: Isirin fait circuler sa magie le long de ses armes ce qui leur confèrent des pouvoirs de destructions supplémentaires, leurs tranchants ont les mêmes effets que la Sannaeth d'Isirin. Cela signifie que les coups du scélérats vrillent et brûlent leur cible et la victime ressent une sensation de profond mal être.

    - Messagers du diable: Ce sort permet à Isirin de produire une "créature" de Sannaeth éphémère et ne dépassant pas la taille d'un corbeau, qui va vriller et brûler sa cible dans une explosion proportionnelle à la taille de la création. L'effet visuel est des plus sublime... La créature agit seulement selon la volonté d'Isirin qui peut voir, sentir et entendre à travers elle . Elle ne peut faire preuve d'aucune forme d'indépendance.  

    - Brise du démon: Création par Isirin d'une multitude de petits messagers du diables qui vont exploser sur l'adversaire, ce sort de part sa complexité est probablement le moins utilisé de tous.

    - Paumes de perdition: Isirin concentre son pouvoir dans ses mains, ce qui fait que chacun de ses coups ( à mains nue) portent plus loin , sont plus puissant et ont un impact certain sur l'organisme de l'adversaire. La puissance du coups varie selon la concentration qu'il a fallut à l’utilisateur pour démarrer le pouvoir, plus la concentration est grande plus les coups seront puissant. ( Il peut utiliser ce pouvoir quand il le souhaite, mais il est difficile de le tenir longtemps, et d'en user à plusieurs reprise)

    - Pulsion : Isirin crée une onde choc basique mêlée de ténèbres, repousse l’ennemi, c'est un pouvoir défensif, peut renvoyer jusqu'à des flèches. Peut être aussi utilisé  pour ralentir une chute... Ce sort peut être lancé à une puissance plus élevé qui le change en véritable arme de destruction, il est alors suivit du terme "Maxima".

    - Punition noire d'Aranathdôr: Isirin en touchant sa cible peut permettre à sa Sannaeth de courir sur elle et de recouvrir son corps en la vrillant et la brûlant. Ce sort n'est cependant pas mortel et le "feu magique" s'éteint comme tout feu qui ne le serait pas.

    - Noirceur partagée: Sort de dissimulation qui permet de noircir toutes choses et êtres choisis, dans un périmètre de sept mètres. Les choses noircies doivent cependant rester immobiles.

    - Ombre: Technique courantes chez les assassins de Gwathern, permet de noircir le lanceur et certains objets comme des flèches, des poignards ou encore des petits pièges, particulièrement efficace de nuit.

    -  Dissimulation avancée: Technique de dissimulation avancée qui permet à son utilisateur d'être totalement silencieux  ( battements de coeur, respiration, bruits de pas...) ainsi que d'assombrir son corps ses vêtements et ses armes pour être moins visible.

    - Flambeau de nuit: Isirin fait apparaître une flamme de Sannaeth dans sa paume, qui explose provoquant un flash aveuglant et une légère onde de choc aux alentours.


Description physique
(10 lignes minimum)

Journal d'un éclaireur Devas

Quand j'écris ces lignes, je tremble encore, effrayé, je suis effrayé, je suis tétanisé... Je ne sais pas trop par quoi commencer...
C'était une nuit glacée avec la lune pour seule lumière, j'étais en ronde loin de notre pays, je ne sais plus trop où, de toute manière le lieu n'importe que peu, c'est ce que j'y ai vu qui a son importance...
J'avais croisé un homme horrifié, qui déblatérait des inepties, parlant d'un cauchemar vivant qui aurait détruit ses compagnons d'armes, il m'avais rapidement montré d'où il était venus, puis s'était enfui en entendant le simple bruit d'un corbeau qui croissait non loin de là.
Quand je suis arrivé sur les lieux, il n'y avait qu'un seul survivant des trois hommes qui était étendus sur le sol, peu d'entre nous se serait aventurés en pleine nuit seul vers trois corps inertes, mais la curiosité m'avais arraché à l'appréhension et je me suis donc avancé vers ce qui semblait être trois morts...
L'un de ses sois disant mort, glapit à mon arrivé, les yeux remplis d'une horreur sans nom ni visage, son pouls s'était accéléré, bien que déjà faible, il avait tambouriné tel les pas d'une armée d'orc en charge.
Il m'a contemplé ainsi presque avec soulagement, reconnaissant en moi un être vivant au visage amical, me penchant pour prendre ses dernières déclarations, et les reconduire à ses proches il me répondit plutôt qu'un banal adieu par une description fort troublante.
Il toussait du sang et ses yeux, embués d'illusions passagères, paraissait revivre les faits passés. Après une quinte de toux il articula:
- Il était... noir... Sa cape était noir... je ne l'ai vu... qu'après... ( Il fit un rictus qui m'apparut comme étant sourire puis il reprit) En fait... J'ai vu que dalle... J'ai vu trop tard... me suis fait surprendre...
Puis se tournant vers moi comme me remarquant il continua:
- Amis Syl ...Il était... Rapide... Agile... Je... N'ai rien vu venir... son visage était comme celui d'un jeunot... Mais ses yeux... Ho.. Ses yeux....
Je surpris dans le regard de l'agonisant un émerveillement mêlée d'horreur, deux sentiments si contradictoires qu'ils me firent frémir de tous mon être. L'homme sans y porter attention continua:
- Ils exprimaient... bien plus que ça... Ils étaient jaunes... Comme ceux des prédateurs... Et ils paraissait... Avoir dans la centaine...
Alors que je fronçait les sourcils en regardant l'homme parler et tousser, un cri horrible retentit derrière moi... L'agonisant s'était tu, il était blanc, et des gouttes de rubis descendaient de ses plaies, il était mort, froid comme la pierre. J'allais me relever quand soudain, je fut projeté contre un arbre non loin de là.
J'ai l'habitude d'entendre arriver mes adversaires bien avant de les voir, mais celui ci, avait été rapide et fort comme un dragon, mais silencieux comme le nuage qui vogue dans les cieux.
Je me suis retourné et ait enfin pu voir ce que les hommes avait pris pour leur cauchemar:
C'était un Asura de taille moyenne, un mètre soixante-dix environ, il avait des cheveux blanc comme la neige et une peau de satin d'une couleur relative à sa race, ses yeux jaunes, me fixaient tels ceux d'un prédateurs sur une de ses proies, ils semblaient renfermer une violence et une avidité de sang, mais à y regarder de plus près, ils donnaient l'air à cet elfe d'avoir une puissance, presque une noblesse, comme celle d'un Dieu. Noble c'était le mot, l'elfe se tenait droit, calme, il semblait savoir ce qui allait se produire,  être plus intelligent, ou au moins plus à même de traiter les informations qu'il recevait. L'Asura était de carrure moyenne, et ne portait sur lui que son plastron, décoré par deux dragons argentés, une sorte de pantalon noir de voyage, avec à la ceinture un fourreau où séjournait une lame au pommeau entouré par un ruban violet qui flottait dans le vent,  recouvert de jambières noires. Ses bras nus affichaient une musculature attrayante,  qui n'était caché que par des protections d'avant bras et des gants noir tel la suie.
Du sang gouttait de ses mains, gouttes qui s'écrasaient une à une sur le sol terreux, comme l'abreuvant, mais ça ne paraissait pas le gêner... L'un de ses gants étaient à moitié déchiré ce qui me laissa voir quelques plaies ouvertes qui parsemait la main de cet étrange personnage.
Il s'avança vers moi, ses pas ne faisaient presque aucun bruit sur le sol, ils trouvaient les interstices entre les feuilles mortes et s'y glissait tel de la fumée entre les mailles d'un filet. Le syl marchait droit, juste, avec agilité et souplesse. Il m'observa puis dit d'une voix qui résonne encore aujourd'hui au plus profond de mon être:
- Pars...
La voix avait été claire, calme, posée,  ni trop grave, ni trop aiguë, elle avait résonné tel une vérité divine dans l'air ambiant. Je ne sais quel élan de pitié l'a amené à me laisser la vie mais, je garde cette scène gravés dans ma mémoire...


Informations complémentaires: il a plusieurs cicatrices qui lui couvrent le corps, dont une qui court de son épaule gauche sur sa côte droite.


Description psychologique
(10 lignes minimum)

Il y a tant de chose à dire et si peu de temps... Comment le décrire? Comment pouvons nous comprendre ce qui occupe son esprit? Comment fouiller un être sans succomber à la folie?

Pour faire simple nous allons commencer par ses relations avec les Dieux, ce qu'il pense de certains, le culte qu'il voue à d'autres...
Isirin a depuis toujours adoré la nuit et son environnement, c'est pourquoi il voue un culte dévoué à Dementia, mais uniquement pour son côté nocturne, ayant combattu les vampires à maintes reprises il leur voue une méfiance innée, il arrive à garder un visage neutre face à eux,  par souci d'égalité il ne privilégie pas les autres races, mais il ne manquera pas de remettre un vampire insolent à sa place de manière brutale, le plus souvent il lui faut un temps d'adaptation pour concevoir qu'un vampire qu'il rencontre régulièrement ne soit pas un être dénué de sentiment, un parasite, ou un quelconque monstre sortit tout droit des enfer. Il le considère alors comme victime de son vampirisme ( il fait de même pour Dementia, qu'il considère comme sujet à des démences vampirique après son "changement de race")
Isirin voue un culte régulier à Valminia et à Histar, qu'il considère à raison comme étant les "grands créateur".
Par contre il hait Eternius, pour avoir abandonné ses ancêtres syls, devenus Asuras, il le considère comme le Dieu des lâches, et s'énerve facilement face à ceux qui prêchent sa bonne parole.
Il considère Necktan avec un certains scepticisme il admire ce qu'il a fait pour essayer de ramener sa femme à la vie mais trouve le résultat totalement abominable.

Il n'a pas d'avis particulier sur les autres divinités...

Isirin en lui même, est quelqu'un de provocateur, fier de sa puissance, aimant être vu et regardé, il ne se laisse diriger que par plus fort que lui, ou par ceux qui ont un droit qu'il accepte, pas toujours discipliné, n'écoutant le plus souvent que les ordres qu'il approuve, cet Asura ne se fait pas toujours bien voir par les autres, ce qui ne l'empêche pas d'être considéré comme une force de frappe respectable, et par son sens tactique, et par son indestructible envie de se relever...  Ce qui énerve aussi? Son envie de s'exprimer, et sa vision des choses quelques fois différente, qui peux cependant être très utile... L'abandon est banni de sa philosophie, et oui, sous ce personnage quelques fois impulsif se cache un philosophe, il réfléchis à ses heures perdues sur ce qui lui vient, la guerre, la mort, la vie, et tant d'autres, la pleine lune qu'il adore est souvent l'une de ses sources d'inspiration.
Quoi d'autres? Isirin partage, ce qui est sûrement l'une de ses principales qualités, beaucoup diront que c'est normal pour quelqu'un qui a connu la faim et frôlé la mort plus d'une fois. C'est d'ailleurs l'une des seules choses pour lesquels quelqu'un peut lui causer de la pitié... Pour lui  la faiblesse n'a pas place dans la vie d'un combattant, contrairement à la peur pour laquelle il tient ce discours: " Il est normal d'avoir peur, ce qui n'est pas normal, c'est d'y succomber, alors ce n'est plus que de la peur, c'est de la faiblesse..."

Qu'est-il d'autre? Patriote sûrement, prêt à prendre les armes pour son pays, à noter qu'il serait même prêt à les prendre simplement pour faire couler le sang, par pur plaisir de combat et de violence, mais nous reviendrons sur ce sujet plus tard. Certains se demande peut-être ce qui amène un syl tel que lui à se battre corps et âme pour sa nation, ce n'est pas vraiment compliqué, comme tout bon patriote il est persuadé d'être dans le juste, la souveraineté reviens à ses yeux aux Asuras, exclus par Eternius, et blâmés par les autres, il pense que son roi a droit de vie et de mort sur ses adversaires.
Venons-en maintenant à ce qu'il éprouve envers le combat. De la joie, il prend plaisir à tuer, à se battre et à vaincre d'autres combattants, il aime ce sentiment victorieux quand son ennemi tombe à terre, l'odeur que dégage le sang de ses adversaires, le combat en lui même, se retrouver dans des situations de crises extrême qui l'amène à réagir et trouver des solutions prestement, parfois trop... Cet amour de la guerre et de la violence se traduit aussi par cet envie de mener à bien ses assassinats le plus discrètement possible, et le plus savamment du monde.
Ce syl est l'un de ceux qui trouve du plaisir à vaincre les plus forts de ses adversaires et à leurs laisser la vie pour les ré-affronter par la suite.
Isirin nourrit un orgueil de guerrier, à la recherche de la puissance par le simple combat, attention par là il n'a aucune envie de devenir un Dieu, il veut simplement s'affirmer comme étant le meilleur combattant, ou du moins l'un des meilleurs...
Sous son ambition démesurée se cache aussi un syl au bon cœur avec ses alliés partageant repas rires et histoires, il aime les soldats mais méprises les nobles, faibles, vénaux et lâches.
Ce capitaine ne laisse pas tomber ses compagnons d'armes, au combat, il ira même jusqu'à infiltrer les lignes ennemies pour récupérer ses hommes.
Il fait d’ailleurs preuve d'une étonnante éloquence et d'une maîtrise de la parole  assez impressionnante.
Il ne faut cependant pas oublier de parler de ce qu'il pense de sa lame. Il éprouve à son égard beaucoup de méfiance et la couvre de tissus quand il ne la porte pas à la ceinture.


Histoire
[ En cours]
(30 lignes minimum)

Aranathdôr, 212 ans avant notre ère.

Isirin avait les yeux clos, assis sur le sol crasseux d'un des plus bas quartier de la ville, il dormait, que pouvait il faire d'autre, six ans seulement, et orphelins depuis peu il vagabondait avec d'autres et volait ce qu'il pouvait, or en ces temps de famine, il n'y avait plus à voler, il n'y avais plus rien, ni à manger, ni à boire, il ne pouvait rien faire, juste se laisser mourir au détour d'une ruelle comme tant d'autres, il ne semblait plus y avoir d'espoir.
- Isirin...
Une voix avait retentit dans la tête du jeune homme, était-ce un mirage causé par la faim? La mort qui l'appelait à elle? Ou un Dieu qui lui parlait dans ses songes?
Cette voix retentit à nouveaux, plus claire, comme plus proche:
- Isirin réveille-toi...
Il connaissait cette voix, il l'avais déjà entendu, souvent entendu, qui étais ce? Qui l'appelait ainsi...
- Debout feignasse... Viens je sais ou on peux manger et boire....    
Isirin sourit puis entrouvrit les yeux. Il l'avait reconnu, la voix n'était autre que celle d'Anichaël, son meilleur ami...
- Il y a un mec de l'armée qui recrute des orphelins comme nous... C'est pour devenir des héros qu'il dit... Il paraît qu'il ya plein de choses à  manger là bas!
Isirin ouvrit les yeux pour observer son ami, un jeune asura de son âge, fin , maigre, presque squelettique,  aux cheveux noirs corbeau, et au regard violet améthyste, il lui tendait une main frêle pour l'aider à se relever. Notre jeune syl hésita un instant avant de prendre la main, l'armée était toujours mieux que la rue...



2 ans plus tard, salle d'entraînement:

Isirin observait la salle, elle était couleur rouille, un escalier menait à un poste d'observation, que des visiteurs occupaient parfois pour assister aux entraînement, de grands chandeliers, accrochés aux façades l'éclairaient légèrement, les flammes dansantes créaient des ombres plus ou oins mouvantes sur les mur de briques, le jeune homme droit comme un I les regardait distraitement, plongé dans ses pensées.    
L'instructeur en chef , Menias Diligencia, inspectait les rangs de ses apprentis en braillant comme toujours:

- Vous avez été tiré de la rue, nourrit et logé et ça pour devenir les meilleurs! Or vous êtes un ramassis de merde, une bande de gros porc prêt à être égorgés! Bougez moi votre graisse et mettez vous par deux!
Les huit apprentis bougèrent tous, sauf Isirin trop occupé à réfléchir sur les ombres. L'instructeur le voyant distrait hurla:
- Isirin, bouge ton fion! Et met toi par deux!
Ce qui n'était pas vraiment intelligible car on ne peut pas se mettre tout seul par deux, mais Isirin n'y porta pas attention, il regarda l'instructeur droit dans les yeux, un air de défis gravé sur le visage...
Anichaël tira le plus jeune par le bras, inquiet pour son ami... Menias avait déjà tuer certains élèves trop insolents, trop sûr d'eux, ou trop faibles... C'était d'ailleurs pour ça qu'il devait avoir été chargé de l'entraînement des orphelins, il devait former les meilleurs assassins de Valhistar, il avait du temps, et  des recrues potentielles dans les rues, ce n'était pas quelques mort d'orphelins, que tous oublieraient, qui allait gêner le peuple d'Aranathdôr.
L'instructeur pâlit et hurla:

- Il m'a défié!
Tous reculèrent sauf Isirin et Anichaël. L'instructeur fou de rage se jeta droit sur les deux jeunes Asuras, qui évitèrent les coups. Parer n'aurait servit à rien, la force de leur supérieur leur aurait été fatal, cet Asura pâle, presque blanc, ce devait être un vampire, avait une force de troll, ses poings seuls étaient des armes fatales, alliés à une maîtrise des arts martiaux Asuriens ils donnaient un cocktail explosif.
Après quelques secondes de résistance, les deux rebelles furent projeté contre un des murs, Anichaël hurla de douleur...
Isirin lui était dans un état second, seuls trois mots résonnaient dans son esprit: [i/]

* Douleur, Haine, Vengeance *

Alors que son adversaire se ruait droit vers lui en hurlant des injures, il dit avec calme:
- Pulsion.
Le mot lui était sortit de la bouche sans qu'il s'en aperçoive, si bien qu'il fut aussi surprit que les autres de voir la suite...
Une onde de choc noircis de tâches indigo partit de ses mains pour arriver droit vers Menias, et le repousser légèrement, surpris ce dernier fit un bond en arrière pour échapper à cette désagréable sensation de brûlure et de mal être, un silence s’installa dans la salle, tous le regardait, lui épuisé, les mains en sang, le regard dans la vague, tous le dévisageait, que venait-il de faire? Comment avait-il fait? Tous les regard furent détournés par un nouvel arrivant, un des capitaines Asura, Galil Inistar , était descendu de son poste d'observation, calme il montra du doigt les deux jeunes elfes écroulés près du mur puis dit:

- J'imagine que tu n'en veux plus.
L'instructeur les sourcils froncés déçus de n'avoir pas pris l'occasion d'éliminer les deux apprentis acquiesça à contre cœur.
Isirin pu à peine voir le capitaine arriver, il sombrait déjà dans le monde des rêves...


3 ans plus tard, Gwathren:

Le maître regardait ses deux élèves, de sauter de toits en toits tout en échangeant des attaques diverses, les flèches et les couteaux sifflaient dans l'air tel des messagers de morts qui ne ratait à chaque fois leur cible que d'un seul cheveux, Isirin le plus belliqueux, sortit deux dagues et se jeta droit vers Anichaël qui sourire aux lèvres répondit du même mouvement, l'air était chargé de cette odeur de métal chaud, courantes aux combats qui durent longtemps, les nuages couvrait toujours Aranathdôr de leur influence souveraine, donnant à la ville une atmosphère ténébreuse, impalpable et peu accueillante. L'homme fronça les sourcils, les rayons lumineux ne réapparaîtraient jamais sur ces terres... Il n'y avait rien à faire... Les jours, les années, et les siècles avaient beau s'en aller dans les méandres du passé ce brouillard céleste leur cacherait toujours les cieux... C'était un fait, il ne verrait plus le soleil sur ces terres...
Les deux apprentis toujours à combattre n'avaient pas remarqué le regard songeur, presque mélancolique, de leur aînée vers les cieux, ils semblaient absorbés par ce qu'ils faisaient, et ne s'aperçurent même pas que le syl adulte s'avançait droit vers eux, épée au poing.
Galil  passa de la marche au pas de course, puis du pas de course à la charge, charge qui contrairement à ce que l'on pourrait penser était silencieuse, si bien que les deux jeunes Asura ne virent, ni n'entendirent, leur maître arriver...
Il prit Isirin par les cheveux l'attira vers l'arrière puis le balaya d'un coup sec de la jambe, puis s'appuyant sur son apprenti, le maître se propulsa droit vers Anichaël qui pris de cour ne put éviter le coup de poing qui le souleva du sol, ni celui qui l'envoya quelques mètres loin...
Le maître dit d'un ton neutre:

- Vous êtes de vrai lavette, vos ennemis n'attendront pas que vous ayez fini votre combat pour s'incruster dans la partie, soyez toujours attentifs...
Isirin s'étant relevé chargea son maître dague au poing, profitant du fait qu'il ne le regarde pas, Gallil se retournant lui saisit le poignet puis par un habile mouvement de hanche et de bras le fit passer par dessus lui, il constata:
- Tu respire comme un buffle et tu fait le bruit d'un troupeau d'orc en charge, comment veux tu surprendre qui que ce soit? ( puis soupirant désappointé il ajouta tout en  décochant un coup de pied rapide et précis à son autre apprenti) Même chose pour toi Anichaël...
Les deux jeunes syls eurent beau mettre en place tous leur plus perfide stratagème ils ne touchèrent pas une seule fois leur maître, et ce fut ainsi chaque jours pendant huit autres années...

4 années plus tard, Lac de sang:

La nuit était noire, le vent fort, l'air frais et l'eau froide...
Les deux apprentis et leur maître se trouvait debout dans le lac de sang, l'eau leur arrivait jusqu'à la taille, et ils psalmodiaient une incantation nécessaire à leur rituel.
Il priait d'abord Histar en lui offrant un peu de leur sang, puis Valminia en s'aspergeant d'eau et enfin Dementia en se baignant dans une eau ensanglantée. C'était d'ailleurs ce passage que redoutait le plus Isirin, non pas le sang, la douleur et le froid qui le révulsait, c'était le lac en lui même...
Il avait vu beaucoup de syls en revenir encore plus pâles que des vampires et crier qu'ils y avaient vu de monstres tout droit sortis du plus profond de l'enfer, pourtant depuis qu'ils avaient commencé le rituel, et c'était la première fois pour les deux apprentis, aucune créatures des abysses ou de l'apocalypse ne venaient troubler leurs prières, comme repoussées par leurs incantations, il y avait quelque chose de divin en cela...


La prière était à son apogée quand "ça" se  produisit, le flot de parole était à son paroxysme quand ils se manifestèrent enfin...
Au début une dizaine de lucioles vinrent leur caresser le visage, puis ce fut une centaine, et la centaine devint millier, le silence s'installa quelques secondes, puis il fut percé par des voix d'une pureté inimaginable qui reprirent la prière des trois elfes. Certains disent que les anges n’existent et pas, ils pleureraient sûrement de leur ignorance. Comment les décrire? Ils sont parfois blanc, et lumineux, parfois noirs, et obscur, certains de leur scintillement, éclairent les plus sombres des pièces, d'autres assombrissent les plus clairs, ils sont tantôt amour et passion, tantôt haine et destruction, ainsi sont les anges, tantôt pur et éternel, tantôt impur et immortel.
Pour certains ils n'existent que dans les hallucinations, les transes et les rituels, pour d'autre, ils sont messagers des divins, anciens fanatiques de ces derniers, lorsqu'ils étaient encore en vie, ils les auraient accompagnés dans la mort pour ne pas succomber à l'hérésie d'un monde sans dieu ...
Illusion ou réalité, Isirin les entendaient, et les lucioles, ces anges, le faisaient pleurer, des larmes de cristal, coulaient le long de ses joues d'ébène, il ressentait la douce mélancolie, dame de minuit, la joie profonde, qui dans les meilleurs jours nous inondes, une sensation indescriptible, des sentiments contradictoires, c'était flou et pourtant ça paraissait clair, beaucoup comprendrons ici qu'il difficile d'expliquer l’inexplicable, de parler de l'insondable...
Trois voix s'élevèrent parmi les autres, plus grande et plus souveraine, plus divine, plus importante... Histar, Valminia, Dementia, les trois divinité leur adressaient la parole, le créateur masculin, commença:
- Bienvenue ( les deux autres répétèrent le même mot comme en écho, et elles le firent tout au long du discours) Vous êtes ici pour le rituel... Vous êtes ici pour communier... Simples mortels, être de chairs et de sang, fils de mes fils et de mes filles, vous avez demandé notre bénédiction... Mais seulement la méritez vous? Seulement en êtes vous digne? Et la supporterez vous?
Isirin regarda autour de lui, les lucioles l'entouraient, il ne put discerner derrières leurs êtres, la silhouette de son maître, ni celle de son ami, il était seul en tête à tête avec des Dieux, il leur répondit séchant ses larmes, la voix forte et portant une détermination à toute épreuve:
- Mettez moi à l'épreuve, et vous pourrez vois si je suis digne...
Les dieux reprirent en canon:
- C'est une sage parole, que tu as là, elfe... Nous te mettrons donc à l'épreuve...

Ce qui se passa ensuite personne ne s'en souviens vraiment, mais Isirin réussit le Test...


Isirin regarda ses mains mouillée, il n'y avait plus de sang, il n'y avait plus que de l'eau , il avait réussit. Qu'avait-il fait? Le savait-il lui même?

Il s’aperçut que son corps était couvert d'écriture, le langage des dieux, toutes disparaissaient peu à peu, s’éteignant comme les dernières lumières d'un espoir perdu, comme la vie dans les yeux d'un condamné à mort, le désespoir, le désarroi envahi le jeune homme, il venait de passer de l'extase la plus complète à la vie normale, au réel, pur et dur, froid comme la mort et solide comme la pierre.
Il tombait de son piédestal, pour se rendre compte qu'il n'était que simple mortel, parler avec trois dieux n'y avait rien changé, il était faible...
Son maître s'approcha puis lui dit:

- Laisse couler tes larmes, elles ne font que montrer la réalité des choses, ne perd de vue ta nature, cela te mènerait à la mort, et pense simplement comme le syl que tu es...


2 ans plus tard, dans une forêt lointaine:

Galil fixa ses deux élèves, ils étaient prêt pour une véritable partie... La vrai de vrai... comme si toutes les précédentes n'avaient été qu'un échauffement...
Il prit la parole:
-  J'imagine que vous n'avez aucune idée du pourquoi je vous ait amené ici...
Ses deux interlocuteurs ne répondirent pas, ils attendaient simplement qu'il continue. Galil soupira, certaine fois il lui semblait perdre son temps avec ces deux là, mais il prit comme même la peine de continuer:
- On est là pour se battre...
Isirin, dévisagea son maître puis râla:
- Tu te fous de nous? On est venus jusqu'ici pour se faire chier à un truc qu'on aurait pu faire chez nous? Mais c'est totalement débile...
Le maître eut l'impression encore plus forte que tout le travail qu'il avait fait avec le jeune Asura n'avait pas servi à grand chose, il soupira de plus belle, consterné, puis interrompit son interlocuteur dans ses protestation d'une voix agacée:
-  Primo, j'te rappelle que tu m'a jamais touché, deuxio tu va combattre sur un territoire hostile et inconnu, tercio, le boss ici c'est moi, donc tu la fermes et tu considères que tout ce que je fais est dans ton intérêt...
Il secoua la tête puis continua avec un sourire:
- Les règles sont simples, vous deux contre moi, tout es permis et votre mort ne me fait pas chier du tout, bien au contraire...
- Comme d'hab quoi?
Cette fois c'était Anichaël qui venait de l’interrompre, et impatient, il empruntait à son ami de son insolence...
- Je crois bien que l'autre crétin à déteint sur toi, comment jvais faire maintenant pour savoir qui et le plus con des deux...
- Épargne nous tes vieilles blagues.
Coupa Isirin, las des discutions.
- Va falloir se moderniser...
Renchérit Anichaël, qui semblait subir le même ennui.
- Rangez moi donc vos langues de vipère et approcher pour voir qui a besoin de se moderniser...
Coupa Gallil, son sourire s'élargit, il n'aimait l'insolence qu'à la condition qu'elle vienne de quelqu'un de puissant, il était temps pour les deux apprentis d'obtenir leur droit aux injures...  
Soudain les trois protagonistes se lancèrent dans la bataille, Isirin se jeta droit sur son maître, katana en main, il le frôla ne donnant un coup que pour forcer le passage et se mettre derrière son adversaire, Anichaël ne lui laissant aucun répit, ses deux dagues aux points chargea de face et répéta les attaques rapides et fluides. Son compagnon d'arme chargea sa lame blessant la terre il trancha en balayage, Gallil, sans que son visage n'exprime quoi que ce soit, fit un salto puis s'appuya sur le dos du couard pour s'extirper de la mêlée.
Il ajouta avec le sourire:
- Eh bien eh bien c'est quoi ce travail? A deux vous êtes pas capable de m'effleurer? Je vous croyait meilleur...
- Attend de voir le vieux...
Isirin réfléchit quelques secondes avant de charger cette fois de face, puis il lança son arme droit sur Gallil qui la dévia d'un simple coup de lame, sans se démonter le jeune assassin chargeant une lance des ténèbres donna un coup de pied pour balayer une des mains de son adversaire puis se propulsant avec l'autre il atteint une auteur respectable et libéra l'énergie juste sous le nez de son maître, maître qui dévia le bras du jeune homme juste à temps, il le tordit ensuite et amena l'apprenti au sol puis soupira:
]b]- Trop prévisible...[/b]
Isirin sourit et répondit:
- C'est vous qui êtes trop prévisible...
Anichaël venait de libérer une lance des ténèbres chargée à son paroxysme droit vers Gallil qui ne pu l'éviter que de justesse.
Notre Asura après avoir lancé plusieurs couteaux vers son supérieur le chargea sans modération, alignant avec son acolyte coup sur coup, techniques sur techniques et tentative sur tentative sans rien donner de probant.
La fatigue, dignitaire des combats, s'emparait peu à peu des protagonistes, quand les deux élèves surpassèrent le maître...
Alors qu'il y avait une bonne dizaine de mètres entres les adversaires Anichaël s'appuya pour prendre de la hauteur et tirer sur Gallil à l'aide de son arc, misant sur des tirs rapides mais peu précis pour permettre à Isirin de trouver une brèche. Ce dernier lançant ses derniers couteaux vers son adversaire, presque au hasard, les suivis tel un aigle fondant sur sa proie, son katana en main ( qui n'était alors pas Ashura) il trouva rapidement la faiblesse, le senior fatigué protégeait mal son flanc droit, Isirin fit remonter sa lame sur le flanc gauche pour monopoliser la garde, puis d'un habile coup de hanche et à l'aide d'un passement de jambe, il entraîna sa lame profitant du bondissement de l'arme causée par le choc vers le côté opposé. La lame toucha la chair et fit grimacer Gallil, ivre de sa courte victoire le jeune homme se jeta sur son adversaire, ce dernier s'aidant de la force de la charge pour le mettre au sol, le désarma.
Anichaël s'arrêta, le maître était salement blessé, du sang coulait abondamment de sa plaie et on y voyait la chair, l'elfe était légèrement pâle et haletant, il sourit puis dit d'une voix qui sonnait faussement enjoué:
- T'en a mis du temps p'tit con...
Isirin à terre répondit:
- Scuse le vieux.. J'avais oublié qu'y fallait pas taper trop fort...


Ce jour ne marqua qu'un temps l'esprit d'Isirin, les choses qu'il vit par la suite furent bien plus traumatisantes...
Les deux élèves restèrent avec Gallil encore dix  bonnes années pendant lesquelles ils s'entraînèrent sans relâche dans toutes les disciplines. Ensuite ce fut la séparation, Anichaël passa plusieurs concours plus ou moins sanglants pour entrer dans les unités spéciales de "renseignement, assassinat et destruction d'information" tandis qu'Isirin resta sous les ordres de Gallil, entrant dans le forces spéciales de l'armée privilégiant une voie plus générale mais en gardant une spécialité "assassinat et destruction".

50 ans après l'entrée d'Isirin dans l'armée, lieu éloigné:

Isirin regarda le ciel, * Et merde...* pensa-t-il, la pluie commençaient déjà à tomber, il était à peine six heure du matin, et voilà déjà que le temps "foutait son brun" en reprenant une expression des gens de la région, le jeune syls aimait à apprendre les propos grossiers des contrées étrangères, ça donnait un peu de change à ses "putain", ou "merde", et dès qu'on le lui faisait remarquer, il souriait puis tout en soupirant répondait, "L'originalité et la diversité ont du bon quelquefois, et puis... C'est pas trop mal de renouveler son lexique vous croyez pas?".
Isirin grommela quelques jurons tout bas, il était d'une humeur radicalement et parfaitement massacrante...
Cette pluie lui donnait l'impression que les dieux lui pissaient dessus, ou lui pleuraient dessus ce qui n'est pas franchement mieux, quoiqu'un peu plus poétique...
Il aurait presque préféré rester chez lui à Gwathern, bien au chaud et au sec, mais l'idée d'être sur le terrain pour une mission d'importance capitale l'excitait au plus haut point, il sentait déjà l'odeur du sang et de la mort, du fer chauffé à force des assaut répétés, de la sueur et en fin de la peur, la mort l'appelait et le guidait vers ses victimes comme le chant d'une sirène vers les profondeurs abyssales.
En parlant de victimes... Sa mission semblaient vraiment avoir un impact sur l'avenir d'Aranathdôr, ses cibles étaient membres d'une secte majoritairement composés de vampire vouant un culte inconditionnel à Dementia, et se considérant comme les nouveaux guides de Gwathern. Isirin comme à son habitude pour les missions dîtes capitales avait demandé à Anichaël de lui fournir des informations sur la secte, son but et ses membres, et il s'était rapidement avéré que " La nouvelle lune", c'était son nom, avait pour objectif d'assassiner le roi, et de restaurer une monarchie " vampirique"... Ce qui pourrait pour certains paraître un peu dérisoire et débiles, mais qui aux yeux des Asuras étaient une véritable déclaration de guerre... Ceci expliquait cela...
Son ordre de mission lui avait été envoyé par courrier signé de la main du roi et qui demandait d'assassiner toutes personnes se trouvant dans l'abbaye d'Olstenstein, lui donnant à peine une semaine pour faire le travail sous peine de voir arriver des escouades en renforts...
Ce qui soulignait aussi la rapidité du réseaux d'information d'Anichaël...

Comme il allait affronter des vampires, Isirin avait prévu le coup, une de ses dagues était en argent, la moitiés de ses couteaux de lancés étaient de même comme ses flèches d'ailleurs, il était fin prêt. L’Abbaye lui faisait face, un petit bâtiment de pierre blanche coincée entre quelques arbres, à sa gauche une petite écurie ou séjournaient de sang-froids, à sa droite, un puits tout à fait banal. Les vitraux qui servaient de fenêtres représentaient, quoiqu'on puisse en douter, l'histoire du monde, en même temps on ne voyait pas grand chose avec la pluie...

Le syl banda son arc et décocha une flèche sur l'un des sang-froid, la bête hurla de douleur, il y eut de l'agitation dans le bâtiment puis un vampire sortit épée au poing à peine eut-il passé la porte qu'il s'écroula une flèche en plein cœur, on traîna rapidement le corps du défunts dans le bâtiment puis la porte fut refermée, la prestation devait avoir fait impression car le silence revint, chacun attendait que l'adversaire agisse...
Au bout de cinq minutes d'attente Isirin compris que ses adversaires resteraient dans leur tanière jusqu'à ce qu'il se montre, * ça aurait été trop facile...* pensa t-il, puis soupirant il se dirigea vers le lieu de religion, acheva tous les sang-froids qui restaient, et il sourit, il avait une idée.
Il pris tout le combustible qu'il put trouver et le mis à chacune des entrées du bâtiment puis devant tous les vitraux sauf un enfin il alluma le tout, du moins il essaya de le faire pendant cinq minutes, *putain de pluie, on peu même plus se faire une grillade d'abruti en toute liberté...* Après maintes tentatives il constata que tout son plan venait de tomber à l'eau, c'était le cas de le dire, la pluie devenait averse et l'averse s'approchait de la tempête...
- Merde...
Grommela le syl avant d'ajouter:
- J'en ai ras le cul...
Il vira rapidement tout le combustible qu'il avait mis devant la porte d'entrée puis s'éloignant quelque peu il emmagasina son énergie et produisit une lance des ténèbres qui alla exploser une bonne partie de la porte d'entrée, il sortit ensuite son arc et profitant de ce qui restait de la poussière causée par l'explosion il tira deux flèches, aux endroits approximatifs où elles avaient le plus de chance de toucher...

En entendant les flèches s'échouer sur le sol, l'assassin serra les dents. Sans attendre plus longtemps alors que le sol fumait encore légèrement de son attaque magique, il s'avança à travers les volutes de poussières et entra dans le bâtiment.

Dès qu'il entra dans le bâtiment il remarqua ses cinq adversaires de l'autre coté de la pièce, l'un d'entre eux était avachis sur une sorte de trône, celui qu'occupait l'effigie d'un dieu auparavant, , ses quatre acolytes se tenaient à côté de lui. * C'est l'clown du milieu le chef...* constata intérieurement Isirin.
Le " clown" l'interpella:
- J'dois avouer que t'es le pire assassin qu'on nous a envoyé jusqu'à maintenant, tu gaspilles ton temps à buter nos montures, ensuite t'es même pas foutus d'allumer un feu correct et en plus tu te la pète en faisant une entrée en grande pompe...
- Ouais j'avoue, t'es qui l'grand touriste?
Ajouta un de ses acolytes caparaçonné dans une armure noire de nuit décoré de fils d'or.
Isirin soupira, il fallait avouer qu'il avait rarement fait pire... Il sortit deux dagues puis répondit:
- Vos langues sont bien acérées pour du gibier, venez voir de quoi a l'air le touriste de plus près, j'crois bien qu'il a une surprise pour vous...
Le chef sourit sincèrement, et c'est à ce moment qu'Isirin se le décrit, vampire jeune d'apparence à l'air puisant, cheveux noirs, peau blanche, yeux ébènes, avec des reflets rouges, * un prédateur* songea l'assassin, remarquant son arme au pommeau d'ébonite, il eu une impression bizarre, comme si la lame le fixait...

* Ridicule* songea le syl, c'était impossible... Il fut interrompu par la voix claire du chef qui s'adressait à son collègue en armure:
- Détruit- le, et fais ça bien tu veux... T'as carte blanche, mais fais en sorte que ce soit marrant...
Le garde du corps s'avança lentement vers Isirin, il sortit de son fourreau une épée de la taille d'un enfant, c'est d'ailleurs à ce moment que l’assassin avait à faire à un colosse, quelque chose comme deux mètre de haut et au moins un demi mètre de large, la bête, car c'est à ça que son adversaire ressemblait le plus chargea le syl, qui évita sans problème le coup, d'un même mouvement Isirin avait évité l'arme qui s’abattait sur lui, s'était servit de la vitesse de son ennemi en lui saisissant le bras pour se fixer dans son dos, et avait planté l'une de ses dagues juste entre le casque et l'armure, en plein milieu de la nuque.

- Je crois qu'il va falloir éviter de sous estimer notre invité une nouvelle fois... Constata le chef avant de faire signe à deux de ses hommes qu'il était temps pour eux de rejoindre le combat.

Ce qui intrigua le plus Isirin chez eux étaient leur ressemblance non pas physique - hormis qu'ils avaient la peau pâle et la même tenue, une armure noire et légère qui leur recouvrait la quasi-totalité du corps, agrémenté d'un foulard rouge qui leur servait de ceinture, et d'un casque couleur ébonite en forme de tête de dragon, le tout complété par une lance à deux pointes décorés par deux rubans rouges placés près des extrémités des armes- la ressemblance était plus dans l'attitude, la même assurance sur leur visage, la même garde relâchée, la même impression de puissance...

Ils n'attendirent pas que le syl ait fini son inspection pour le charger, la différence avec le dernier adversaire fut frappante, on les voyaient à peine se déplacer, chacun des appui sur le sol semblaient calculé pour donner le plus d'équilibre et de vitesse aux deux lanciers, le premier coup visa les jambes il fut paré de justesse, l'autre plus rapide visait le visage, Isirin, fit un bond en arrière pour l'éviter, les deux combattant se relayaient pour mettre leur proie en difficulté, le premier coup de chaque enchaînement visait à monopolisé l'une des mains pour permettre aux autres plus puissant et plus dangereux d'avoir plus de chance de passer.

Isirin compris que s'il ne réagissait pas rapidement il rejoindrait la compagnie de ses ancêtres. Il analysa la situation: * Les deux sangsues sont avec des lances, leurs attaques sont donc meurtrières en pointe, assommantes de côté, les rubans sont là pour cacher la vue... Si je ne voit pas à travers ils ne voit pas à travers...* Le sourire qui s'étendit sur le visage de l'assassin fut carnassier, il prit de la distance et rangea ses dagues et se prépara mentalement au prochain assaut, les deux adversaires virevoltèrent dans sa direction, l'un derrière l'autre, lorsque le première attaque fusa, Isirin pris à peine le temps de l'éviter il était déjà en train de lancer ses couteau, il avait vu juste, le deuxième lancier fut abattu pris par son élan, son comparse surpris battit légèrement en retraite...

Le syl sortit son katana, il ne comptait pas utiliser deux fois le même plan, il se mit en garde quant soudain le lancier s'écroula tranché en deux, tous ses compagnons vampire en avaient fait de même, tous sauf un. * Le clown* pensa à juste titre Isirin, son dernier adversaire venait, sans la moindre once d'hésitation, d'éliminer ses deux compagnons restant.
- Je les trouvait lassant, pas toi?
Demanda-t-il froidement.
Isirin ne répondit pas, il tremblait, non pas de peur, ce n'était pas de la peur, c'était plus de l'excitation. Tout chez son adversaire, de sa posture jusque dans sa voix dénotait d'une force impressionnante, il promettait d'être un bon gibier...
- Tu es moins loquace que tout-à l'heure... T'aurais je fais peur?
Isirin sourit à nouveau puis répondit:
- Moi? Peur? ( il rit) Non. Disons que j'ai hâte de sentir ma lame percer ton cœur, d'humer ton sang couler de tes plaies, et d'entendre ton corps s'écrouler à mes pieds... ( Il frémit)
L'inconnu rit puis répondit:
- Moi qui t'avais pris pour un simple chien lâché à mes trousse, pour un caniche plus précisément, en fait tu ressemble plus au rottweiler, une grande gueule pleine de crocs, mais tu reste un cabot... Où est ton maître? J'imagine qu'il se cache derrière ses hautes muraille à Gwathern...
Isirin serra les poings, il tenta de se calmer, ce n'était qu'une provocation, l'ennemi se méfiait, et il voulait lui faire commettre une erreur...
- Bon finis de bavasser. Dit "le clown" en sortant sa lame puis remarquant qu'elle intriguait l'assassin, il compléta:
- Elle est belle hein? Ashura, elle n'est cependant pas que belle... Elle est comme moi...
Puis sans attendre davantage, il chargea katana au poing...
Isirin para la lame de justesse, le second coup en pointe fut dévié puis contré par une frappe fluide qui ne mordit que l'air et le vide.
Ne laissant aucun répit à l'adversaire les protagonistes s'efforçait de maintenir un rythme monstrueusement rapide, les fentes, les frappes, les bottes et les enchaînements se succédaient sans succès.
L'air ambiant sentait le métal, le sang des défunts et la sueur des vivants, la mort réclamait une vie, et ses deux émissaires se démenaient pour entraîner leur adversaire dans ses bras.
Alors que la fatigue apparaissait sur le visage de l'assassin, son adversaire semblait s'amuser, il s'interrompit d'ailleurs lors d'une de ces trêves dans lesquels les adversaires s'étant repoussés avec tant de force étaient séparés par une surface respectable et qu'ils préparaient les nouvelles attaques meurtrières, pour dire sur un ton où transparaissait une hâte teinté de folie, la hâte du sang, la hâte de la mort, la recherche de cette odeur métallique, de cette chaleur que produit le fer frappé régulièrement, de cette sensation de puissance que provoque la chute de l'adverse, que provoque la lame qui lui perce la peau, qui lui perce la chair, qui lui perce le cœur, lui prend la vie et l'aspire:
- Il est temps de passer au niveau supérieur...

Sans prévenir il se jeta avec une vitesse et une précision désarmante, il loupa le palpitant de justesse et sa lame se ficha dans l'épaule d'Isirin qui hurla de douleur, Ashura émettait le bruit du fer chauffé dans l'eau gelé, un hurlement strident à vous glacer le sang, sans attendre davantage l'ennemi du syl retira son arme pour asséner un second coup partant de l'épaule à la côte, l'assassin n'eut pas le temps de le parer et il se le prit de plein fouet.

Isirin tituba quelque peu avant de s'écrouler, le sol était dur et froid comme la mort, les alentours semblait flou, son adversaire se pencha vers lui puis dit:
- Quel est le comble pour un assassin?
Isirin grogna, il connaissait la réponse, on lui avait fait la blague une bonne dizaine de fois, ça venait souvent d'un lourdingue carapaçoné qui malheureusement pour ses congénère s'était un jour essayé à l'humour et avait estimé qu'il était bon de continuer, et s’esclaffant devant l'ignorance de ses semblables. Il recommençait encore et encore.
- Pas de réponse? Tu m'as l'air mon enjoué que tout à l'heure dis moi... En fait tu n'es pas si fort que ça...
L'assassin remarqua que la lame de son adversaire n'était pas troublé par une seule goutte de sang, ce qui pouvait paraître assez bizarre vu la quantité qu'elle avait fait couler...
* Elle boit... Non c'est impossible.... Que fait elle vraiment...*

- Tu es même plutôt faible... Reprit le « clown ».
* Oh toi tu vas regretter ce que tu viens de dire...*
Isirin serra les poings, il commençait à recouvrer une vue correcte, son énergie lui revenait, et la douleur qui lui avait vrillé s'atténuait.  Le rituel qu'il avait fait avant de venir commençait à faire son effet , il lui fallait maintenant préparer une contre attaque...
«  Le clown » se releva puis reprit :
-  Bon comme tu ne semble plus très loquaces...
* Oh putain ! Quel pipelette ce type... Abrège mon grand !*
Le grand bavard releva son arme avant de planter sa lame.
Le tintement que produisit l'arme sur la pierre sonna aux oreilles des combattant comme le son d'une cloche mortuaire, l'appel du sang et d'un nouveau mort. On réclamait le liquide rouge à l'odeur de métal, on réclamait la chair morte et putréfiée, on réclamait la sueur des vivants pour enterrer les morts, un trou devait encore être creusé pour accueillir un autre corps, un autre corps devait encore se vider de son énergie et heurter le sol, le chemin de mort n'était pas encore terminé et les cors éternels du paradis ou de l'enfer devait encore sonner une nouvelle fois, pour faire entrer une nouvelle âme qui devait combler une nouvelle place. Ceci est un cycle que chaque combattant connaît pour la simple raison ils y ont  tous joué un rôle à un moment donné, et il en sera ainsi jusqu'à leur fin.

Isirin ressentit un léger vertige en se retrouvant sur ses deux jambes, mais il fallait qu'il utilise au mieux l'effet de surprise, il avait lu dans un bouquin écrit par un expert en assassinat nocturne  que l'effet de surprise n'était vraiment un vecteur meurtrier que de la première à la troisième seconde qui suivait l'action qui l'avait entraîné, selon les mots de l'auteur «  Après il n'apparaît plus que sous l'aspect d'une césure dans les déplacement pacifique de la cible armé, et n'a d'autre effet que d'échauffer le soldat aguerris ... », Isirin se jeta dague au poing sur son adversaire éberlué de le voir debout, mais le mouvement avait été plus désespéré qu'efficace il trancha le vide et faillit causer la mort de son émetteur. L'assassin évita de justesse une contre attaque et s'écarta de son adversaires de quelques mètres, bien qu'il sentait le rituel faire son effet et lui redonner des forces, il perdait une quantité de sang assez incroyable, aucun organe vital n'avait été touché mais la plaie avait ouvert la chair et sans le rituel la douleur l'aurait empêché de bouger.

Maintenant qu'il était passé au niveau supérieur il estima qu'il était temps d'utiliser la Sannaeth, c'est ainsi qu'il décida d'utiliser « ses paumes de perditions ». Ses mains frémirent et il sentit la Sannaeth parcourir son corps jusqu'à l 'extrémités de ses doigts. Il bougea une à une ses phalanges tout en observant sa main gantée, une aura violette et destructrice s'en échappait, il sentait de l'énergie circuler dans chacun de ses membres, elle passait comme guidée par un courant puis revenait continuellement, tel les lentes et longue vagues qui agitent le lac de sang.

« Le clown » chargea Isirin arme au poing, ce dernier dévia la lame de l'attaquant avec l'une de ses dagues puis lui assénât un coup de pied fulgurant en plein thorax qui coupa le souffle du vampire,
l'attaquant toujours en l'air reçut un coup de poing descendant qui le ramena au sol.
Le vampire tenta de se relever mais reçut un coup de poing en plein visage qui le propulsa contre un mur et lui fit lâcher son arme, il esquiva un coup de pied d'une puissance remarquable et tenta de contrer à main nu, l'assassin ayant lâché sa dague dévia tous les coups puis enfonça son tibia dans l'abdomen du suceur de sang, il donna alors une série de coup de pieds destructeurs qui soulevèrent son adversaire du sol, au bout du troisième la créature de la nuit réussie à saisir la jambe de l'assassin mais ce dernier sans se laisser démonter administra un nouveau coup de poing à son ennemis qui le visage déformé par la douleur lâcha sa prise et tomba.

Le vampire couvert de son propre sang, désarmé et la plupart des os brisé demanda dans son dernier souffle :
- Mais qui est tu pour me malmener ainsi ?
Isirin qui le surplombait et dont la main droite armait une lance des ténèbres répondit :
- Alors c'est moi qui suis faible? Retient mon visage sangsue, je suis Isirin Ehorlein sujet de Kenaroth et je t'apporte la mort depuis Aranathdôr.
L'assassin allait finir son travail quand il fut retint par les paroles de son adversaire :
- Tu ne fait qu'obéir aux ordres... Tu t'enfonce dans l'oublie, et à ta mort personne n'aura reconnu ce que tu as fait pour ton royaume, tu ne sera qu'un anonyme de plus dans les livres d'histoires...
Isirin répondit :
- S'il doit en être ainsi...
Avant d'achever son ennemi...

Le combat venait de finir et Isirin regarda autour de lui. Il était seul. Pourtant il sentait toujours cette désagréable impression d'être épié, il se tourna vers Ashura, l'arme de son adversaire, ça pouvait sembler absurde mais il était sûr que c'était cette lame qui le fixait il se baissa pour la prendre et remarqua trois choses: Il avait mal donc le rituel commençait à se dissiper ce qui n'était pas très bon pour lui, de plus il saignait toujours abondamment ce qui n'était pas du tout bon pour lui, enfin les gouttes vermeilles qui tombaient sur l'arme était aspiré vers le pommeau où elle disparaissaient silencieusement.

* Elle aspire le sang.* Constata Isirin
Le sang qu'il avait laissé sur le sol ne coagulait pas. * Elle fait office d'anticoagulant, si ça continue je vais saigner à mort... Merde.*

La vue de l'assassin commençait à redevenir trouble, il rangea avec difficulté Ashura dans son fourreau et attacha ce dernier à sa ceinture, ses mains tremblaient et il commençait à avoir des vertiges, il tituba quelques peu puis s'écroula, les effets négatifs du rituel venaient de prendre le pas sur les positifs, et son sang n'arrêtait pas de couler.
* Il n'est pas question que je crève dans ce trou pommé.... Je ne peux pas mourir...*

Isirin passa des heures durant s'accrochant à la vie par une volonté indéfectible, Il tenta plusieurs fois de se relever sans succès mais son espoir ne cessa pas de briller. Il fut récupéré entre la vie et la mort par les renforts envoyés d'Aranathdôr.


Dernière édition par Isirin Ehorlein le Lun 7 Oct - 0:29, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isirin Ehorlein

Diable de l'Est

Diable de l'Est
avatar

Masculin
Messages : 110

Feuille de personnage
Race: Asura
Fonction(s): Général
Influence:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Isirin Ehorlein   Lun 2 Juil - 23:43

Pendant plus de cent cinquante ans Isirin alterna les missions de chasses aux vampires, empêchant ainsi la secte de « la nouvelle lune » de mettre en place une tentative de meurtre correcte sur la personne de Kenaroth, et les Assassinats traditionnels, ses missions gagnants peu à peu en importances, il monta les grades un à un et escalada l'échelle sociale petit à petit, il devint connu et respecté par la plupart des scélérats d'Aranathdôr, et ses « exploits » arrivèrent aux oreilles des grands, c'est sans grande surprise qu'il appris être le favoris à la succession de Gallil au poste de capitaine, Gallil avait annoncé qu'il prenait sa retraite, le même Gallil qui l'avait formé et entraîné, le même Gallil qui l'avait traité comme un fils et élevé comme un soldat, le même Gallil qui respirait la puissance. Il avait préféré se retirer car selon ses mots : « Il faut bien laisser place à la jeunesse puis je me sentirais mieux comme ça, enfin bref si vous avez besoin de moi vous savez où me trouver. »

Les candidats à la succession étaient nombreux, et la plupart étaient plutôt qualifiés, Anichaël avait refusé d'en faire partie, malgré l'insistance de certains de ses collaborateurs, il avait cependant soutenu Isirin, et selon ses mots : « Moi Capitaine ! Laissez moi rire ! Je préfère encore être dirigé par un incapable que diriger des incapables ! Mais bon avec Ehorlein vous ne devriez pas avoir trop de soucis... »

Les débats pour le successeur ayant cours depuis quelques jours sans résultat valable on donna alors à Isirin une occasion de briller.
Une réunion de la secte de la « nouvelle lune », celle là même qu'Isirin traquait depuis plusieurs années avait été infiltrée et interrompue, ses membres avaient pour la plupart été tués ou écroués et exécutés, mais trois vampires s'étaient échappés de Gwathern et s'étaient dirigés vers les bois maudits ainsi que la frontière de Nékéharkhan avec pour intention claire de la traverser pour tenter de se réfugier dans le désert.
L'ordre de mission s'intitulait ainsi :

« Vous comprendrez qu'il est inconcevable que nous puissions tolérer qu'une seule de ses trois personnes atteignent la frontière, et vous comprendrez aussi la nécessité d'éliminer ces trois personnes du nom d'Astrubal, de Kilof et d'Yfreul. Vous ne pouvez pas vous permettre d'échouer dans le cas contraire vous serez rétrogradés et devrez oublier vos rêves de devenir capitaine. Vous aurez pour obligation de prendre quatre syls sous vos ordres et de les ramener vivants après l'opération. »

Isirin apprit ensuite par Anichaël que cet ordre n'avait pas été envoyé à une seule personnes mais à tous les candidats les plus sérieux pour la promotion.
L'assassin choisit quatre compagnons d'armes de confiance et fut l'un des premiers à partir.


Vallée de la mort - Bois maudit :

La nuit était tombé et Isirin ainsi que quatre asuras chevauchaient des sangs froids en direction du Sud, les cinq syls avaient retrouvés les trois montures des vampires déchiquetées, et des traces de pas fuyant vers le sud, quelque chose rodait dans les environs et tout cela ne signifiait rien de bon, les vampires tout comme les sang froids devait être exténués, et aurait obligation de s'arrêter pour la nuit, devant l’essoufflement de ses compagnons, Isirin décida de faire de même.

Les assassins allumèrent un feu de camps, puis établirent des tours de gardes, c'était celui d'Isirin quand le véritable premier problème apparut à l'horizon...

Un hurlement retentit au loin. Il était terrifiant, glaçant, monstrueux, il annonçait la mort et les mauvais présages. Tous s'étaient levé d'un bond et avaient saisi leurs armes avant de se positionner en cercle dos à dos.

- C'était quoi ça ? S'inquiéta Vladnys, l'un des compagnons d'arme d'Isirin, un Asura aux cheveux noirs, élancé, doté d'une agilité assez étonnante, et de réflexes impressionnants, un combattant idéal pour une traque.
- C'est une banshee... Souffla Galynn un médecin de guerre assez prestigieux mais tout à fait paranoïaque et superstitieux.

Isirin remarqua que sa main tremblait, il raffermit sa prise sur Ashura et attendit quelques instant :
Galynn reprit la parole :
- Selon les légendes c'est une femme qui ayant perdu un être aimé, le pleure et devient peu à peu un esprit torturés à la soif de vengeance, elle s'en prend aux voyageurs qui passe près de son territoire. ( Il déglutit ) C'est une abomination dont le cri réveille toutes créatures endormies, certains prétendent même qu'elle réveille les morts, la légende raconte que d'un simple cri elle fait blanchir les cheveux des syls et des hommes...
Tous se tournèrent vers Isirin, seul des cinq qui avait les cheveux couleur neige.
- Arrêtez de déconner les gars...
Vladnys demanda alors :
- Qu'est ce qu'on fait ?
Ce à quoi la banshee répondit par un nouvel hurlement, cette fois plus proche et plus assourdissant.
Isirin pris alors les choses en main :
- Rangez tout ce qui n'est pas magique, ça ne vous servira à rien contre cette chose. Dès qu'elle apparaît on l'allume Vladnys tu commence avec Galynn les autres vous l'encerclez et j'arrive en renfort ! Sa meilleure arme est son cris, il peut vous rendre sourd, je ne veux pas qu'elle ait le temps de balbutier quoi que ce soit ! C'est compris ?
Les autres acquiescèrent et un silence tendu s'installa.
Pourtant rien ne vint rompre l'attente, le silence était coupé par les hurlement de la créature qui s'éloignait ou par les grognements des sangs froids qui s'agitaient, mas aucune attaque n'eut lieu cette nuit là. Isirin donna l'ordre qu'on scelle les sangs froids et qu'on parte sur le champs tous s’exécutèrent en silence.

Ce n'est que deux jours plus tard que la traque commença réellement lors d'une pause nocturne les vampires chargèrent leurs poursuivant après avoir égorgés leurs sangs froids. Isirin avait pris l'initiative de faire mettre des pièges autour d'eux à chaque fois qu'ils s'arrêtaient pour dormir depuis la nuit où ils avaient faillit affronter une banshee. Deux vampire pris dans les pièges se firent massacrer avant même d'avoir compris ce qui leur arrivait et le troisième s'enfuit laissant ses compagnons à leur triste sort. Isirin donna alors l'ordre de la poursuite.

Le vampire courrait vite, très vite, il ne gagnait pas de terrain mais réussissait à tenir un rythme régulier qui ferait pâlir la plupart des soldats, Isirin décocha une flèche, il entendit le bruit sec et la vibration qu'elle produisit en se plantant dans le bois, les sens de l'assassin étaient en éveil, les battement de son cœur résonnaient jusque dans ses tympans, son souffle chaud et régulier produisait une fumée blanche dans l'air frais nocturne, il entendait les respirations de ses quatre compagnons qui chassait à ses côtés, il entendait l'un d'eux, un guerrier puissant et endurcis retomber sur le sol après avoir sauter un tronc d'arbres, il percevait le bruit de ses pas lourds mais puissants, qui l'amenaient vers l'avant. Il sentait l'air balayer son visage, les vibrations qui lui parcouraient le corps après chacun de ses pas, il voyait sa proie qui trébuchait, se relevait, regardait derrière elle avec chaque fois un peu plus de peur dans les yeux. Il sentait ses armes cliqueter sur lui, il sentait Ashura qui battait à sa taille. Tout ses bruits semblaient former un concert de charge, un son divin qui amenait le prédateur à sa proie par une voie royale, une proie qui dès qu'elle était poursuivie était condamnée, une condamnation à mort du plus faible effectuée par le plus fort.
Le vampire s’essoufflait, perdait du terrain, et voyait ses poursuivants prendre le rattraper, la peur lui nouait l'estomac, et le courage lui manquait. Mais se voyant rejoint, il décida de se retourner et de faire face. Il s'était arrêté et fut rapidement encerclé.
Il sortit les griffes et se mit en gardes, Isirin s'avança et lui proposa une mort rapide, le vampire refusa, il lui proposa de se laisser faire prisonnier, le vampire refusa, il lui proposa un duel et le vampire accepta.
Isirin n'avait pas envie de jouer alors il attaqua, le vampire était rapide mais pas assez, blessé à l'épaule il continua à se battre, après plusieurs minutes de combat acharné le vampire tomba mort. Le syl se mit à sa hauteur et quand il lu dans le regard de son adversaire qu'il était prêt à partir, il lui ôta la vie. Certes il avait développé une méfiance envers les vampire, certes il avait traqué celui ci et certes il l'avait vaincu, mais il ne pouvait s'empêcher d'admirer la ténacité de son adversaire.
Il regarda le ciel nuageux d'Aranathdôr puis il donna l'ordre de rentrer. Il lui semblait que les événements à venir allaient être intéressants...


A propos de vous

  • Prénom /Pseudo : (optionnel
  • Age : 16 ans
  • Comment avez-vous connu le forum ? Partenariat avec Hypolais
  • Code règlement : Ok by Elcadia



Ne pouvant mettre toute ma présentation dans un seul message je l'ai remise à la fin dans deux messages cette dernière est d'ailleur finie.


Dernière édition par Isirin Ehorlein le Mar 3 Juil - 22:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elcadia Arkhendar

Sainte des Abysses

Sainte des Abysses
avatar

Féminin
Messages : 1243
Age : 33
Commentaires : Administrateur

Feuille de personnage
Race: Asura
Fonction(s): la Sorcière, Première Mage du royaume, Membre du Conseil des Mages
Influence:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Isirin Ehorlein   Mar 3 Juil - 11:59

Bon j'ai commencé par nettoyer le topic pour avoir ta fiche en haut.

C’est parti, on reprend tout ^^

Classe : comme on a procédé à une modif des classes il te faudra changer le nom, c'est Scélérat maintenant. Sur l'ensemble de la fiche fait cependant attention à ne pas confondre la classe de la fonction.

Equipement : ok

Objets magiques : les rangs B on rarement un objet magique, cependant cela peut arriver dans de rares cas. C’est ok d'autant que l'effet n'est pas extrême redoutable et que tu l'as très bien justifié selon moi dans l'histoire.

Don : ok, il est bien justifié, mais si tu peux lui donner un nom ^^

Pouvoirs :

Armes de chaos : l'explication est assez floue, il te faudra préciser stp l'effet.

Physique et psy : rien à dire le personnage est bien défini, pour le physique c’est présenté en plus de manière assez originale.

Histoire : première petite remarque ya un elfe qui traine alors que c'est syl :

Citation :
- C'est une sage parole, que tu as là, elfe... Nous te mettrons donc à l'épreuve...

Je te demanderai de te relire, il y a des fautes qui trainent ainsi que des problèmes de couleurs dans les dialogues (oublis de colos, un perso parlant en bleu puis après en violet,...) et de balises mal fermées.

Sur le fond, on suit bien la vie du personnage et son évolution. L'histoire de la secte est plutôt originale et est tout à fait plausible dans le contexte vu que les vampires magouillent constamment. très sympa d'avoir mis la banshee également.

Voilà pour moi Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ervael.com
Isirin Ehorlein

Diable de l'Est

Diable de l'Est
avatar

Masculin
Messages : 110

Feuille de personnage
Race: Asura
Fonction(s): Général
Influence:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Isirin Ehorlein   Mar 3 Juil - 22:12

Voilà j'ai fais ce que tu m'as dis, j'espère n'avoir rien loupé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elcadia Arkhendar

Sainte des Abysses

Sainte des Abysses
avatar

Féminin
Messages : 1243
Age : 33
Commentaires : Administrateur

Feuille de personnage
Race: Asura
Fonction(s): la Sorcière, Première Mage du royaume, Membre du Conseil des Mages
Influence:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Isirin Ehorlein   Sam 14 Juil - 15:56

Je viens donner quelques nouvelles. J'ai discuté avec mon comparse actuellement indisponible, mais qui avait regardé ta fiche, il te valide par mon intermédiaire et je fais de même. Amuse-toi bien Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ervael.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Isirin Ehorlein   

Revenir en haut Aller en bas
 

Isirin Ehorlein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valhistar :: Prologue :: Présentations :: Cimetière-